Après la rubrique “Rétro Mais pas trop” de mes compères on se penche aujourd’hui sur le cas de l’émulation. Car si il est possible par bien des moyens de jouir de ce loisir illégal depuis son ordinateur, il est également possible de se fabriquer sa petite console de salon avec un peu de matériel, d’huile de coude et une bonne dose de Linux.

Ça tombe bien, j’avais un dimanche de libre et une furieuse envie de rejouer à mes vieux titres de ma défunte MegaDrive.

Petite remarque : le guide qui va suivre a été réalisé par un profane absolu, donc rassurez-vous il est accessible à tous.

L’histoire d’une Framboise en 3.14

Le Raspberry Pi est un nano-ordinateur monocarte à processeur ARM conçu par le créateur de jeux vidéo David Braben, dans le cadre de sa fondation Raspberry Pi et destiné à encourager l’apprentissage de la programmation informatique.

Barben a développé en 1984 le jeu de commerce et de combat spacial Elite ainsi que sa suite Frontier : Elite II. A titre informatif, Elite a été considéré comme l’un des jeux le plus innovants de l’histoire du jeu vidéo !

De son côté, la Fondation Raspberry Pi est une association caritative fondée en 2009 avec pour but de promouvoir l’apprentissage de la base de la programmation dans les écoles.

Cet ordinateur à peine plus grand qu’une carte de crédit permet l’exécution de système d’exploitation libre basés sur GNU/Linux et des logiciels compatibles, comme Raspbian à partir d’une simple carte SD. Il est fourni sous forme d’une carte mère, sans boîtier, alimentation, clavier, souris ni même écran pour baisser son prix au maximum.

Au final, un Raspberry Pi dans son modèle 512Mo est vendu pour environ 35€ dans la plupart des boutiques en ligne (personnellement et pour plus de facilité, je me suis fourni chez Amazon).

Il reste un système très ouvert (2 ports USB et un 1 RJ45) et puissant (ARM 700 MHz, 256 Mo de mémoire vive pour le modèle d’origine, 512 Mo et 1Go sur les dernières versions) pour permettre une grande palette d’utilisations. Son circuit graphique BMC Videocore 4 en particulier permet de décoder des flux Blu-Ray full HD (1080p 30 images par seconde), d’émuler d’anciennes consoles et d’exécuter des jeux vidéo relativement récents.

Il est certes assez moche tout nu, mais y'a du périphérique là ou pas ?
Il est certes assez moche tout nu, mais y’a du périphérique là ou pas ?

Une console au goût framboise ?

Du fait de son ouverture et de l’exécution d’un système Linux, le Raspberry est tout indiqué pour en faire une petite console rétro multisystèmes (voire un excellent médiacenter à l’ère d’OpenElec, la distribution XBMC de Raspberry). Au niveau du matériel, partons du principe que vous possédez déjà une télévision avec un port HDMI, son cable, une souris et un clavier. Pour en faire votre console, il vous manque donc :

  • Un Raspberry Pi Modèle B (512Mo) – le modèle A n’étant pas assez puissant pour notre utilisation (+/- 35,00€)
    Il existe maintenant les Raspberry Pi 2 avec 1Go de ram, pour environ 50€. Le 512 est suffisant pour les émulateurs, mais si vous voulez un peu plus de confort et de vitesse, tournez-vous vers le modèle 2.
  • Un chargeur Micro USB 5V 1500mA pour l’alimentation. Certain téléphone portables ont ce type d’alimentation – vérifiez avant d’acheter (+/- 8,00€)
  • Une Carte Mémoire SDHC classe 10 – pour permettre une écriture rapide des données, une certaine longévité et une capacité d’au moins 4Go (pour ma part, j’ai opté pour une 16Go à +/- 10,00€).

C’est tout pour une utilisation minimum. Comme vous le voyez, nous avons de quoi faire une console rétro pour une cinquantaine d’euros ! Le tout étant bien entendu modulable en centre multimedia, ou autre fantaisie domotique, voire un NAS.

Une petite commande chez amazon.fr et hop, y'a presque tout ce qu'il faut !
Une petite commande chez amazon.fr et hop, y’a presque tout ce qu’il faut !

Pour plus de confort, nous pouvons bien entendu rajouter certaines options :

  • Un Pad USB – la plupart sont reconnus mais si vous voulez pousser le vice du rétro jusqu’au bout, il existe des manettes USB Super Nintendo valables à moins de 10,00€
  • Bien que le Raspberry Pi soit pourvu d’une entrée réseau, vous pourriez vouloir vous débarrasser des câbles à l’aide d’un adaptateur nano Wifi USB (+/- 12,00€).
  • Fourni uniquement sous forme de carte mère, un petit boîtier adapté permettra de protéger votre Framboise 3.14 contre d’éventuels dégâts. Si vous possédez des LEGOS, sachez qu’il est possible de faire un boîtier valable avec les petites briques, sinon, rabattez-vous sur des boîtiers dédiés pour moins de 8,00€
  • Si vous possédez une PS3, ajoutez-y un dongle Bluetooh pour utiliser votre manette sans fil (environ 15€),mais c’est largement facultatif.

On rajoute donc une quarantaine d’euros pour un confort maximal.

Recalbox OS

Il existe divers systèmes permettant d’émuler les consoles sur Raspberry Pi, mais le plus simple et à portée de tous est clairement Recalbox OS. Pour faire court et parce que vous n’êtes certainement pas là pour ça, c’est une distribution faite par un français dotée d’une interface conviviale et simple d’accès. Les émulateurs ne sont bien entendu pas de lui, mais il les compile de façon efficace dans une distribution on ne peut plus simple- pour une fois – à installer.

De plus, vous aurez accès à un petit centre multimédia inclus via KODI (XBMC) pour accéder à vos fichiers vidéos tout format, même en 1080p pour vos soirées cinéma à la maison (complétez ça avec l’extension Android Yatse pour transformer votre mobile ou tablette en télécommande, mais cela est un autre sujet)

Après avoir téléchargé la distribution, il suffit de la décompresser sur votre carte SD, introduire cette dernière dans votre Raspberry, de brancher votre clavier, votre souris USB et l’alimentation et de démarrer le tout. Après une rapide installation et le formatage d’une partie de la carte, Recalbox est prête à être utilisée !

A l’aide du clavier, la touche “Entrée” et la touche “S” pour confirmer, vous pouvez accéder au menu pour – au choix – paramétrer la langue du système, mettre à jour via Internet (dongle Wifi ou via câble réseau) et bien entendu, configurer les touches d’une manette USB ou même d’un stick arcade pour les jeux tournant sur MAME.

Une interface fluide et conviviale, accompagnée de reprises des plus grands thèmes du jeu vidéo
Une interface fluide et conviviale, accompagnée de reprises des plus grands thèmes du jeu vidéo

Pour info, vous pourrez donc émuler les système suivants : Atari 2600, NES, Game Boy, Game Boy color, Game Boy Advance, Super Nintendo, Master System, Megadrive (Genesis), Game-Gear, FBA, iMame4all, PCEngine, MSX1/2, PSX (oui-oui), Sega SG1000, Sega CD, Sega 32x, Famicom Disk System et Scummvm.

L’accès au menu administrateur de RecalBox se fait en maintenant la touche “Maj” enfoncée, où est possible, en bas de l’écran, de redéfinir la langue du clavier au cas où vous auriez raté cette étape (parce que le QWERTY ça va 5 minutes…).

L’installation de nouveaux jeux se fait directement via le réseau. Une fois connecté au net, la partition dédiée du Raspberry apparaît sur votre PC et affiche tout les dossiers des consoles supportées. A vous d’y ajouter les fichiers décompressés de vos jeux préférés et de les lancer via votre émulateur préféré. L’interface de Recalbox est colorée, fluide et chaque émulateur est accompagné d’une reprise d’un thème bien connu d’un jeu de la machine (Zelda pour la Nes, Alex Kidd pour la Master system…)

Bref, tout est facile, rapide et installé en moins de 15 minutes !

Pour les plus bricoleurs, c’est ici une application parfaite pour créer votre propre borne d’arcade à la maison ou rejouer facilement et de façon conviviale à vos jeux rétros préférés depuis votre salon, avec une console discrète qui ne mesure pas plus de 10cm.

Pour toutes les infos et l’auteur, rendez-vous sur www.recalbox.com

Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de me raconter une bonne histoire. Touch-à-tout invétéré (mais surtout de bonnes aventures qui savent me surprendre) et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de ma jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Previous Avec sa tronçonneuse et un arbre, elle se fait un masque de Zelda
Next The Witcher 3 : vous reprendrez bien un peu de gameplay ?

5 thoughts on “Le BBQ de Titiks #2: Une multi console rétro avec Raspberry Pi

  1. Oui tout ça est bon, on peut faire une borne d’arcade sans souci si on est bricoleur 😀
    RecalBox est vraiment rapide à mettre en place 😀

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Infos Pokémon : Épidémies de Poké Balls pour la Journée Pokémon 2024 et Miraidon dans Pokémon Unite

22/02/2024
Close