Certains jeux nous tapent parfois dans l’oeil parce qu’ils ont un petit je-ne-sais-quoi qui les différencie des autres. Spinch est un jeu de plateforme qui convient parfaitement à cette catégorie en raison de son esthétique psychédélique aux couleurs de l’arc-en-ciel. Est-ce que le jeu de Queen Bee Games saura se tailler une place au panthéon des jeux vidéo cultes ? C’est ce que nous verront dans quelques niveaux complètement déjantés ! 


Spinch


Supports : Switch, PC

Genre : Plateforme

Date de sortie : 3 septembre 2020

Editeur : Akupara Games

Développeur : Queen Bee Games

Multijoueurs : Non


Effets psychédéliques garantis.


  • Une difficulté qui apporte beaucoup de satisfaction.
  • Un gameplay assez maîtrisé.
  • Des niveaux bonus surprenant.
  • La musique qui boucle trop rapidement.
  • Des soucis techniques qui plombent un peu l’ambiance.
  • Un peu trop d’arc-en-ciel.


Vos yeux vont saigner… 

Dans Spinch, vous contrôlez une petite créature qui doit retrouver sa progéniture (au nombre de 12) dispersée à travers les niveaux. L’histoire n’est pas plus compliquée que ça et sert surtout de prétexte pour vous faire explorer des dédales colorés. Les dialogues sont, de toute manière, difficiles à lire puisque la police utilisée est de type pixel et surtout elle est de toutes les couleurs ! Un choix discutable du point de vue de l’accessibilité. 

Mention spéciale au texte complètement illisible.

…Et vos (pauvres) mains aussi ! 

Les commandes de Spinch sont plutôt simples puisque votre personnage peut soit courir, sauter ou dasher. Le saut vertical (wall jump) contre des parois s’avère également utile et certains niveaux ont d’ailleurs une progression verticale plutôt qu’horizontale. Une fois que ces 3 actions sont maîtrisées, il faut pouvoir les effectuer au bon moment pour ne pas perdre un coeur ou, dans le pire des cas, être renvoyé au dernier checkpoint. Après quelques minutes avec la manette en main, on se rend compte qu’on est devant un jeu de type mort en boucle et que la patience est de mise. Il faut mémoriser les particularités du niveau et les ennemis qui s’y cachent afin d’atteindre l’arrivée au bout de multiples tentatives. Un bon défi pour les mains diront les uns, une calomnie pour les autres qui se sentiront piégés par la difficulté du jeu. 

Le challenge est définitivement au rendez-vous.

En avant pour le speed running !

Spinch est le genre de soft pensé pour ceux qui aiment battre des chronos, en l’occurence vos propre chronos car il n’y a pas de mode multijoueur ni de classement en ligne. La difficulté est croissante, les ennemis peint aux couleurs de l’arc-en-ciel sont variés, des niveaux bonus sont présents et la satisfaction est au rendez-vous lorsqu’un monde est enfin réussi. D’ailleurs, Spinch comporte 6 mondes qui sont tous bien différents et qui se terminent chacun par un boss. Si cette recette vous semble familière, c’est parce que plusieurs jeux comme Super Meat Boy et plus récemment Cuphead l’utilisent.

Des rivières d’arc-en-ciel, c’est digne des Skittles.

Retour à la réalité  (Conclusion)

J’ai passé un bon moment

Spinch s’apprécie à petites doses homéopathiques et possède son lot de défi à relever. L’histoire est anecdotique et on ne s’attache pas tellement au personnage que l’on contrôle. Malgré quelques soucis de performance et un bug au niveau du stick gauche inutilisable lorsque la console est sur son dock, on sent que Queen Bee Games a mis le paquet pour offrir une expérience de jeu satisfaisante. Un patch pour corriger ces bugs devrait être bientôt disponible. En attendant, allez donc vous mesurer au vilain chronomètre ! 

Show Full Content
Previous Monster Boy et le Royaume Maudit reviendra en 4K/120 FPS sur PS5 et Xbox Series X/S
Next Xbox Series X : sortie le 10 novembre à 499 euros et préco dès le 22 septembre

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Dark Souls II : Scholar Of The First Sin se dévoile en trois minutes

03/02/2015
Close