Test : The Padre – Que la chasse aux démons commence !

Raconte-moi tes pêchés et je te dirai qui tu es

Disponible en early access sur Steam depuis le 22 février 2018, The Padre s’invite maintenant sur nos consoles de salon. Que peut-on attendre de ce jeu d’aventure/survival-horror développé par Shotgun with Glitters qui n’est pas sans rappeler Alone in the Dark ? La réponse après quelques prières !

Notre bon Père s’apprête à vivre une étonnante aventure !

Au commencement, il y a avait une histoire

Dans The Padre, vous incarnez un prêtre nommé Sandro qui doit résoudre le mystère qui entoure la disparition d’un cardinal du nom de Benedictus. Pour ce faire, Sandro devra explorer un manoir bien spécial peuplé d’esprits et de zombies. Cette quête amènera notre héros à combattre le mal, à découvrir les secrets du manoir et à en apprendre plus sur lui-même, le tout en résolvant des énigmes. 

Suis-je bête, j’ai oublié d’apporter mon eau bénite et mon crucifix…

La Parole de Dieu vous guidera

Afin de progresser dans cette histoire loufoque, vous pourrez compter sur votre Bible qui vous indiquera votre objectif du moment. Comme il s’agit d’un jeu d’aventure, vous devrez fouiller partout afin d’accumuler des objets comme une poupée, des allumettes et un nombre faramineux de clés. En effet, Sandro se retrouve très souvent face à des portes qui sont fermées à double tour et il se moquera allègrement de la paranoïa des gens de l’époque qui verrouillaient toujours derrière eux. The Padre ne vous demandera pas de vous creuser la cervelle de manière démesurée, à quelques exceptions près. La solution devient souvent évidente dès que tous les bons objets sont à votre disposition dans votre inventaire. Il est cependant à noter que quelques bugs de collision peuvent freiner votre progression. Par exemple, Sandro s’est coincé entre un mur et des vêtements suspendus dans une penderie et pas moyen de le faire sortir de là !

Notez au passage que cette demeure comporte bien des miroirs.

Parallèlement à toutes ces devinettes, vous devrez également combattre des créatures du mal. Le héros ayant refusé d’amener ses armes avec lui (on se demande encore pourquoi ?), vous devrez d’abord vous battre avec un simple pied de biche (qui a hurlé Half-Life dans la salle ?). Cette arme est toute désignée pour renvoyer les démons dans l’autre monde ! Si vous faites un faux pas et que vous mourrez, vous pourrez ressusciter un certain nombre de fois grâce aux larmes d’ange. Faites attention à ce que ça n’arrive pas trop souvent, sinon la vraie mort surviendra !  

Les balles de pistolet sont malheureusement inutiles tant et aussi longtemps que vous ne trouverez pas de flingue !

La beauté est dans l’oeil de celui qui regarde

The Padre utilise une 3D de type voxel afin de mettre en scène ses personnages ainsi que les environnements qui les entourent. Les pièces sont vues de manière isométrique et vous aurez parfois le loisir de choisir plus d’un angle de caméra. Il faudra apprendre à naviguer dans le manoir et retenir où vous vous situez par rapport à l’endroit où vous voulez aller car il n’y a pas de carte pouvant aider à votre navigation. Les lumières sont assez bien réalisées et permettent de créer une bonne ambiance d’horreur.

Ce couloir ne présage rien de bon.

Conclusion

En choisissant de sortir d’abord en accès anticipé, The Padre s’est donné le temps de perfectionner sa formule tout en écoutant ses fans. L’histoire a pu s’étoffer et les mécaniques de jeu sont plus raffinées. The Padre offre globalement une bonne expérience et c’est surtout grâce à la bonne dose d’humour qui est présente dans le soft. Un jeu à découvrir qui plaira certainement aux nostalgiques des point and click du début des années 90.

Le personnage nous fait vraiment penser au Père Anderson de Hellsing.

Temps de lecture : environ 3 minutes

The Padre

  • Développeurs Shotgun with Glitters
  • Type Survival-horror
  • Support Switch, PS4, XB1, PC
  • Sortie 18 Avril 2019
The Padre à notre sauce
7/10
The Padre à notre sauce
Y'a bon
  • Une histoire originale remplie de touches humoristiques
  • Une ambiance d'horreur qui fonctionne bien
  • La voix cynique de Sandro est une douce musique à nos oreilles
Beuuuuwark
  • Quelques problèmes de collision
  • Les énigmes sont soit trop évidentes, soit trop difficiles
  • Il faut beaucoup de patience pour tout bien fouiller
  • TECHNIQUE
    7/10
  • ERGONOMIE
    6/10
  • ESTHÉTIQUE
    7/10
  • AUDIO
    7/10
  • CONTENU
    8/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo