Test : Our World is Ended – Et si c’était vrai ?

Entre fiction et réalité

Sorti d’abord sur PS Vita en novembre 2017 au Japon, Our World is Ended (Ore-tachi no Sekai wa Owatteiru) s’invite maintenant sur PS4, Switch et sur Steam. Développé par le studio Red Entertainment, ce jeu de type visual novel a été conçu par Naoki Morita dont on connaît déjà le travail grâce à la licence Sakura Wars. Est-ce que la formule proposée saura captiver les esprits ? La réponse après quelques choix déchirants !

Reiji teste la réalité augmentée en compagnie de Yuno.

Passons en revue le storyboard.

Our World is Ended met en scène les péripéties des employés de la boîte de jeux vidéo Judgement 7. Le point de vue narratif est celui d’un directeur à temps partiel qui se prénomme Reiji. En tant que plus jeune recrue de cette société, Reiji se tape toutes sortes de corvées et est aussi la cible de vannes de la part de certains de ses collègues qui sont tous plutôt déjantés ! D’abord, il y a Yumi qui a la réputation d’être tête en l’air et qui occupe le poste d’assistante. Sa soeur aînée Asano veille sur elle et s’occupe de la musique et du son. On dit d’elle qu’elle est pathétique, frustrée et qu’elle chante mal. Natsumi est l’artiste (gothique) qui conçoit les décors et les personnages. Iruka est très expressif et son rôle se concentre sur la planification. L’équipe de Judgement 7 compte également 2 programmeurs : Tatiana qui est considérée comme étant une génie et Owari, le programmeur pervers. Owari est également le chef de toute cette bande.

Toute la bande de Judgement 7 est réunie.

Owari a mis au point un système de réalité augmentée, le W.O.R.L.D. et Reiji a eu le plaisir de tester cette technologie en pleine rue pendant une journée caniculaire. Reiji teste les commandes vocales et est récompensé de ses efforts par des images aguicheuses qui sont générées par le programme. Soudainement, tout passe au noir et lorsque la technologie se rallume, notre héros a une vision d’horreur. Ce dysfonctionnement est attribué à la chaleur accablante et Judgement 7 décide lors d’une réunion spéciale d’utiliser le hardware de réalité augmentée pour créer leur prochain chef d’oeuvre vidéoludique. C’est à ce moment que les ennuis commencent puisque toute la bande se retrouve dans une réalité parallèle qui incorpore des éléments de leur précédente création !

Le système W.O.R.L.D. vous permet de percevoir des choses qui n’existent pas dans la vraie vie.

Jetons un coup d’oeil à la planche à dessin !

L’écran se compose généralement d’un décor sur lequel les personnages peuvent se superposer à l’occasion. L’action se déroule dans à Tokyo, dans le district d’Asakusa et les différentes illustrations contribuent à créer une certaine immersion. Le design des personnages est également assez intéressant, bien que les animations des lèvres soient assez peu réussies. La palette de couleurs choisies pour retranscrire l’univers de Our World is Ended est harmonieuse.

Les rues sont calmes en fin de soirée dans ce quartier de Tokyo.

S.O.S. – à l’aide !

Au niveau du gameplay, il faut surtout s’armer de patience puisque la majorité des inputs sert uniquement à faire défiler le texte. À certains moments, Reiji doit effectuer un choix parmi des options qui défilent rapidement à l’écran. Ce système s’appelle le S.O.S., c’est-à-dire le système Selection of Soul. Votre réponse aura des répercussions au niveau des dialogues, alors il faut éviter les réponses maladroites.

Les idées de Reiji se bousculent dans sa tête… à l’aide !

Les acteurs entrent en piste.

L’un des éléments important d’un visual novel est la qualité du doublage. Dans Our World is Ended, les voix sont disponibles uniquement en japonais. Si ce n’est pas une surprise en soit, la qualité de l’interprétation est assurément une plus-value pour le titre. Le ton employé permet de bien saisir les émotions ressenties par les personnages. Les sous-titres sont disponibles en japonais ou en anglais.

Iruka est toujours très expressif !

Allô, y a-t-il quelqu’un en régie ?

Il s’agit d’une question légitime, lorsque les bugs d’affichage au niveau de la troisième ligne de texte empêchent la bonne compréhension des dialogues. En effet, le coin inférieur droit de l’écran affiche généralement le nom de l’endroit où se trouve Reiji. C’est cette localisation qui se mêle aux dialogues des personnages et c’est parfois assez gênant, à moins que vous maîtrisiez parfaitement le japonais et que l’audio vous suffise… Il faut également faire mention des musiques qui bouclent bizarrement, ce qui peut vraiment gâcher l’ambiance. 

Des problèmes d’affichage entravent la lecture et c’est bien dommage.

Our World is Ended, or not ? (Conclusion)

Dans l’ensemble, Our World is Ended est une visual novel accessible qui peut facilement vous occuper pendant 30 à 40 heures. Les personnages sont bien dosés et l’humour est définitivement au rendez-vous. Les bugs viennent malheureusement gâcher un peu la sauce, ce qui est bien dommage. Dans l’ensemble, une bonne expérience narrative de science-fiction qui s’adresse autant aux néophytes qu’aux fans de ce genre.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Our World is Ended

  • Développeurs Red Entertainment
  • Type Visual Novel
  • Support PS4, Switch, PC
  • Sortie 18 Avril 2019
Our World is Ended à notre sauce
7/10
Our World is Ended à notre sauce
Y'a bon
  • Les personnages sont bien écrits et saupoudrés d'humour.
  • Les dessins nous transportent facilement dans les rues de Tokyo.
  • Le système S.O.S. bien pensé.
Beuuuuwark
  • Les bugs d'affichage gâchent un peu la sauce.
  • Le manque de variation dans les musiques.
  • On aurait pu se passer des animations faciales.
  • TECHNIQUE
    5/10
  • ERGONOMIE
    7/10
  • ESTHÉTIQUE
    8/10
  • AUDIO
    6/10
  • CONTENU
    9/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo