Test : Theseus – Astérion hache

Le mythe du labyrinthe réinterprété en VR

Forge Reply se lance dans la VR avec Theseusun titre qui se réapproprie le mythe du labyrinthe du Minotaure. Après une adaptation vidéoludique des aventures du Loup Solitaire version “Livre dont vous êtes le Héros” qui s’en sortait quand même bien, Forge Reply place Thésée et Ariane dans un labyrinthe en ruine peuplé de créatures monstrueuses et surtout du gigantesque Asterion, immortel, bestial et aveugle. Vous pouvez pas savoir comme j’étais impatient !

Au loin, la lumière…

Thésée suis le fil

Car il faut bien s’imaginer que la vision des développeurs ici tient davantage d’un purgatoire que du labyrinthe mythologique conçu par Dédale. Privé de sa mémoire, blessé et désorienté, Thésée se réveille au cœur du labyrinthe encouragée par la voix d’une femme le pressant de venir à sa rencontre. Désarmé, Thésée devra se contenter d’une torche dans un premier temps pour effrayer les abominations issues d’Astérion avant de mettre la main sur un glaive plus efficace. Mais la Bête est immortelle et si elle ne voit plus, elle entend les moindres mouvements de notre infortuné héros…

Ariadne vous encourage à suivre sa lumière, mais gare au Minotaure…

Le jeu se découpe alors en plans fixes, de salle en salle, où le héros doit évoluer en passant quelques obstacles, grimpant certains structures et libérant des chemins à l’aide de sa torche ou de mécanismes basiques. Pour un titre basé sur l’idée du labyrinthe, on se trouve face à un jeu extrêmement linéaire, à l’exception de certains passages qui vous laissent libres de ne pas suivre les directives d’Ariane (nommée ici de la manière grecque Ariadne) et de vous perdre dans les méandres des couloirs, repassant parfois dans certains zones connues, où de nouveaux chemins pourront s’ouvrir. L’intérêt de ceci est de pouvoir explorer les zones à fond pour découvrir les cadavres des précédents héros. Ces derniers représentant un petit twist scénaristique en parfaite adéquation avec l’univers proposé, je n’irais pas plus loin.

Sachez juste donc qu’en de rares occasion, vous pourrez choisir de ne pas obéir à Ariane. Le  reste du temps, vous avancez de salles en salle, la vue caméra le plus souvent fixe mettant en valeur les décors parfois superbes, mais un peu répétitifs. Si les développeurs annoncent entre 4 et 5 heures de jeu, j’ai personnellement mis moins de deux heures à boucler Theseus. Néanmoins, une seconde fin est accessible si l’on découvre tous les secrets du jeu, poussant à relancer une nouvelle partie pour connaître la vérité derrière Thésée, Astérion, Ariadne et le labyrinthe.

La caméra se cale parfois dans le dos de Thésée, pour plus de tension…

Le système de combat quand à lui est simple. Une touche pour un coup d’épée, une autre pour balayer la zone avec la torche (si vous en avez une en main) et faire reculer les abominations. On pourrait reprocher une trop grande simplicité dans le système, mais un certain soin y a été apporté. Que la torche passe sous un filet d’eau qui coule ça et là et elle s’éteint, vous laissant vulnérable aux attaques (situations particulièrement oppressantes avant qu’on ne récupère une arme). Attaquez avec la torche en coinçant l’ennemi contre un mur et vous pourrez l’enflammer, gagnant un temps considérable en combat. On remarque aussi que lorsque plusieurs ennemis sont présents, les mouvements de Thésée sont fluides et permettent de passer d’un ennemi à l’autre pour contenir leurs attaques de façon presque acrobatique, sans aller jusqu’à égaler la série des Batman Arkham.

En quoi fallait-il réaliser Theseus en réalité virtuelle ?

De nombreux cadavres – parfois très anciens – témoignent de vaines tentatives

Si la vue fixe permet de ne pas être soumis à la diabolique cinétose, la caméra ira parfois se fixer derrière l’épaule de Thésée pour l’accompagner dans son errance. Ces passages s’avèrent être les plus oppressants car notre vue devient bien plus réduite, sans pourtant que le titre ne joue spécialement avec cet effet de style, hormis en début de jeu. Cette caméra fixe nous prive aussi de profiter du gigantisme de la Bête, énorme et monstrueuse, magnifiquement conçue pour être une sorte de créature corrompue invulnérable et surpuissante. Les plans étant plus souvent éloignés pour nous laisser voir l’ensemble de la pièce, on regrette certains points de vue qui auraient pu être réellement impressionnants, quand par exemple Thésée doit activer un mécanisme en silence, puis rester immobile le temps que la bête cherche Thésée, penchée au-dessus de lui en reniflant.

Du coup, je me suis posé la question : en de rare exceptions, en quoi fallait-il réaliser Theseus en réalité virtuelle ? Il y a d’ailleurs fort à parier que le titre de Forge Reply profite d’une compatibilité non-VR dans les mois à venir, à l’image du pourtant très pertinent Here They Lie. Car en plus, si sa réalisation est réussie, la dégradation graphique reste relativement importante une fois le casque sur les yeux, de la même manière que Resident Evil 7 ou Batman Arkham VR se trouvait pixelisés malgré leurs réalisations graphiques plus abouties.

Conclusion

J’attendais Theseus avec grande impatience, et je ne peux pas dire que j’ai été déçu. Resté un peu sur ma faim sans doute, mais pas déçu. Forge Reply s’est réapproprié le mythe du Minotaure de bien belle façon, et on sent lors de notre voyage que ce background a été très travaillé, même si nous n’en touchons finalement qu’un fragment. On aurait sans doute voulu un peu plus de temps (même si quand on considère que c’est trop court, c’est qu’on a aimé), un peu plus de variété et une utilisation plus pertinente de la VR, qui loupe de peu le coche des scènes d’anthologie. On en retiendra un univers fascinant, une créature magnifique dans un lieu qui laisse assez de traces pour faire travailler notre imagination. Pour un premier jeu VR, c’est une réussite.

Temps de lecture : environ 3 minutes

Theseus

  • Développeurs Forge Reply
  • Type Aventure
  • Support PSVR
  • Sortie 26 Juillet 2017
Theseus à notre sauce
7/10
Theseus à notre sauce
Y'a bon
  • Une atmosphère très bien rendue
  • Astérion est terrifiant
  • Deux fins différentes
  • Le mystère des lieux est fascinant
  • Une belle réalisation
Beuuuuwark
  • Aurait pu être un jeu non-VR...
  • Un peu court
  • Aliasé en VR, malheureusement
  • Linéaire pour un labyrinthe
  • Technique
    8/10
  • Esthétique
    10/10
  • Ergonomie
    8/10
  • Audio
    7/10
  • Contenu
    6/10
  • Cinétose
    10/10
Commentaires Facebook
Catégories
TestsTests jeux
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre