Test: Blades of Time

Un portage en potage ?

Blades of Time est la suite de X-Blades. Il est sorti le 8 mars 2012 sur Playstation 3, Xbox 360 et PC. Il a été réalisé par Gaijin Entertainment – un studio russe ayant travaillé sur des titres comme Cuisine Royale, Crossout ou encore Star Conflict – et édité par Konami. Et bien évidemment, le titre qui nous intéresse aujourd’hui, le portage sur la Nintendo Switch de Blades of Time.

Son scénario

Nous allons donc retrouver ici Ayumi. Cette dernière est toujours chasseuse de trésors. Nous allons la retrouver sur l’île de Dragonland pour y débusquer ses trésors. Et nous allons aborder une première différence avec la version de base.

Le jeu nous montrait une cinématique à l’époque nous mettant un minimum dans le contexte. Ici nous sommes lâchés directement sur Dragonland. Nous apprenons qu’Ayumi est une chasseuse de trésors et qu’elle cherche un ami sur l’île tout en projetant de la fouiller pour trouver son butin, sans vraiment avoir eu d’entrée en matière.

Dans l’ensemble le scénario est plutôt conventionné. On croisera pas mal de personnages par moments intéressants, par moments oubliables. Mais le souci réside dans son personnage principal.

L’héroïne malheureusement ne sauve pas beaucoup les meubles. Un peu trop sexualisée avec les plans de caméra, ses dialogues ne nous poussent pas non plus à la prendre au sérieux. De plus, en parlant des dialogues, Ayumi a tendance à parler un peu trop souvent, ce qui nous donne trop régulièrement des informations peu intéressantes cassant l’immersion dans l’univers.

Un « pressez le bouton B » afficher tout le temps, au cas où on oublie.

Gameplay

Niveau gameplay, nous parlons ici d’un traditionnel Beat’em all made in 2000-2010. On va voyager dans différents environnements en cassant du méchant à coup de combos magistraux. Généralement nous commencerons par une fusillade pour terminer le combat au corps-à-corps. Les différentes armes ne sont pas améliorables, mais différents modèles nous serons proposés régulièrement dans le jeu, changeant leurs caractéristiques et compétences.

Le gameplay des combos se repose, dans ce portage Switch, sur des combos de touches nous demandant par moments de jouer avec la touche Y et A ou X de notre Joy-Con. On se retrouve pas mal embrouillé, avec nos doigts tentant de faire des danses entre eux. Pour le gameplay à la carabine, ce dernier répond de manière correcte, mais pour passer de l’un à l’autre (épée à carabines), il nous faut appuyer sur le joy-stick gauche; et cela rend le gameplay assez peu ergonomique dans l’ensemble, malgré un bon nombre de combos et d’actions possibles.

Des fins de combos un peu brouillon.

Assez novateur à l’époque, il y a une notion du gameplay encore intéressante ici. Il nous sera possible, assez vite dans le jeu, de jouer avec le temps. Nous pourrons donc à tout moment remonter le temps, tout en restant à notre place. Ce qui va créer un double de nous qui fera les actions réalisées jusqu’à la fin de la boucle temporelle, puis disparaîtra. Les ennemis remonteront le temps eux aussi. Nos doubles leur feront donc des dégâts pendant ce flash-back, auxquels nous pouvons ajouter nos dégâts personnels et/ou créer d’autres doubles pour additionner les dommages, offrant une grosse force de frappe. Assez compliqué à expliquer à l’écrit, cela demandera aussi un peu d’entrainement pour être maîtrisé dans le jeu. Mais le rendu offre une approche assez neuve et intéressante lors des combats.

Des décors colorés et variés.

Peu technique pour un portage

Nous pouvions noter que la version précédente du jeu ne faisait pas particulièrement preuve de charisme. En dehors d’un changement plus coloré par rapport à X-Blades, les graphismes ne nous donnaient pas le meilleur de la génération. Pour ce portage Switch, nous pouvons donc retrouver les graphismes d’époque, mais aussi quelques défauts à gauche à droite nous empêchant de savourer pleinement notre expérience de jeu. Nous pouvons remarquer pas mal d’alliasing, de chutes de framerate ainsi que des textures dans l’ensemble beaucoup moins nettes qu’auparavant. Que ce soit en portable ou en dock, le jeu paraît pas mal downgradé par rapport à la version Playstation 3 et Xbox 360.

Conclusion

Blades of Time est donc un portage peu convaincant dans l’ensemble. Nous faisant revivre une histoire assez moyenne, le gameplay aurait dû nous porter avec lui pour traverser les niveaux. Mais ce dernier est fort encombré par des positionnements de touches assez bancals, et des combos par moments difficiles à placer. De plus le portage au niveau de la technique traîne pas mal de casseroles. Que ce soit au niveau visuel, des textures ou encore du framerate, le jeu est en-dessous du niveau de l’époque. Il sera jouable pour d’éventuels nostalgiques.

 

Temps de lecture : environ 4 minutes

Blades of Time

  • Développeurs Gaijin Entertainment
  • Type Aventure, Beat them all
  • Support Switch
  • Sortie 14 Mai 2019
Blades of Time à notre sauce
4/10
Blades of Time à notre sauce
Y'a bon
  • Le systême de contrôle du temps
  • Un univers intéressant
Beuuuuwark
  • L'héroïne
  • Le gameplay demandant un Twister des doigts
  • Des textures et graphismes revus à la baisse
  • Le doublage français
  • Esthétique
    4/10
  • Ergonomie
    4/10
  • Technique
    3/10
  • Audio
    6/10
  • Contenu
    6/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo