Test : The Lost Bear – Théâtre forestier

La VR autrement

La réalité virtuelle nous a déjà démontré son efficacité à nous faire peur, à nous plonger au cœur de l’action voire à nous faire participer à des expérience visuelles inédites. Chez OddBug Studio, les développeurs se sont dits qu’ils désiraient plutôt nous installer confortablement dans un canapé pour regarder une pièce de théâtre à nulle autre pareille dans The Lost Bear.

TeddySnatchers

Comment ? Un jeu VR qui propose un gameplay en pure 2D ? Effectivement, présenté comme cela, The Lost Bear n’est en rien original, si ce n’est sans doute sa patte visuelle franchement réussie. Il s’agit de diriger une petite fille dans une lugubre forêt à la recherche de sa peluche enlevée par une drôle de créature mécanique nommée Snatcher. L’occasion d’y voir un héritier ici des titres de PlayDead comme Limbo, chaque nouveau tableau nous demandant de résoudre une petite énigme, fuir des créatures mécaniques ou éviter un piège mortel.

Assis dans son canapé, le joueur interagi avec les mécanismes en admirant son environnement changeant

Armée de son lance-pierre, l’enfant pourra faire diversion ou briser des objets à distance, mais aura aussi besoin de votre concours pour progresser, puisqu’en plus de la diriger, il vous faudra littéralement clipser la Dualshock dans des consoles rouillées pour activer certaines machines ou déplacer des plateformes.

Car bien évidemment, The Lost Bear tire parti de la réalité virtuelle à sa propre manière.

Un canapé en forêt

En effet, c’est assis dans un canapé devant un rideau de théâtre ouvert que nous assistons à cette petite histoire. Le décor champêtre autour de nous participe à l’ambiance générale, et se veut changeant. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir une créature sortir du cadre pour venir vous faire coucou sur les côtés, un élément du décor de la pièce subitement apparaître de votre côté, ou encore une féerie de lucioles danser autour de vous, en lien avec ce que traverse la fillette au même moment.

OddBug studio fait montre ici d’une utilisation originale et pertinente de la VR

Passage sombre et menaçant ou féerique, votre propre environnement s’adapte pour vous faire ressentir au final les émotions vécues par l’enfant. Et l’effet est terriblement efficace. On se prend à rêver que le cinéma adopte le même système, rappelant les essais de “cinéma 4D” promis il y a longtemps. Le quatrième mur, comme on l’appelle, n’a jamais été aussi joliment brisé, littéralement.

Oh, l’aventure est bien courte et si quelques énigmes pourront vous prendre un peu de temps si vous êtes fatigués, il ne faudra guère plus de deux heures pour en voir le bout. Néanmoins, les gars de OddBug studio font montre ici d’une utilisation inattendue et terriblement pertinente de la VR, usant de l’immersion autrement que par l’usage de la première personne.

Conclusion

Le principal défaut de The Lost Bear est sa durée de vie malheureusement trop courte. Vendu à un prix très correct pour l’expérience proposée, le jeu d’OddBug Studio ouvre de nouvelles possibilités à la réalité virtuelle en matière d’immersion. En cela, The Lost Bear est un petit coup de cœur inattendu et trouve tout à fait sa place dans votre ludothèque VR !

Temps de lecture : environ 2 minutes

The Lost Bear

  • Développeurs OddBug Studio
  • Type Plateformer VR
  • Support PS4
  • Sortie 05 Septembre 2017
The Lost Bear à notre sauce
9/10
The Lost Bear à notre sauce
Y'a bon
  • C'est beau
  • La VR autrement
  • Les interactions entre le jeu et l'environnement du joueur
Beuuuuwark
  • Très court !
  • Technique
    9/10
  • Esthétique
    9/10
  • Ergonomie
    9/10
  • Audio
    7/10
  • Contenu
    5/10
  • Cinétose
    10/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre