Test: Rad Rodgers

Let's kick some a**!

C’est déjà à partir du 1er décembre 2016 que nous avons d’ores et déjà pu entendre parler du « Rad Rodgers : World One » lors de sa sortie sur Steam. Développé par le studio Danois « Slipgate Studio », autrefois appelé « Interceptor Entertainement », il s’est vu racheté les droits de sa licence par le studio Autrichien « THQ Nordic », à qui l’on doit les excellents « Darksiders ».

C’est ainsi par le biais de ce rachat que nous avons pu avoir le plaisir de nous atteler au test de la version Playstation 4 ! On attaque ça directement !

Le contexte du jeu :

Je peux vous le dire d’emblée, cela a été une vraie surprise et un véritable coup de cœur pour cette pépite qu’est « Rad Rodgers : World One ». On incarne le jeune Rad qui, du haut de ses 12 ans, est déjà un vrai mordu de jeux-vidéo et ne laisse pas une minute de son temps libre sans allumer sa précieuse console ; sa SNES !

Aller m’man! Laisse moi finir le niveau!

Alors qu’il se fait gronder par sa mère car il est encore devant sa console, Rad se trouve dans l’obligation d’éteindre sa dulcinée pour tristement devoir aller se coucher. Mais ce n’est que quelques minutes après cette frustration que la console et la TV de Rad se rallument pour que ce dernier se fasse aspirer à l’intérieur de son jeu préféré. Haaaaa qui n’a jamais rêvé de pouvoir se réincarner dans son jeu favori ?

Après cette brève cinématique d’introduction aux allures de BD, le jeu se lance directement avec notre fidèle compagnon de toujours : Dusty, notre console elle-même ! Vous entamez votre premier niveau aux apparences de tutoriel interactif. Une fois bouclé, vous arrivez à l’écran de sélection des niveaux et du chemin à suivre pour atteindre le boss final du tableau !

La carte du monde de Rad, des niveaux aventures, des bonus et un boss!

Le gameplay :

Très simple à la prise en main, vous n’aurez AUCUNE difficulté à vous familiariser avec les touches de la manette. En revanche, vous aurez de quoi vous arracher les cheveux sur certains passages : mais c’est bien là que la magie s’opère. On retrouve cette petite patte des jeux de plate-forme des années 80 qui pouvaient nous en faire baver pendant des heures.

Le timing peut avoir son importance…

Une des particularités de Rad Rodgers est le fait que vous puissiez incarner Dusty, votre console, durant certaines phases de jeu. Ces quelques moments aux commandes de Dusty seront primordiales pour que vous puissiez avancer à travers le niveau mais aussi pour débloquer des passages afin de récupérer objets, armes ou secrets. Les secrets sont en l’occurrence des couvres chefs, les Chapoooo, que vous récupérez à travers tous les stages pour votre personnage ; ouvrez bien les yeux !

Même si l’on peut penser aux premiers abords que ces quelques phases de jeux sont du rentre dedans pur et dur, détrompez-vous ! Dusty a une barre de vie dans la phase de son gameplay mais également dans celle de Rad : dans cette dernière la barre de vie de Dusty sert à nous indiquer le nombre de coups au corps à corps que notre personnage peut asséner d’affiler avant de se recharger lentement au cours du temps.

Les fameux bugs que Dusty devra résoudre pour permettre à Rad d’avancer dans le niveau!

Et c’est là que ça devient intéressant, car si vous spammez sans arrêt les coups au corps à corps avec Rad, la vie de Dusty quant à elle ne va cesser de descendre et vous pourrez subir un véritable One Shot quand vous commencerez à jouer avec lui ! Il vous est alors impératif de détruire toutes les bestioles que vous croissez pour les dépecer de leurs pixels et ainsi rendre du baume au cœur à votre cher Dusty.

C’est donc à travers chaque niveau que vous allez devoir réaliser différentes énigmes avec votre comparse pour récolter en tout 4 quarts de pierre pour chaque niveau et ainsi clôturer ce dernier.

Un mode photo très bien exploitable pour nous proposer de superbes clichés!

Conclusion :

Un vrai coup de cœur que nous propose Rad Rodgers est son coté Old School 2D qui se marie parfaitement à la 3D de l’univers. Il m’est d’ailleurs arrivé de m’arrêter dans certaines passerelles de niveau pour en admirer le décor et en prendre quelques screens avec l’outil photo proposé dans le menu pause du jeu (voir la photo ci-dessus). Malheureusement, Rad Rodgers est un jeu avec une espérance de vie plutôt médiocre avec seulement 10 niveaux dont un qui comporte le boss final. Les aventures de notre jeune Rad se finissent avec un arrière goût d’insatisfaction. Mais après tout, comme le titre l’indique, ce n’est que le « World One »…

Temps de lecture : environ 4 minutes

Rad Rodgers

  • Développeurs THQ Nordic
  • Type Action, Plateformes
  • Support PS4, Xbox One
  • Sortie 21 Février 2018
Rad Rodgers à notre sauce
8/10
Rad Rodgers à notre sauce
Y'a bon
  • Une excellente ambiance rétro
  • Un bon challenge
  • Les interactions entre personnages sont bien drôles!
  • Le mode enfant et adulte
  • La chasse aux différents bonus
Beuuuuwark
  • Trop court
  • Le jeu peut faire bug la console à plusieurs reprises
  • Des ennemis peu entreprenants pour nous nuire
  • Technique
    8/10
  • Esthétique
    8/10
  • Ergonomie
    10/10
  • Contenu
    6/10
  • Audio
    8/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo