30/03/2020

Titre Shinobi

Développeurs M2

Type Plateforme

Support Switch

Sortie 23 Janvier 2020


M2 avec la gamme Sega Ages continue d’alimenter la Switch avec les rééditions de titres classiques dans des versions modifiées et augmentées de nouvelles options. Aujourd’hui, place au ninja le plus célèbre du jeu vidéo : Shinobi premier du nom sur Master System, par Yutaka Sugano.

Coucou Altered Beast

Mandara

Oui, je nomme mon paragraphe avec le nom du boss sur lequel j’ai passé ma soirée d’hier. Une sorte d’hommage si vous voulez, ou d’exorcisme. Si vous connaissez le titre, vous devez savoir que ce boss fait partie des pires plaies du jeu vidéo, demandant limite d’utiliser un glitch dans sa version originale pour passer au travers afin de le vaincre de dos. Bon, dans cette réédition, bien que j’ai perdu quelques cheveux au passage (il m’en reste beaucoup, merci de vous en inquiéter), il est battable normalement à condition de spammer les shuriken comme un pangolin et de commencer par lui envoyer l’attaque spéciale au plus proche de lui. C’est possible. Tendu mais possible. Merci à M2 justement de repasser sur les titres afin de corriger quelques absurdités.

Le Rewind est un outil précieux, tant les coups pleuvent

Dans Shinobi (et oubliez la traduction foireuse du film Dead or Alive), vous incarnez Joe Musashi le Ninja, qui doit arrêter l’organisation de terroristes Zeed et sauvez les enfants de son clan par la même occasion. Un petit côté “Michael Jackson Moonwalker” sur Megadrive, je dois dire. A ceux qui tiqueraient sur l’apparence graphique du jeu, notez qu’il s’agit ici non pas d’une adaptation de la Master System, mais de la version arcade, un cran au-dessus graphiquement.

Refermons cette parenthèse pour nous attarder un peu sur l’adaptation du désormais célèbre studio M2, qui a pour vocation de rendre une seconde jeunesse à tous nos vieux jeux. Outre la sauvegarde à la volée, cette édition de Shinobi apporte également le rembobinnage, plus que salvateur dans certains niveaux tant le nombre d’ennemis, leurs déplacements et leurs attaques vous assaillent de toute part. La moindre erreur vous amenant à la mort, ce Rewind est une véritable bénédiction. Vous pouvez bien entendu vous en passer si vous souhaitez du challenge d’époque. Mais en plus du mode arcade identique de l’époque, le mode Ages nous donne accès à un Joe Musashi version Revenge of Shinobi (en blanc) équipé d’un katana et d’une arme à feu, mais aussi doté d’une “vie” supplémentaire (comprenez par là que ce n’est plus la mort instantanée au moindre coup reçu).

Petite cerise en plus : il est possible de sélectionner un niveau déjà atteint sans forcément tout recommencer depuis le début. C’en serait presque trop simple, puisque nous pouvons régler la difficulté et même la vitesse de tir des ennemis, si le jeu n’était déjà pas d’une difficulté d’origine absurde. Ces modes supplémentaires apportent un genre d’équilibre dans la Force, l’impression de faire jeu égal avec Shinobi, toujours avec la possibilité de se passer de ces aides. Vous pourrez même savoir qui a le plus souffert via les classements en ligne. Sachant que pour avoir les scores les plus élevés, il ne faut utiliser aucun projectile…

Bon, là c’est foutu…

Outre les filtres activables, le choix entre la version japonaise ou internationale, il est possible de modifier quelque peu la maniabilité en octroyant un bouton au tir automatique (vous penserez à moi et Mandara) et à l’attaque au sabre, puisque de base, celle-ci ne se déclenche qu’une fois très proche de l’ennemi (ce qui parfois cause des soucis, vu la cohue à l’écran).

Conclusion

Avec ses 5 niveaux découpés en stages et terminés par des boss très retors, Shinobi reste une valeur sûre de la gamme Sega Ages. C’est difficile, mais les modes d’assistance vous permettent tout de même de ne pas manger votre Switch de frustration.
Dédicace à Mandara : je t’ai eu à la loyale, salaud.

Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Précédent Le trailer déjanté de Bloodroots est de sortie
Suivant Test : SEGA AGES – Fantasy Zone
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

gamescom 2017 – On a joué à Assassin’s Creed Origins

25/08/2017
Close