30/03/2020

Snakebyte récidive et sort de nouveaux accessoires à bas prix à destination de la Switch. Avec les Multi:Playcons, le constructeur entend faciliter la vie des joueurs en leur mettant à disposition deux petites manettes choupinettes. Contrat rempli ?


Titre Multi:Playcon

Fabriquant Snakebyte

Type Joy-con rigolos

Support Switch

Prix 39.99€


Un petit bonhomme au creux des mains

Choupi Playcon

Le deal ici est simple : le constructeur s’adresse à ceux qui voudraient plus que deux Joy-cons… mais sans vendre un rein pour jouer à plusieurs sur une Switch. Pour rappel, un Joy-con officiel de Nintendo est tarifé 50€, tandis que la paire avoisine les 85€. Pas vraiment bon marché si il s’agit de sortir les manettes une fois de temps en temps pour jouer avec des copains. Fidèle à son habitude, Snakebyte propose ses Playcons au tarif nettement plus abordable de 40€ la paire. Notez cependant qu’à se prix, il est difficile de s’attendre à la même qualité. On pourrait même dire qu’on en est loin. Mais ce n’est pas vraiment négatif non plus.

Le packaging est une nouvelle fois sommaire : une petite boite en carton, un sachet contenant les Playcons, un livret d’instructions et un câble de recharge micro-USB. Jusque là, rien d’anormal.

Simple et efficace

Mais au premier coup d’oeil, on remarque que les coloris sont destinés aux jeunes enfants avec un bleu pastel et un orange doux, mais vous aurez aussi le choix d’en avoir en noir et gris. Mais plus que la couleur, c’est le look de la manette en elle-même qui prête à sourire, puisque… ben elle vous sourit aussi, tout en vous faisant un clin d’oeil. Un choix qui ne plaira pas à tout le monde, mais qui a le mérite de positionner le produit pour les soirées funs entre amis et les soirées raclettes.

Tous les boutons y sont présents, et les dents sont des LED indiquant l’appairage et le numéro de la manette. Une fois en main, on a une sensation de plastique assez peu convaincante et fragile, tandis que le format est réellement destiné aux plus jeune (cela dit, les Joy-cons sont également une horreur quand on a de grandes mains) mais se révèle plus ergonomique pour les mains d’adultes. Typiquement, on a donc deux Joy-cons supplémentaires manufacturés différemment, et vous vous doutez bien, sans les fameuses vibrations HD, la gyroscopie ou le lecteur NFC.

Les Playcons sont également conçues comme des mini-manettes indépendantes, et ne sont pas destinées à être des Joy-cons utilisables en tandem par un seul joueur. A ce propos, on note que le bouton Home et présent sur une manette, tandis que le bouton de capture est présent sur l’autre. C’est un peu dommage pour le coup, cela permet aux manettes d’arborer la même configuration de bouton que les manettes officielles, mais pour ma part, j’aurais préféré avoir les boutons Home et Capture sur chaque manette. Est-ce que ça posait des soucis techniques ?

Au niveau de la connexion, celle-ci s’effectue la première fois depuis le menu de la Switch, tandis que vous maintenez le bouton d’appairage enfoncé. Un fois connectée, la manette est reconnue comme un Joy-con classique, néanmoins j’ai noté que parfois, elle se connecte comme la moitié d’une manette (c’est à dire que parfois, la Playcon était reconnue comme manette gauche ou droite de la Switch, en position verticale) sans que j’en trouve la raison. La déconnexion se produit aussi un peu trop rapidement après environ 5 minutes d’inactivité, ce qui peut se produire régulièrement suivant le jeu auquel vous jouez..

Néanmoins, il faut reconnaître que le Play-con tient mieux dans la main que le Joycon officiel en tant que manette autonome. Comme il est un peu plus grand et plus rond, l’accès aux touches demande moins de gymnastique de la part des mains, et contrairement aux Joy-cons classiques, les Playcons s’adaptent mieux aux mains des enfants comme des adultes (sans toutefois atteindre le confort d’une manette classique).

Les boutons de la manette sont réactifs et ne posent aucun souci en jeu, même sur des sessions plus longues. Fun fact : j’ai obtenu de meilleurs résultats sur Samuraï Shodown avec un Playcon qu’avec un Joycon (j’ai dit meilleurs, pas exceptionnels, jouer à un jeu de combat aux Joy-cons est une aberration, mais moins douloureuse avec un Playcon). Et bien que les manettes aient passé le test de mes filles de 5 et 8 ans et que j’ai eu de forts doutes sur leur survie dans leur mains, il s’avère que les Playcons sont suffisamment robustes, malgré leur impression de fragilité peu rassurante. En tout cas, elles ont survécu à quelques chutes non prévues !

Si il est possible de recharger les batteries tout en jouant, cette dernière a une durée de vie approximative de 10h, ce qui est moitié moins qu’un Joycon officiel, mais on est aussi moitié moins cher…

Conclusion

Deux manettes pour la moitié du prixLes Multi:Playcons ne sont certes pas des manettes qui pourront pleinement remplacer les Joy-cons officiels, mais elles permettent d’avoir deux manettes d’appoint peu onéreuses et remplissant la plupart des demandes classiques du jeu à plusieurs sur Switch. Dépouillées de fonctionnalités avancées telles que le lecteur NFC, vibrations ou gyroscopes, elles ne vous permettront pas de vous enjailler sur 1-2 Switch, mais si vous passez au-dessus de leur design enfantin, elles feront leur travail sur un Mario Kart, un Overcooked ou un Smash Bros à l’occasion.

Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Précédent Le Pokémon fabuleux Zarude vient d’être découvert dans Pokémon Épée et Bouclier
Suivant Test : Under Night In-Birth Exe:Late[cl-r] – Mise à niveau indispensable ?
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Strafe : un nouveau Quake-like au relent old school

03/03/2016
Close