PxlBBQ avait rencontré son créateur à la Made in Asia 2016 alors que le jeu venait d’être disponible sur Steam Greenlight, et c’est maintenant sur Switch que Bombslinger vient lâcher ses bombes.

Mode 4, développeur belge, nous offre un subtil mélange de Bomberman en Rogue-like et de western spaghetti en 16-bits mode sur fond de vengeance de gang.

Excuse me! You killed my wife???

Sales à mèche…

Vous êtes Mc Mean, chef recherché d’un gang de braqueurs de banque mais le soucis est que vous avez abandonné vos compagnons d’armes pour vivre paisiblement avec votre femme dans un ranch au milieu de nulle part… et ça ne leur plait pas trop.

Bien entendu, cette vie de fermier toute tranquille serait trop platonique pour un jeu comme Bombslinger. Donc, autant y aller à fond: vos anciens amis de gang vous font payer cet abandon en tuant votre femme ainsi que le Mc Mean Ranch. Vous allez pouvoir vous venger!

Tout est mis en scène pour vous sentir dans un bon vieux film de western et c’est plutôt réussi. Allez, hop, on enfile le poncho et on va buter ces pyromanes!

Quand Bomberman et Rogue se rencontrent dans les champs…

Rogue’n’Roll!

Comme dit plus haut, le jeu se déroule comme un Rogue-like dans le sens où vous accéderez à d’autres zones uniquement si vous avez éradiqué tous les ennemis à l’écran. Et pour ce faire, le côté Bomberman entre en jeu (c’est le cas de le dire…) vu que les éliminations se font à coups de placement de bombes.

Dans ces zones, on y rencontre plusieurs sortes d’ennemis et donc avec des patterns différents. Par exemple, les fermiers les plus communs se baladent en mode « sans cerveau » et sont très prévisibles, d’autres vous remarquent et foncent droit sur vous avec leur fourche ou certains tirent à vue.

Bien entendu, vous aurez droit à des power up pour vous aider mais pour cela, il va falloir remplir la barre d’XP dans le bas de l’écran en explosant vos opposants.

Ben vas-y! Achète!!!

Money for nothing…

Mais ce n’est pas le seul moyen de bénéficier de ces améliorations. Dans chaque niveau, un shop pourra vous proposer trois power up en échange d’argent, forcément. Argent que l’on récolte en éliminant des ennemis.

Exemples d’améliorations: augmentation des cœurs de vie, utilisation limitée de gun, déplacements rapides, utilisation de plusieurs bombes simultanément, etc… Classique du genre donc.

Et vous en aurez bien besoin face aux boss qui ne sont pas de tout repos car en effet, le jeu propose une bonne dose de difficulté à l’ancienne. Ça pourrait rebuter certain mais aussi plaire à ceux qui aiment ressentir la sensation du devoir accompli après être sorti victorieux.

En effet, contrairement à votre cow-boy, les boss possèdent des pouvoirs. Entre cette sorte de bélier qui dévale à toute vitesse sur sa proie en déployant « ses petits » pour vous pourrir la vie ou encore l’armoire à glace qui crache des flammes sur un ligne entière alors qu’on est en train d’esquiver ses autres boules de feu… il y aura de quoi faire.

Il faudra bien étudier les patterns des boss.

C’est l’heure du d-d-du-du-du duel!

Mais tout ça, c’est pour le mode Aventure car le jeu ne se contente pas de ça… Il possède également un chouette mode multijoueur en local jusqu’à quatre joueurs.

Deux modes de jeux sont disponibles: le classique Deathmatch qui se joue totalement comme Bomberman et Last Man Standing qui part dans le même délire en y ajoutant le concept de duel dont le but est d’être le dernier en vie et le premier à gagner quatre de ces duels.

Conclusion

Bombslinger est une belle petite surprise indé comme je les aime. L’idée de combiner le gameplay d’un Bomberman (je sais, on le répète souvent…) et d’un Rogue-like est bonne et surtout réussie. Pourquoi personne n’y a pensé plus tôt d’ailleurs…

L’ambiance western spaghetti avec ce cow-boy vengeur se prête plutôt pas mal également. C’est plutôt inattendu.

Que ce soit en portable ou sur votre téléviseur, le rendu graphique est agréable et le jeu est assez amusant en solo comme en multijoueur et c’est parfait pour la Switch. La bande-son correspond bien au titre aussi.

Bref, sans être non plus un immense chef-d’oeuvre, ce petit Bomslinger est très sympathique et ne possède que peu de défauts que pour les énumérer. Peut-être, parfois la difficulté et le peu de niveaux mais comme c’est assez rejouable…

On en veut d’autres…

Bombslinger

  • Développeurs Mode 4
  • Type Action (Bomberman/Rogue-like)
  • Support Switch, PC
  • Sortie 11 avril 2018
Show Full Content

About Author View Posts

ManuSupra
ManuSupra

Passionné, collectionneur et historien vidéoludique trentenaire ayant grandit avec un enfant à queue de singe et un plombier moustachu s'empiffrant de champi. Chasseur de monstres à l'insectoglaive, archéologue gaming et adepte du "bas, diagonal, droit + poing". Sushivore et burgerovore professionnel!

Previous Nintendo Labo: kits de remplacement commercialisés ou à imprimer
Next Taiko no Tatsujin Switch: infos, images et aperçu playlist
Close

NEXT STORY

Close

Filip Hodas, l’artiste en vogue qui réalise de sublimes allégories.

05/07/2017
Close