Ken Follett’s The Pillars of the Earth est un petit jeu épisodique adapté de l’oeuvre littéraire principale de Ken Follett : Les Piliers de la Terre. Ce test qui s’apparente plus à une critique va avoir un format un peu particulier vu qu’il s’agit d’un non jeu. C’est donc un non test et vous en apprendrez autant sur le jeu que sur le livre finalement, avec le minimum de spoilers. Prêts?!

De l’intrigue, encore de l’intrigue et toujours de l’intrigue

Le contexte est le suivant :
Angleterre du XIIème siècle. La couronne n’a pas d’héritier et la guerre civile menace plus que jamais. L’Église et le pouvoir monarchique se surveillent et convoitent la puissance de l’autre. Les puissants ne se soucient pas des faibles et pourtant les uns impactent les autres, les histoires se mêlent et c’est ce que vous suivrez.

Une composition intelligente pour un enjeu fort

Vous suivrez au gré du vent l’histoire de Tom le bâtisseur dont le rêve est de bâtir une cathédrale afin de rendre hommage à Dieu et du prieur Philip qui veut restaurer la gloire de Kingsbridge, prieuré tombé en désuétude suite à une mal gestion du prieur précédent. Vous suivrez aussi la noblesse et la bourgeoisie qui s’entre-tuent parfois pour des raisons de mariage et autres joyeusetés.

C’est presque un coup à me faire jouer à des Point and Click.

En bref, si vous avez lu les livres, l’histoire est exactement la même, les personnages sont là et sont très bien retranscrits.

Je ne vous raconte pas les différentes histoires sinon ce jeu n’a aucun intérêt mais la narration est d’excellente qualité et le fait d’avoir accès aux pensées des personnages et de pouvoir mettre en évidence les éléments importants rend très bien et facilite le storytelling.

Pas beaucoup d’énigmes ni de difficulté mais ce n’est pas le but de ce jeu. Si vous souhaitez suivre des intrigues politico-religieuses avec plusieurs niveaux d’enjeux, allant de la survie d’une famille à l’équilibre d’un État ce jeu est fait pour vous. En effet, le livre en lui-même est une grosse briquasse qui peut rebuter les moins lecteurs d’entre vous et le jeu est une bonne plongée dans cet univers aussi sombre qu’excitant.

Un jeu au sommet de son art

Le storytelling est déjà un art en soi qui est ici maîtrisé à la perfection et étant donné qu’il s’agit du cœur du jeu on peut dire que c’est une franche réussite. Cependant un storytelling seul ne sert pas à grand chose.

Aussi à l’aise dans les compositions étroites que les grands tableaux. Chapeau

Cependant il n’y a pas lieu de s’inquiéter, la copie est artistiquement maîtrisée. En effet, l’ambiance est parfaitement rendue grâce aux illustrations sombres et réalistes qui retranscrivent parfaitement la froideur et la dureté de l’univers. Les personnages aussi sont assez fidèles à ce qu’on peut imaginer, assez différents les uns des autres pour être rapidement identifiables.
Certains décors sont par ailleurs véritablement majestueux et posent parfaitement les ambiances et les enjeux de la narration.

TU LA SENS MA GROSSE AMBIANCE?!

On rajoute à ça une BO d’excellente qualité et un sound design léché pour se retrouver avec un superbe point and click narratif à ambiance tip-top moumoute.

Conclusion

Ken Follett’s The Pillars of the Earth est une véritable pépite dans son genre. Difficile de vous attirer sans vous parler de l’histoire mais si je dévoile l’histoire alors le jeu n’a plus d’intérêt. Quoi que l’art servi est de haute qualité.

En bref, c’est un très bon contenu avec une bien belle enveloppe croustillante. C’est presqu’un coup à me faire jouer à des Point and Click. Et ça c’est fort, TRÈS fort.

Ken Follett’s The Pillars of the Earth

  • Développeurs Daedelic Entertainment
  • Éditeurs Daedelic Entertainment
  • Type Point and Click narratif
  • Support PC, PS4, XBox One, Mac, Linux
  • Sortie 15 août 2017
Montrer le reste de l'article
Précédent Gameplay : Chess Ultra – Rendez-vous avec la mort en VR
Suivant Little Witch Academia : Chamber of Time pose son pitch en vidéo
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

The Evil Within : le second DLC est daté avec un teaser

24/03/2015
Close