My Friend Pedro existe depuis quelques années, il fut développé sur Adobe Flash en 2014 et distribué par Adult Swim Games. Le jeu connaîtra son petit succès et se verra porté sur Steam et le Nintendo Eshop en juin 2019, suivi du Xbox Live en décembre 2019, pour enfin être porté sur Playstation 4 le 02 avril 2020.

Le tout sera développé par DeadToast Entertainment, un petit studio indépendant créer en 2006 par Victor Agren. Le studio lui servant principalement à pouvoir développer ses propres jeux vidéo, avec pour seul but de laisser place à la liberté de création.
Le studio comporte plusieurs jeux à son actif. On y trouve des titres comme Nunchuk Charli: A Love Story ou Triangle Face Fun Run. Des petits jeux indépendants qui paraissent bien originaux, cependant, nous sommes là pour leur derniers titres, donc c’est parti pour le test de My Friend Pedro.


My Friend Pedro


Supports : PS4, One, Switch et PC

Genre : Run and Gun

Date de sortie : 02 avril 2020 (sur PS4)

Editeur : Devolver Digital

Développeur : DeadToast Entertainment

Multijoueurs : Non


Le petit run and gun perché qui nous occupe sans problème.


  • La bande son
  • Un petit côté die and retry
  • De la variété dans le gameplay
  • La direction artistique
  • Une visée assistée obligatoire visant que le torse.
  • La durée de vie.
  • Les difficultés « faciles » casent l’intérêt.
  • La bande son trop répétitives


Il y a un scénario ?

Pedro, une très exubérante banane va monter le crâne à notre héro, le pousser à tuer tous ceux qu’il croisera sur sa route.

Le scénario est clairement simple, mais également très perché. On va combattre dans des lieux connus comme une boucherie par exemple. Mais également dans des lieux totalement fous comme Internet ou encore un rêve totalement « banane ». Un scénario donc simple mais pousser dans le délire, malgré une durée de vie peu avantageuse qui est probablement due à l’originalité du gameplay.

Un gameplay pauvre du coup ?

Nous allons donc parcourir différents niveaux en 2 D, et nous allons fusiller tout ce qui passe devant nous. La grosse idée de gameplay est le fait que l’on puisse ralentir le temps, ce qui crée des fusillades en mode Matrix avec un rendu bien valorisant dès qu’on le maitrise.Cependant, je vous conseille de jouer en difficile, en dessous toute l’idée du gameplay se basant sur les sauts et ralentis ne sert à rien. Cela casse donc l’intérêt du jeu.

Le jeu ne s’arrête pas là et nous offre par niveau une variété de gameplay en plus. On pourra faire du skate, de la moto, rentrer dans des niveaux délirant avec d’autres lois de la physique, etc.Mais cela reste assez calme au final. Dans chaque niveau la nouveauté de gameplay ne sera pas tirée sous toutes ces coutures et reviendra sous la même forme dans les niveaux d’après. Pour donner un exemple, l’utilisation du skateboard reste assez sommaire et on ne nous propose jamais rien d’autre que le simple saut que l’on découvre à la première obtention du skate. Le jeu s’étale tout de même sur une quarantaine de niveaux, ce qui nous laisse une marge de nouveauté assez correcte.

Une avalanche de corps

La durée de vie trop courte ?

Le jeu reste assez court au final. On peut finir ce dernier en 4- 5 heures de jeux. Cependant il est intéressant à refaire, nous poussant à chaque fois à faire des meilleurs runs. Ce qui aurait été intéressant mais avec le manque de variété de gameplay, on se retrouve vite avec une sensation de répétitivité. Il sera donc préférable de refaire le titre de temps en temps et non en boucle, au risque d’être dégoutté.

Test My Friend Pedro : Conclusion

My Friend Pedro est gore et perchée. Cest le genre de petit jeu concept qui nous emporte avec lui jusqu’à sa conclusion. Mais qui ne nous marque pas vraiment dans le temps. Il est plaisant à faire, et nous occupera bien une après-midi entière sans soucis. Nous promettant des guns fights, du sang et un peu d’originalité, donc pourquoi ne pas passer une bonne après-midi.

Show Full Content
Previous Final Fantasy XIV : un retard de plusieurs semaines pour la mise à jour 5.3
Next Test: Resident Evil : Resistance – Une résistance pas si musclée

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Test : Final Fantasy IX – Sous les feux de la rampe

26/02/2019
Close