Fiche Jeu

  • Développeurs Ubisoft Montréal
  • Editeur Ubisoft
  • Type GTA avec un GSM
  • Support Tout sauf portable et WiiU (pour le moment)
  • Sortie 27/05/2014

Dans le même genre :

  • Saint Row IV
  • GTA V
  • Sleeping Dogs

Watch Dogs

Attendu par des millions de joueurs comme LE jeu nextgen 2014, Watch Dogs d’Ubisoft présenté lors de l’E3 2012 avait fait briller les yeux et chauffer les cœurs les plus blasés des gamers de ces 2 dernières années de jeu vidéo. Un mix hallucinant entre un Matrix, Les Experts (The Sneakers, pas la série TV hein? On est d’accord) et un GTA qui allait enfin pousser à 200% les cœurs de nos XboxONE, PS4 et dernières cartes PC sur-gonflées aux hormones GTX/TITAN. L’ambiance hacker-bac-à-sable émanée par ce titre nous plongeant dans un Chicago contemporain, maniable à volonté grâce aux seuls pouvoirs de son téléphone portable, avait suffisamment de cordes à son arc pour tous nous faire avaler la pilule bleu. Bien, ben et si on appuyait sur START pour commencer? Le test bilan, deux semaines après.

watch_dogs_screenshot_gameplay_29_by_legan666-d6fdy9y

Le chien est presbyte et distingue mal les détails à moins de 25 cm.

Je ne vous parlerai pas de Uplay avec son interface honteuse et qui démarrera quand bon lui semblera, car je suis peut-être le seul (au monde) à faire ce jeu sur cette plateforme de téléchargement obscure (pendant que mes amis et autres collègues rédacteurs s’éclatent sur Steam, PS4 et XboxOne). Passons donc directement au fait. Les vilains vous diront : Ho nonnn ENCORE un GTA-Like avec un habillage différent. Mais les bons, les vrais, eux, n’attendent que ça: pouvoir s’amuser à Chicago avec un téléphone.

Le scénario n’a rien extraordinaire, il est même plutôt classique mais il se laisse suivre. Sans vous foutre en l’air le peu de suspens présent par ce héros anti-charismatique (bravo la DA, vous avez réussi à faire du jeu le plus cher en développement de la part d’Ubi une sorte de Monsieur Tout le monde totalement impossible à reconnaître dans la rue, et encore moins dans un second opus), Watch Dogs vous contera l’histoire du CtOS. Sorte de méga serveur/système qui relie, à Chicago, à peu prêt tout ce qui nous entoure. Du four micro-onde de mémé en passant à l’escalator de Carrefour, les distributeurs d’argent automatiques ou encore les ouvertures de portes. Bref, quasiment tout ce qui est électronique et contrôlable à distance est relié au CtOS. Le but de système étant d’offrir une ville plus sûre en collectant toutes ces informations pour prévenir les crimes (on se croirait dans Minority Report X Google, mais, non). Un joyeux groupe de Hackers semblable à nos Anonymous décide d’affronter le système qui touche directement à la liberté des individus. C’est dans ce cas précis que vous intervenez au volant dune voiture! Oui. Parce qu’Ubi est fan du film Drive et étrangement dans Watch Dogs, on est plus souvent les mains sur un volant que sur son GSM. Bon, pourquoi pas, passons.

watch_dogs_screenshot_gameplay_23_by_legan666-d6fdxiqAiden Pearce, c’est vous. Vous avez perdu un membre de votre famille à cause du Hacking et de règlements de comptes. Hanté par cette tragédie, vous vous prenez pour le Big Brother de Loft Story, surveillant sans relâche vos proches afin de les protéger. Mais le talent de Pearce se fera vite remarquer, et lors d’un petit boulot de routine, il devra renquiller avec le milieu criminel qu’il fuyait jusqu’alors. Il est temps de se venger, et d’affronter les malfrats jusqu’à ce que justice soit faite. Ouf! J’arrête de dire du mal du héros et du scénario cul-cul qui lui est accolé. Passons aux choses sérieuses, et baladons nous un peu en ville.

Le chien en mode Ultra est le meilleur ami de l’homme (geek)

Graphiquement : tout en ultra (ce qui sera plus ou moins comparable à une version PS4 ou XBoxOne), les extérieurs sont vastes, nets, et trop propres. Je m’explique. Une ville est sensée vivre, bouger, polluer! Mais dans notre cas présent, c’est comme si l’auto focus de l’œil humain naturel n’était pas pris en compte. On peut distinguer le plus infime détail à plusieurs centaines de mètres du personnage sans aucun effort. Alors oui, c’est joli, mais pas du tout réaliste. On perd du coup en immersion avec une plastique trop parfaite. C’est un peu comme une femme ou un homme trop refait à coup de chirurgie esthétique. Ok, c’est parfait, mais c’est pas naturel, donc repoussant. Il y a de très jolis effets météo (les reflets de l’eau et la pluie qui tombe sur les pavés de Chicago sont sublimes) et de fumées. De mémoire de gamer, Watch Dogs aura été le premier jeu devant lequel je me suis extasié la fumée des pneus de voiture pendant un drift ou un burn!!! Quelle émotion.

Les intérieurs s’en sortent mieux par contre. Les architectures des bâtiments et le level design sont très soignés. On prend plaisir à se  faufiler dans la jungle urbaine pour mieux détruire nos adversaires. Mais le tout, aussi bien extérieur qu’intérieur reste résolument terne, et non coloré. La vision des chiens étant en noir et blanc, on ne peut que saluer l’effort de la direction artistique (et NON, je ne parlerai pas de l’E3 de 2012).

2014-06-05-WD_S_PREVIEW_MP_DECRYPTION_1920x1080Le chien entend beaucoup mieux que nous

La bande son de Watch Dogs est TRES bonne. a c’est une bonne chose. D’ailleurs sachez que notre rédacteur en chef vous a même réalisé une playlist Spotify calquée sur ce dernier. Vous pourrez écouter les titres utilisés ici même. En revanche, les musiques spécialement composées pour le jeu sont tout à fait nulles. Redondances de basses oppressantes, sans mélodies, empruntées aux séries TV et là uniquement pour éveiller vos sens, peut-être trop ramollis par le scénario soporifique du jeu. Mais bonne nouvelle! Prenez place dans n’importe quel véhicule du jeu, et faites défiler les musiques à la manière d’un Saint Row. Un petit bonus amusant pour les mélomanes: vous pourrez pirater les musiques des magasins ou des GSM des inconnus pour les ajouter à votre playlist. Chouette idée.

Côté doublage c’est du tout bon. Piratage oblige, la voix du héros est bien celle de Keanu Reeves, acteur principal de Matrix (Néo)  ou de Speed pour les intimes. Sachez que le comédien de doublage se nomme Jean-Pierre Michaël, et que son papa est belge. Très important de le signaler (surtout que si nous étions payé par Ubi pour ce test, nous aurions gratté quelques mots en plus).

Il faut être derrière son chien dans les rues de Chicago, avec des gants ou une petite lingette

Watch Dogs sera certainement plus intéressant à jouer en dehors de la mission principale pour quiconque souhaite de la liberté et du JEU (précisément). Les missions secondaires sont d’ailleurs plus drôles que les missions principales qui se résument par : hacking sans intérêt, infiltration difficile avec gameplay bancal, gunfight difficile avec nombreux bugs hyper scriptés, échappée en voiture facile avec plein de hacking drôle sur la route. Pourquoi avoir focalisé la quête principale du jeu sur l’infiltration, le gunfight et la conduite? Ces trois séquences de jeu ne sont PAS DRLES et exploiteront très mal le hacking totalement laissé de côté. Le gunfight est hyper scripté (trop millimétré) et les séquences en voiture sont ridiculement injouables (tantôt caisse à savon, tantôt bulldozer sur la route). La physique du jeu est assurément vieillotte comparée à un Just Cause 2 Multi, un GTA V ou un Saint Row. On a l’impression de jouer à une beta kidnappé par un groupe de programmeurs externes au projet initial qui lui ont collé des missions. Le potentiel du jeu était immensément riche, mais tout comme ses aînés de début 2000 (trois jeux Matrix sortis, trois jeux à éviter) le hacking  est trop peu (ou mal) exploité. Peut-être ne sommes-nous pas encore assez équipé niveau idée et programmation pour permettre de tels bouleversements dans notre façon de jouer?

Coooonclusion de BERY. Je dis non! Mais un Avis, je dis OUI!


Watch Dogs
n’est pas mauvais, loin de là, il est juste moyen. Ne cherchez pas le saint Graal du bac à sable, il y a Saint Row, GTA V, Mine Craft et Just Cause 2 Multi pour ça. Watch Dog est un divertissement, malheureusement trop répétitif dans son gameplay scripté, et donc trop vite ennuyeux pour certains. Les joueurs qui accepteront les règles d’amusement de Watch Dogs seront ceux qui ont plus le temps de développer les très nombreuses quêtes annexes, il y a de quoi s’amuser de très longues heures avec cette pléiades de véhicules, de piratages de ponts, de bornes, et bien d’autres moment bien WTF. Quant au multi? Passez votre chemin, il est anecdotique, ridiculous, hasardeux et sans intérêt du fait quil soit uniquement intégré au solo, et vous gênera plus qu’autre chose.Bien entendu, aucunes interactions possibles entre Steam, Uplay, PS4, PS3, XboxONE, alors que les jeux sont semblables en tout point.

L’avis d’Axel

Salut tout le monde, on se retrouve pour un deuxième avis sur Watch Dogs, le dernier né de chez Ubi.

Pour remettre tout ça dans son contexte, il faut savoir que je m’étais tenu loin de toute source d’informations concernant le jeu pour ne pas être déçu à sa sortie (comme c’est le cas de pas mal de jeux). Je n’avais même pas suivi l’E3 et je ne m’attendais pas à un chef d’oeuvres vu que je ne m’attendais à… rien.

Le point sur lequel je rejoins Bery c’est… la nullité de Uplay qui démontre (encore une fois) son infériorité dans tous les domaines. Le jeu possède un multi digne d’intérêt et assez bien ficelé qui souffre d’une accessibilité boiteuse InGame et qui, tout en vous proposant de jouer en ligne, vous fait attendre un bon moment, bref, c’est naze et c’est frustrant

Passons au mode solo qui est le point qui m’a le plus intéressé. Si vous arrivez à passer outre les missions annexes et les mini-jeux tels que les Trips Numériques il est possible de s’immerger dans l’histoire. Elle est peu surprenante mais, comme lorsque vous regardez un marvel ou un film d’action, c’est efficace et ça se laisse suivre.

Quant aux mini jeux et aux missions secondaires… C’est du très très lourd !! Les Trips auraient pu être des univers de jeux indépendants à Watch Dogs, mention spéciale au robot araignée et à la libération de la ville qui sont vraiment bons à mon goût !!

Chicago est un véritable plaisir à parcourir et les interactions possibles sont très nombreuses et permettent de semer la police efficacement ou d’embêter les usagers (genre dérégler les feux tricolores c’est drôle)

Vous rencontrerez des personnages hauts en couleurs et certains personnages secondaires sont véritablement plaisants et sont particulièrement bien écrits.

Pour ce qui est de sieur Pearce, on lui reproche le fait qu’il soit un monsieur tout le monde et qu’il manque de charisme mais en vrai, n’est ce pas son but ? Sachant qu’il veut rester le plus discret possible, il n’a pas trop intérêt à faire de vagues. Ensuite, sa morale et sa psyché sont assez bien développées et on ressent ses inquiétudes et ses dilemmes, ce qui est amplement suffisant pour moi.

Passons au point important de ce genre de jeu : le gameplay et commençons par « le point noir », la conduite.

En effet, il faut un temps de prise en main est nécessaire et au tout début, je pestais contre cette conduite atypique. Shikashi après quelques dizaine de minutes, la prise en main est effectuée et il en ressort que les développeurs ont essayé de différencier la conduite en fonction des catégories de véhicules. Une vieille américaine sera rapide et agile mais aura tendance à glisser (comme en vrai) tandis qu’une berline sera plus solide et beaucoup plus « stable » sur la route mais de ce fait moins maniable et oubliez les courses poursuites dans les ruelles à un rythme d’enfer.

Pareillement, j’ai pu lire que c’était une aberration de ne pas pouvoir tirer en voiture… Les mecs, sérieux ?! C’est pas un (super) héros Aiden, c’est un type lambda et perso je connais pas grand monde capable de conduire et tirer en même temps ou alors faut se remettre en question sur votre mode de vie, haha.

J’ai trouvé que le système de hack était bien exploité, dynamique et qu’il permettait d’accomplir certaines actions tout à fait sympathique. Je pense qu’il est à exploiter lorsque vous souhaitez accomplir vos mission en sneaky, ce qui me paraît plus cohérent vu que l’on ne contrôle pas Rambo mais un hacker.

Cependant, le jeu fait la part belle au combat puisque dans certaines phases vous êtes obligés d’utiliser vos armes à feu et, étant un adepte des FPS et TPS, j’ai trouvé que les phases de shoot étaient bien réussies. Le recul est bon, la visée est correcte même si je suis un habitué du réticule en crosshair. Le seul point réellement négatif pour moi c’est la profusion de munitions et la regen de santé qui sont tout simplement abusées et qui rendent le jeu trop simple.

Bery a raison lorsqu’il dit que l’univers est trop clean, je suis d’accord que la plastique est à la limite de la perfection et que ça manque de cohérence pour un univers qui se veut contemporain au nôtre. Cela dit, j’ai dû relancer le jeu avec l’avis de mon collègue pour m’en rendre compte car ce n’est pas un des points sur lesquels je me concentre le plus.

Bref, pour moi Watch Dogs fut un bon jeu, je ne l’attendais pas mais j’ai été satisfait de l’expérience après avoir bouclé l’histoire principale qui m’aura diverti un bon nombre d’heure !!

La leçon à retenir c’est que les jeux vidéo, c’est comme le cinéma, le teasing c’est bien mais pas trop, après on est déçu.

L’avis de Titiks

A lE3 2012, jai certainement dû être lun des seuls à ne pas faire whouaaaaa il va tuer ce jeu ! Non pas par prescience ou dédain, juste que les considérations techniques me passent loin (mais alors vraiment loin) au-dessus de la tête.

Si l’on considère les promesses (mais aussi et surtout les fantasmes), alors non, Watch_Dogs ne remplit pas le contrat. Mais j’imagine sans peine la tête des développeurs d’Ubisoft quand les marketeux ont vendu le produit à grand coup de poudre aux yeux et de réalisation fantastique. A coup sûr, ça a dû râler sévère dans le studio de développement.

Pour autant, Watch_Dogs est-il un ratage ?

Pas du tout. On peut reprocher à Aiden son manque de charisme, mais d’un autre côté, son physique impersonnel sied parfaitement à l’intrigue du jeu : Aiden veut se fondre dans la foule, ressembler à tout le monde. Ce qui est une erreur de casting pour certains est finalement justifié par le propos même du jeu.

Là où je rejoins mes collègues, c’est que le scénario principal se suit certes sans déplaisir, mais sans grand intérêt non plus. C’est une histoire somme toute classique, mais on aurait aimé qu’Ubi assume totalement son propos et se positionne vraiment au sujet de la liberté personnelle et du danger du tout numérique. A une époque où nous exposons nos vies sur les réseaux sociaux sans penser aux conséquences, rien ici ne transparaît, à part quelques réflexions de DedSec ou un certain malaise quand nous assistons à la vie intime de bon nombre de citoyens de Chicago au travers des webcams ou des conversations téléphoniques, nous faisant regarde Kinect, la Playstation Camera ou même notre simple webcam d’un autre oeil.

Non, Watch_Dogs vaut surtout le coup pour l’énorme terrain de jeu que représente Chicago. La ville regorge de possibilités et d’activités où le piratage est roi. Là où Bery ne voit qu’une feature sous-exploitée, j’y vois une fonctionnalité pleinement active à chaque instant : du repérage des lieux à lactivation de pièges lors de poursuites (en voiture où à pieds) jusqu’à un moyen de compléter la plupart des missions sans dépenser une seule balle. Watch_Dogs c’est d’abord une ville vivante (moins qu’à lE3 2012,mais sortez-vous ça de la tête ce ne sont que des promesses de commerciaux), cohérente, pleine d’opportunités et de jeux, que ça soit des missions sérieuses, des enquêtes assez glauques jusqu’à des délires en réalité augmentée ou des trips numériques jouissifs en passant par des chasses aux piécettes pixelisées dans les rues de la ville. Bref, je ne suis pas encore au bout du scénario principal, mais je m’en fous : je joue dans la ville et jai énormément de mal à poser la manette. Nest-ce pas cela qui prime sur un framerate ou une résolution ?

Bon, même si je n’y suis pas tellement confronté sur Playstation 4, Uplay, sérieusement?

Y’a bon!

  • De nombreuses heures de jeu
  • Nouvelle licence, enfin !
  • Nouveau concept, le hacking enfin introduit
  • Les effets de fumée
  • Le doublage français soigné
  • Chicago

Beuargh!

  • Le scénario cul-cul
  • l’IA trop sensible
  • Le pirate de l’argent trop facile et sans intérêt
  • Les voitures
  • La physique (par exemple rentrez dans un poteau électrique, il sera éjecté à 40 mètres tout en se découpant comme par magie en parts égales de 10 petits morceaux)
  • Les voitures sont des tanks. A 10KM/H vous pourrez tout bousiller
  • Les reflets dans les vitres.. WHAT?
  • La direction artistique totalement changée depuis les première vidéo

La désinfo en +

Qu’est-ce que le Piratage?

Pour répondre à cette question. Je vous invite à regarde l’un des meilleurs documentaires français réalisé sur le piratage informatique à ce jour:

Pirates ou hackers, informaticiens libertaires ou criminels numériques, ce sont ces bidouilleurs controversés qui ont forgé le pire comme le meilleur du web.
Récit des batailles entre pirates et majors légales sur une ligne de front mouvante où les ennemis d’hier peuvent devenir les alliés d’aujourd’hui.

Le documentaire Pirat@ge retrace l’histoire d’Internet grâce aux témoignages de ceux qui l’ont construit, les hackers.
Il se place au cur des préoccupations de cette génération Y, dont il analyse les modes de communication en réseau, de consommation de biens culturels et de leur partage.

Show Full Content

About Author View Posts

bery

Rédac Chef BBQ | Journaleux JV PC (steam: berychon), 3DS et WiiU (ID Nintendo: Berychon) et PS4 (psn: berymuch)| Animateurs de nombreux live sur notre chaîne: https://www.twitch.tv/pxlbbqtv/ | Machine à idées saugrenues

Previous Scram Kitty & his Buddy on Rails – WiiU | TEST
Next Quel avenir pour la Playstation Vita ?

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Quantum Break : 16mn de gameplay, ça vous dit ?

24/10/2014
Close