Test : Razer Naga Trinity

La souris schizophrène

Les souris défilent sur mon bureau, et j’avoue que depuis que je teste des variations, il m’arrive assez souvent de changer de souris suivant mon utilisation. Et Dieu sait que ça me saoule… Ma préférence de tous les jours reste la très sobre SteelSeries Sensei 310 dont je vous parlerai sous peu, mais il se peut que la proposition de Razer la détrône moyennant quelques concessions. La vie est faite de choix, encore plus quand nous sommes des joueurs, n’est-ce pas ?

Au nom du jeu, du MOBA et du MMORPG, Amen

N’y allons pas par quatre chemin, vous êtes tombé sur cette page pour lire un avis très pratique sur cette souris, attaquons donc par ce qui fâche un peu dans l’élaboration de la Razer Naga Trinity.

Cela reste de l’ordre du détails, mais la souris en elle-même aurait gagné à proposer des ajustements de longueurs, ou d’être plus longue d’un bon demi-centimètre afin de bien se caler sous la paume de la main. J’ai certes de grandes mains, mais le concept même d’adaptabilité extrême de ce périphérique s’en voit un peu amoindri. Aussi, si l’ergonomie générale permet aux doigts de trouver leur place très naturellement, à l’aide d’un petit repose-doigts à droite pour y placer l’annulaire, seuls les majeurs et index sont utilisés pour l’activation des deux clics principaux et la molette, là où d’habitude l’annulaire est employé pour le clic droit, laissant le majeur le soin de gérer la molette centrale.

Détails ici encore, mais qui m’a demandé un peu d’adaptation. Cette molette est graduée et s’enclenche par à-coups, quelque peu gênant pour le défilement des pages hors situation de jeu (mais parfait pour changer d’arme en pleine action, je dois dire).

Pour une fois, les images promos sont très fidèles à la réalité : c’est exactement ce que ça donne

Pour terminer, le placement des deux boutons servant à la gestion de la sensibilité sont placés à hauteur de la phalange proximale, entre le majeur et l’index, et demandent de modifier intégralement le placement de sa main pour changer les DPS. Compliqué donc de le faire la volée.

Ces détails évacués, attardons-nous sur ce qui fonctionne très bien, à savoir tout le reste.

Niveau souris adaptable, Razer a tapé fort en proposant une seule souris capable de combler autant les joueurs de MOBA que de MMORPG tout en offrant la simplicité d’une souris standard qui peut rester connectée en permanence à votre PC. Utile si le PC familial est aussi le PC de jeu (ce qui est de plus en plus le cas, les joueurs exigeants d’hier sont les parents d’aujourd’hui). L’étui de la Razer Naga Trinity ne contient au final que peu de choses : La souris en elle-même, un petit livret qui vous indiquera en petit qu’il faut télécharger le logiciel Razer Synapse 3 pour gérer les paramètres de la souris et 3 surface détachables pour personnaliser la souris.

Simple, mais très complet, el logiciel Synapse 3 permet de régler la souris et ses plaques dans les moindres détails

La première est classique, offrant un repose-pouce antidérapant confortable et 2 boutons programmables situé sur la partie supérieure pour les tâches quotidiennes ou les jeux d’aventure. La seconde surface est déjà plus large proposant 7 boutons placés de manière circulaire, avec un emplacement central antidérapant pour le pouce idéal pour les joueurs de MOBA, tandis que la dernière surface propose un clavier avec pas moins de 12 boutons sous le pouce pour définir les nombreuses actions des MMORPG.

Ces trois surfaces différentes demandent un peu de force pour se détacher de leur deux points magnétiques, ce qui leur assurent de rester en place en toute circonstance, voire après une chute (la souris étant filaire, cette situation reste rare). Chaque surface est reconnue automatiquement à chaque changement et offre vraiment un réel confort pour tout qui saute d’un jeu à l’autre ou pour proposer des personnalisations à la carte pour chaque utilisateur du PC, car comme vous vous en doutez, le logiciel Razer Synapse 3 ne sert pas qu’à faire apparaître une nouvelle icône sur votre bureau.

Au menu donc, des personnalisations pour chaque surface, la gestion de la sensibilité via le capteur optique 5G à 16 000 dpi (et dont les paliers sont bien entendu configurables de 100 dpi jusqu’au 16 000), la compatibilité avec Razer Chroma pour les effets lumineux, des macros et une gestion de divers profils accessibles via un petit bouton sous la souris. Pour aller plus loin encore, il est possible d’activer dans les options l’Hypershift, qui permet de passer d’une configuration de bouton à une autre en maintenant une touche.

Conclusion

Si le prix peut sembler élevé, il faut se souvenir que Razer propose ici trois souris en une et hautement personnalisables, sobre dans son design mais d’un réel confort. Les plaques se remplacent en quelques secondes pour changer de style, l’Hypershift permet de profiter de plusieurs configurations à la volée et si l’on accepte un petit temps d’adaptation souris en main et dans le logiciel Synapse, on dispose d’un produit de qualité, solide et qui permet enfin de ne plus aller sous son bureau remplacer la souris à chaque nouvelle utilisation. Bref, j’ai changé de souris.

Temps de lecture : environ 10 minutes

Razer Naga Trinity

  • Fabriquant Razer
  • Type Souris gaming
  • Support PC
  • Prix 109,99€
Commentaires Facebook
Catégories
Tests matériel
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre