Alors, ce n’est pas le premier Hyrule Warriors que nous avons là. En effet, la (maintenant) série de musô (ou vulgairement Dynasty Warriors-like) est apparue sur Wii U en 2014 puis a connu des portages sur 3DS (2016) et même sur Switch (2018). Ce titre proposait un design à mi-chemin entre Twighlight Princess et Skyward Sword.

Ce qui diffère sur ce second opus titré L’Ere du Fléau c’est qu’il va non seulement reprendre la direction artistique du mémorable The Legend of Zelda: Breath of the Wild mais aussi… son histoire. 100 ans pour être plus précis. Ce qui vous rappellera que nous sommes donc pendant la fameuse guerre opposant Link, Zelda, ainsi que les quatre Prodiges (Revali, Mipha, Urbosa et Daruk) au fléau Ganon.


Hyrule Warriors – L’Ere du Fléau


Supports : Switch

Genre : Beat’em all /Hack’n’slash (Musô)

Date de sortie : 20 novembre 2020

Editeur : Nintendo

Développeur : Koei Tecmo

Multijoueurs : Oui


Un des meilleurs musô jamais réalisés et qui propose une autre vision du prologue de la trame historique.


  • La D.A. de Breath of the Wild
  • Gameplay très varié pour un musô
  • Du contenu à foison
  • Les techniques et personnages de Breath of the Wild!
  • Les musiques sont excellentes
  • Le petit gardien bien sympa mais remet en doute le coté canon du titre
  • La caméra parfois à l’ouest
  • Le coté parfois répétitif du musô
  • Le framerate pas super stable

A Link to the past…

Nous voilà donc 100 ans avant les évènements de Breath of the Wild. Autant dire que les équipes de Koei Tecmo et Nintendo ont dû bien se concerter et travailler ensemble pour ne pas se louper… même si nous nous retrouverons plutôt avec une interprétation qu’un préquel canon à 100%. Bref, no spoil… Comme on le sait quand nous avons joué à ce titre, Ganon s’est encore réveillé de mauvais poil et commence à semer le chaos dans les paisibles contrées d’Hyrule. Donc, élément déclencheur classique mais efficace comme prétexte à la baston.

Au début de notre histoire, Ganon est sur le point d’anéantir nos héros. C’est alors qu’un gardien (l’élément clé du titre) répond à l’appel du Don de Lumière de la princesse Zelda et voyage dans le temps pour prévenir celle-ci de ce qu’il se passe. Grâce à ça, Zelda, Link et leurs « amis » se préparent à l’arrivée du Fléau afin de le sceller définitivement en réunissant les quatre Prodiges ainsi que leur créature divine.

De toutes façons, ce scénario n’est vraiment pas le principal vu que le but, ici, c’est de parcourir les plaines d’Hyrule en mode beat’em all mixé avec du hack’n’slash. Et pour celà, les développeurs, spécialistes dans le genre, ont bien fait leur job.

Fan service

Bien entendu, comme dans tout les titres estampillés The Legend of Zelda, vous contrôlez (tout d’abord) ce bon vieux Link… mais pas que! Au fur et à mesure que l’histoire avance, vous découvrirez d’autres personnages avec lesquels vous aurez la possibilité de switcher pour utiliser d’autres aptitudes comme avec la première alliée qui n’est autre qu’Impa et ses pouvoirs magiques bien utiles.

En tant que bon musô des familles, il faudra aussi réaliser des objectifs et certains demandent d’être à plusieurs différents endroits de la map, donc, ce passage d’un personnage à l’autre s’avère nécessaire.

Il n’empêche qu’il ne faudra pas spécialement attendre de se faire des frères d’armes pour obtenir d’autres aptitudes. Car Link et ses amis en développeront tout au long de cette guerre contre le Fléau. Et on ne sera pas dépaysé vu que les techniques originales de Breath of the Wild y sont parfaitement intégrées. On y retrouve d’ailleurs les fameux Cinetis, Magnetis et Cryonis activables via la tablette Sheikah.

De plus, vous bénéficiez également de coups fatals qui, comme leur nom le précise, vous permettront de terminer votre adversaire après un combat acharné. Une sorte de Fatality en gros… en moins gore bien sûr! ^^

Bien ou bien?

Par contre, techniquement, on se rend compte que nous somme un peu en deçà du titre original développé par Nintendo. Il est clair que le jeu est assez joli et n’a pas la même intension que Breath of the Wild mais il n’empêche, qu’en coopération, il nous arrive de se retrouver dans un bazar pas possible.

Ajoutons à ça un framerate parfois instable remarqué surtout en mode docké par rapport au mode portable. La résolution chute légèrement également. Fort dommage donc… Dommage comme certains angles de caméra qui peuvent nous porter préjudice pendant les combats.

Pour ne pas rester sur ces dernières notes un peu négatives, parlons de l’orchestration musicale dont on reconnaitra pas mal de titres. Et ici, c’est assez réussi pour ne pas dire tout bonnement excellent!

Donc oui, dans ce musô, on peut vivre quelques instants épiques aussi. Et malgré ces quelques défauts, on reste sur un épisode musô très complet, avec une bonne durée de vie et certainement un des meilleurs du genre.

Hyrule Warriors – L’Ere du Fléau

ManuSupra

L’avis de ManuSupra

En bref

Attention, ceci n’est pas un Zelda… par contre Hyrule Warriors: L’Ere du Fléau est réellement un bon musô. Bien entendu, il subit les quelques défauts propres à ce genre mais reste bien l’un des tout meilleurs dans sa catégorie. Et surtout, même sans être une aventure de la même envergure, il saura totalement séduire les fans de la saga.

3.5
Show Full Content

About Author View Posts

ManuSupra

Passionné, collectionneur et historien vidéoludique trentenaire ayant grandit avec un enfant à queue de singe et un plombier moustachu s'empiffrant de champi. Chasseur de monstres à l'insectoglaive, archéologue gaming et adepte du "bas, diagonal, droit + poing". Sushivore et burgerovore professionnel!

Previous Test: Call of duty: Black Ops Cold War
Next Fahrenheit: 15th anniversary Edition est reporté à début 2021

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

GC 2014 Warlords of Draenor : opening et date de sortie

14/08/2014
Close