Chez Digerati, on aime les jeux de pixels. Et c’est vrai que leurs productions sont souvent originales (comme Uncanny Valley par exemple) et tirent parti du pixel art. C’est de nouveau le cas avec la version console de The Aquatic Adventure of the Last Human venue du PC et qui nous plonge dans le futur sur une Terre submergée et vierge de toute présence humaine…

Le monde a bien changé pendant votre absence

Sous l’eau tout est beau

Notre astronaute n’a guère de chance. Parti en mission dans l’espace, il se fait avaler par une anomalie spatiale et en ressort plusieurs millénaires plus tard. Alors qu’il s’écrase sur Terre, il perce l’épaisse couche de glace tandis que son vaisseau fait office de sous-marin de fortune. En explorant les fonds marins, il découvre des balises qui émettent des messages en boucle, expliquant peu à peu la situation de la Terre au moment de la catastrophe. Ça et là, nous découvrons des caissons qui lui permettent d’améliorer le véhicule, ou l’équiper de nouveaux modules pour aider à sa progression. La première caisse donne accès à des harpons bien utiles pour activer des mécanismes à distance. Plus on charge, plus la distance parcourue par le harpon est grande, mais l’angle de visée est limité à 180° vers le bas. Ailleurs, d’énormes plantes bloquent le passage, indiquant qu’il faudra trouver tôt ou tard de quoi les couper pour continuer notre route, où notre ordinateur de bord nous conseille de trouver de quoi éclairer notre route avant de s’aventurer dans de trop sombres tunnels.

A deux contre un, vous allez en baver

En quelques endroits, des tuyaux crachent un liquide corrosif à même de détruire notre sous-marin, d’énorme coquillages accrochés aux parois menacent de découper notre coque tandis que des plantes crachent des projectiles. Les environnements sont magnifiques, allant de zones industrielles sombres à de magnifiques forêts englouties où pullule la vie, parfois dangereuse, souvent inoffensive, dansant au rythme des courants. On découvre alors peu à peu l’histoire du monde, d’anciennes ruines et de merveilleux décors aquatiques. Mais très vite, on se rend  compte que d’énormes masses se déplacent sous l’eau.

Boss Rush – Hush-Hush

Quand la première porte métallique se referme derrière vous, juste après avoir mis la main sur le harpon, vous vous retrouvez face à un énorme ver sous-marin. La créature disparaît dans le plafond ou le sol, ressort pour vous écraser, vous avaler ou cracher sa progéniture abominable et acide par dizaine. La lenteur du sous-marin est handicapante, mais au fil de vos échecs, vous découvrirez la logique du combat et de The Aquatic Adventure of the Last Human : un Boss Rush constitué d’une douzaine de créatures énormes et agressives disséminés dans les tréfonds des océans. Vous pouvez y accéder dans l’ordre que vous voulez, au détour d’un conduit qui débouche sur une grande salle, tandis que chaque victoire vous octroie un nouvel outil pour progresser plus loin, permettant de découper des lianes, utiliser un drone ou activer des mécanismes autrement inaccessibles.

L’enchantement de certains lieux est contrebalancé par la crainte de tomber par mégarde sur ces féroces gardiens, bien plus véloces que votre pauvre sous-marin, au début limité à un petit tir de harpon vers le bas, qu’il faut en plus charger si on veut qu’il parcoure plus de 2 mètres sous l’eau. Chaque boss possède sa tactique, mais il peut aussi vous détruire d’un seul coup rapide si vous n’êtes pas assez prudent. La stratégie du Die & Retry est ici pleinement exploitée, jamais handicapante, et une fois le pattern correctement assimilé, aucun combat ne vous paraîtra impossible. La victoire vous procurera une grande satisfaction, avec en ligne de mire le fait de savoir que vous allez pouvoir explorer le monde encore plus loin et découvrir de nouveaux environnements.

Une fois le jeu terminé, vous avez l’opportunité de refaire tous les affrontements dans un mode dédié. Chaque créature défaite sera ajoutée à un genre de journal de bord contenant un surplus d’informations bien écrites, et cela implique les pauvres créatures inoffensives que vous souhaiteriez occire sur votre passage…

Conclusion

Fascinant durant ses phases d’exploration, proposant des combats contre des boss immenses demandant beaucoup de concentration et procurant un grand sentiment d’accomplissement après chaque victoire, The Aquatic Adventure of the Last Human propose de magnifiques environnements, une narration captivantes et bien gérée ainsi qu’une bande-son envoûtante. Le premier affrontement est une surprise de taille, et donne le ton de la suite : il vous faudra vaincre pour comprendre ce qui est arrivé à votre civilisation pendant vos millénaires d’absence. Mais après tout cela, n’est-ce pas plutôt vous l’envahisseur venu perturber ce magnifique monde ?

The Aquatic Adventure of the Last Human

  • Développeurs Y/CJ/Y
  • Type Boss Rush / Exploration
  • Support PS4, PC, XBox One
  • Sortie 23 Janvier 2018
Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Précédent Dynasty Warriors 9 se balade dans son open world
Suivant Test : Razer Naga Trinity
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

KARDS partira en guerre le 15 avril sur PC

02/04/2020
Close