Encore un titre que je surveillais de près pour un style graphique accrocheur et la promesse d’un gameplay immédiat et complexe. Après Rise & Shine, je me suis attaqué à Splasher des français de Splashteam. Que vaut ce titre allant puiser une partie de son inspiration du côté de Super Meat Boy et Portal? Laissez moi vous peindre le portrait d’un jeu exigeant, addictif et accrocheur.

De Splasher à Spleasure.

Splasher est donc un platformer en 2D au look dessiné à la main vous mettant dans la combinaison d’un technicien de surface travaillant dans une étrange usine dont il va devoir s’évader. Des expériences étranges sont en cours et transforment ce lieu de travail en un zoo d’étranges créatures dirigés par un savant fou. Il faut donc impérativement sauver votre peau (de peinture) et celle de vos collègues.

Pour ce faire vous commencerez avec, comme seul moyen de vous libérer, vos jambes et votre capacité à courir très vite et à sauter plutôt haut et loin. Ensuite viendront s’ajouter progressivement des liquides, au nombre de trois, que sont l’eau, la peinture rouge et la peinture jaune. Si le premier vous permet surtout de nettoyer et vous permettre d’éloigner/éliminer vos ennemis, le rouge vous permettra d’accrocher aux murs et plafonds et immobiliser les créatures ; le jaune quant à lui aura une surface rebondissante et pourra aussi repousser vos assaillants.

Le concept est diablement simple et pourtant on ne s’ennuie à aucun moment grâce à une progression extrêmement bien pensée qui ne nous propose pas tous les pouvoirs dès le départ, mais aussi et surtout grâce au level design des 22 niveaux disponibles qui sont d’une inventivité constamment renouvelée.

Splasher Test PCL’intérêt n’est pas en reste, car si vous ne voulez pas vous contenter du mode normal de Splasher et ne sauver que les 7 personnages plus ou moins cachés dans ces niveaux (formant le mot Splash!), vous pourrez aussi vous la jouer speedrun et contre-la-montre. D’un côté on aura les niveaux avec de nouveaux objectifs et surtout sans interruption via le hub comme ça l’est de base ; de l’autre vous pourrez tenter de battre 3 temps pour chaque stage, ce qui rallonge une durée de vie de base tournant autour des 4 heures de jeu.

Splasher est un titre extrêmement généreux qui ne se perd pas dans des features inutiles et propose un challenge maîtrisé de bout en bout et qui nous donne constamment un bon goût de “reviens-y”. On se surprendra même à jongler entre les capacités de façon naturelle grâce à un apprentissage en douceur et subtil.

Conclusion

Si vous êtes à la recherche d’un platformer qui vous demande un peu de réflexion en plus de skill, Splasher est clairement fait pour vous. De sa réalisation au level design on est ici en face d’un travail d’orfèvre qu’il serait idiot de laisser de côté. Un indispensable de ce début d’année 2017.

Splasher

  • Développeurs Splashteam
  • Type Platformer qui éclabousse
  • Support PS4, PC, Xbox One
  • Sortie 07 février 2017

Y’a bon!

  • La fluidité de l’action et son apprentissage
  • L’inventivité de tout instant
  • La direction artistique globale
  • Le fun et la rejouabilité

Beuargh!

  • Gné?
Show Full Content

About Author View Posts

Petit Ange Parti Trop Tôt

Parfois, un Pixel s'éteint et vogue vers d'autres horizons. Mais ce n'est pas parce qu'il ne fait plus partie de notre grand barbecue que ce qu'il a écrit disparaît !

Previous Way of the Hado : un étrange mode FPS de Street Fighter 2 sur Switch
Next Redeemer : la violence vue d’en haut
Close

NEXT STORY

Close

La démo gratuite de Kunai est dispo sur PC (et arrive bientôt sur Switch)

07/04/2020
Close