Test: Dead Cells

Contrôlez un zombie zinja! Et survivez jusqu'au Roi de l'île.

Si mourir et recommencer votre progression jusqu’au tout début ne vous fait pas froid aux yeux, je pense vous avoir trouvé le jeu qu’il manquait à votre vidéothèque ! C’est le studio Bordelais « Motion Twin » qui nous propose en ce début août leur tout nouvel arrivant : Dead Cells ! Depuis longtemps spécialisé dans les jeux mobiles, ce studio indépendant français franchit le pas du multi-plateforme.

 

Sorti en tout premier lieu sur Steam pour une phase de bêta, c’est maintenant à nous, joueurs console de nous approprier cette petite bombe de Pixel Art à la sauce Rogue-Like ! On est parti, prenez vos cellules !

Un topo sur l’histoire !

Il n’y a pas 36 mille explications sur notre personnage, on ne sait pas qui il est. Nos seules informations fondées sont le fait qu’il soit prisonnier de l’île où nous nous trouvons et qu’il est mort décapité.
Nous incarnons donc un mort qui revient d’outre tombe grâce à un tas de cellules infectées qui redonnent force et vitalité à notre corps décomposé. Une seule chose importe pour notre ninja sans tête, sortir de là encore et encore.

Un nouveau réveil pour une nouvelle mort, quand? Bientôt.

C’est donc par le biais de cette brève cinématique que nous nous lançons dans le Run de notre premier donjon ! C’est durant ces premières phases de gameplay que les diverses touches de combat/défense et d’esquives nous serons inculquées pour que nous puissions faire face à un panel d’ennemis tous aussi grands que coriaces.

Des mécaniques en abondance

Dead Cells regorge d’énormément de styles de combat, de combos et d’améliorations, il me sera même compliqué de tout expliquer car je n’ai tout simplement pas encore pu découvrir l’entièreté du jeu tellement ce dernier est vaste et punitif à certains moments (Maudit Boss!). Je vais néanmoins vous expliquer les principales mécaniques sans trop vous noyer sous la masse d’informations !

Vous avez le libre choix d’adopter un style de combat et cela par le biais des armes que vous ramassez. En bas à gauche de votre écran sont symbolisées cinq cases qui vous serviront d’emplacement d’armes et d’objets. Ces dernières sont divisées en plusieurs parties : une case permettant de stocker une potion, deux autres pouvant insérer diverses armes « physiques » (épée, marteau, arc, magie,..) et les deux dernières permettent à notre zombie ninja d’y placer des armes de type « piège » (grenade, arbalète auto, lance scie..).

Une petite partie de tout les objets déblocables dans le jeu! Sympa de voir son évolution.

Il est à souligner que les armes que vous ramassez auront souvent des compétences passives qui s’avéreront très utiles durant votre péripétie. Il sera alors intéressant de bien associer les différents passifs des armes pour ainsi exploiter les dégâts de ces dernières au maximum ! Comme dit plus haut, le choix de votre style de combat vous est totalement laissé comme une liberté. Vous pouvez donc déambuler à travers les multiples environnements en ne jouant qu’avec des armes à distance ou de mêlée. Alors plutôt Légolas ou Aragorn ?

Bon j’espère que je ne vous ai pas encore perdu car ça risque de devenir un chouïa plus compliqué, on continue ! Chaque arme que vous ramassez à travers les divers donjons fait partie de 3 ensembles bien distincts : Brutalité, Tactique et Survie. C’est lors de votre progression que vous allez récupérer une quantité de parchemins qui vous permettront d’améliorer les 3 catégories citées plus haut. En faisant cela, vous l’aurez donc compris, j’espère, vous améliorez les armes de la catégorie dans laquelle vous vous battez le plus. Par exemple : J’améliore ma brutalité pour que les armes de cette catégorie fassent plus mal. On est good ? All Right !

Les fameux parchemins qui permettent d’améliorer votre Brutalité, tactique ou survie!

A la fin de chaque niveau, vous arriverez dans un sas de sauvegarde où rien ne pourra vous arriver. C’est un endroit qui vous permettra de créer des objets mais aussi d’améliorer votre PERSONNAGE. En effet, à travers les divers niveaux vous combattrez des ennemis qui laisseront tomber derrière eux des grandes orbes bleues. Ces dernières sont appelées « Cellule » et sont très convoitées par le « Collectionneur », un des nombreux PNJ du jeu qui vous « aidera » à vous renforcer lors de votre quête. Ainsi, via ces orbes vous serez capable de créer des objets ou des mutations (par des schémas que vous récupérez dans les donjons).

Le collectionneur, présent à chaque fin de niveau.

Des mutations? Tout à fait, quitte à être zombie soyons le à fond ! Dans la même zone que le collectionneur se trouve un randonneur tout aussi moisi que notre zombie. Celui-ci nous propose d’améliorer directement les capacités de notre personnage. Comme par exemple de booster sa barre de point de vie, son DPS, …etc. Si vous mourrez elles seront toutes effacées. Petit aparté ; en combattant certains monstres vous débloquerez des « Runes Permanentes », qui seront alors effectives durant toutes vos prochaines tentatives. Grâce à elles, il vous sera alors possible de découvrir des zones secrètes.

Une difficulté abusive ?:

Pas du tout, et c’est peut-être là où pourrait se situer le seul point faible de Dead Cells. Le jeu est certes un Rogue-Like mais se permet quelques fleurs au niveau de la difficulté. Il existe un système de sauvegarde qui vous permettra de vous arrêter en plein milieu de votre Run et de le reprendre quelques heures plus tard. Un bon moyen pour ne pas faire chauffer votre console abusivement ! Néanmoins, si vous mourrez, vous recommencez bel et bien du tout début.

Un de tout premier boss s’opposant à vous, le Concierge.

Même si le côté Die & Retry a été simplifié avec le système de sauvegarde, il vous sera quand même extrêmement difficile d’atteindre le donjon final du jeu : des ennemis de plus en plus coriaces et surtout en nombre grandissant accentuent la tension in-game ! Prenez garde aux monstres élites qui rôdent dans les multiples donjons mais également aux Boss qui apparaîtront une fois quelques niveaux clôturés.

Conclusion

En arrivant à alléger l’aspect Die & Retry pour s’ouvrir à un plus grand public, Dead Cells parvient haut la main à nous faire passer des heures devant notre écran pour tenter « Le RUN » parfait. Mis à part le fait que le jeu propose des systèmes de combats et d’améliorations très bien étoffés, c’est avant tout l’univers qu’il y a autour qui nous donne l’envie d’en découvrir plus. De plus, l’humour est présent tout au fil de l’aventure : par des interactions entre les PNJ, lors des découvertes de zones secrètes, etc. Cela nous permet d’en apprendre d’avantage sur le lieu dans lequel évolue notre personnage mais aussi sur notre zombie lui-même. Mention honorable aux bruitages et à la bande-son du jeu qui nous permettent de nous immiscer à fond dans le jeu et cela dès les premiers instants. Un jeu à s’approprier le plus rapidement possible ! A vos cellules, prêt ? Frappez !

Temps de lecture : environ 5 minutes

Dead Cells

  • Développeurs Motion Twin
  • Type Action, Aventure, Plateformes, Rogue-Like
  • Support PC, PS4, Xbox One, Switch
  • Sortie 07 Août 2018
Dead Cells à notre sauce
9/10
Dead Cells à notre sauce
Y'a bon
  • Le style Pixel-Art
  • Un gameplay très intuitif
  • Simple d'apprentissage mais compliqué à perfectionner
  • Beaucoup de contenu! Armes, objets, mutations..
  • De nombreuses zone secrète!
  • Un système de sauvegarde
  • Addictif
Beuuuuwark
  • Rageant.
  • Parfois trop de ressemblance dans les donjons quand on les recommence
  • Technique
    9/10
  • Ergonomie
    10/10
  • Esthétique
    9/10
  • Audio
    8/10
  • Contenu
    8/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre