Titre The Turing Test

Développeurs Bulkhead Interactive

Type Puzzle

Support PS4, PC, Switch Xbox One

Sortie 30 Août 2016


The Turing Test est un titre de Square-Enix de science-fiction qui a été publié il y a près de quatre ans sur PC. La Switch héritant de plus en plus de titres parus sur d’autres supports plusieurs années après leur sortie initiale, c’est une excellente opportunité de reparler du jeu de puzzle narratif.

Bienvenue sur Europa

Imitation Game

Il vous faudra de l’astuce pour savoir ce qu’il est advenu de ces gens

Pour rappeler brièvement ce qu’est le Test de Turing (et puisque l’excellent film avec Benedict Cumberbatch ne traite que d’Enigma), il s’agit d’un test décrit par Alan Turing en 1950, consistant à mettre un humain en confrontation verbale à l’aveugle avec un ordinateur et un autre humain. Si la personne n’arrive pas à d’identifier lequel de ses interlocuteurs est un ordinateur, on peut considérer que l’intelligence artificielle a passé le test avec succès. Le non moins excellent film Ex Machina d’Alex Garland en a d’ailleurs fait son sujet principal, film qui pourrait presque être un prologue à Detroit Become Human par ailleurs. Mais on s’éloigne du sujet, puisque qu’en substance, The Turing Test propose ici d’accompagner Ava au XXIIIème siècle sur Europa, la lune de Jupiter, qui a été envoyée par l’Agence Spatiale Internationale découvrir ce qu’il est advenu de l’équipe sur place. Accompagnée de TOM – une intelligence artificielle liée aussi à la station mais dont les données sont étrangement corrompues – Ava devra réussir de nombreux tests, salle après salle pour rejoindre l’équipe qui s’est réfugiée tout au bout de la station pour une raison inconnue.

En toute honnêteté, lors de sa sortie initiale, j’avais complètement ignoré le titre. En effet, celui-ci se joue à la première personne et son contexte de science-fiction m’avait fait craindre un jeu de tir ou tout du moins d’action, voire un Portal-Like, ce qui n’était pas du tout mon intérêt. Cette ressortie m’a donc remis le jeu sous le nez et il s’agit bien d’un pur puzzle-game où toute action est absente, dans un titre qui pourrait se rapprocher du diptyque Q.U.B.E. par exemple, en moins complexe. Tout l’intérêt du titre provient donc de ses multiples puzzles, mais aussi des interactions qu’entretiennent Ava et TOM tout au long de l’aventure.

Chaque début et fin de salle est propice à une petite discussion entre Ava et TOM

Ces derniers échangent souvent leurs réflexions en début et fin de niveau (heureusement, leurs discussions ne viennent pas distraire votre réflexion pendant les énigmes), et le titre dispose de sous-titres en français suffisamment lisibles pour être lus en mode portable – mode qui donne un vrai cachet au titre. Le jeu est en effet plutôt simple en terme de réalisation, ce qui lui donne une belle fluidité et passe très bien sur Switch, tandis que ses puzzles limités à une salle ou deux permettent de courtes sessions dans les transports.

Les salles annexes – plus complexes – recèlent des informations déroutantes

Vous passerez en effet votre temps à essayer d’ouvrir des portes en activant des mécanismes. Ces mécanismes sont ouvertement déclarés comme étant des tests de Turing que TOM ne pourrait pas réaliser lui-même puisque la plupart demandent un accès à une donnée nommée “imagination” ou “créativité” dont il est dépourvu, d’où la présence d’Ava, censée dépasser la logique pure.

Que cela vous rassure ou non, les puzzles sont assez simples au final, et ne possèdent qu’une seule solution. Avec un peu de jugeote, nous ne sommes que très rarement coincé dans The Turing Test – ce qui est peut-être voulu puisque nous sommes des joueurs humains dotés de créativité – mais cela pourra peut-être en frustrer certains à la recherche de challenge. D’un autre côté, l’aspect narratif est lui aussi très important et celui-ci est suffisamment bien présenté sans pour autant polluer la partie réflexive du titre pour susciter notre intérêt.

Votre arme ne sert pas à tirer mais à gérer les différentes énergies requises pour avancer

On vous donne d’entrée de jeu un EMT, sorte de pistolet permettant de récupérer des capsules d’énergie pour enlever ou activer l’alimentation de mécanisme. Il vous est aussi permis de ramasser certaines caisses contenant cette énergie pour vous en servir comme interrupteur, et tout le titre s’axe sur la gestion de l’alimentation – parfois chronométrée, parfois dépendante d’un certain type d’énergie – des mécanismes à activer pour progresser. Si la solution n’est pas toujours évidente de prime abord, un peu d’observation et de test se révèlent suffisants pour comprendre la logique. Certaines salles spéciales et annexes plus complexes à résoudre apportent aussi leur lot d’éclaircissements sur l’histoire, assurant également un peu plus de défis.

Conclusion

Avec 7 chapitres et une petite dizaine d’heures au compteur, The Turing Test sur Switch reste très valable même 4 ans après sa sortie initiale. Cette version Switch a quelques minuscules ratés techniques, comme des ralentissements très visibles dans les couloirs de transitions (transitions pensée pour être indétectables sur PC par exemple), mais dans l’ensemble, il s’agit d’un portage très cohérent et de qualité pour ce titre.

Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Précédent Captain Tsubasa: Rise of the New Champions montre son histoire
Suivant Borderlands 3 : un mariage pour le nouveau DLC « Guns, Love and Tentacles »
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Il n’y aura plus de jeux PS3 et PSVita dans le PlayStation Plus dès mars 2019

28/02/2018
Close