Spéculation sur les prix des consoles customisées : Victime de leur succès ou conséquence de l’art ?

Quand l’argent fait tourner les têtes !

Pour être tout à fait honnête avec vous qui lisez cet article, cette réflexion qui circule dans mon cerveau est dans l’air du temps depuis plusieurs années. Les consoles réinventées pour en faire une belle expression artistique, ça fait plusieurs années qu’on vit avec ça quand on gravite dans le monde merveilleux du jeu vidéo. Mais là où il y a de la création, il y a souvent de la spéculation. Et si on s’intéresse au prix pratiqué sur deux consoles custom qui ont été fabriquées pour la sortie de Seikiro: Shadows Die Twice, il a de quoi s’interroger. Et c’est ce que nous allons faire ici.

Comme je vous en parlais il y a quelques jours, quelques oeuvres d’art de ce genre ont été produite pour la sortie du jeu éponyme le 22 mars prochain. Imaginez-donc ma surprise quand j’ai eu connaissance de l’enchère suivante sur eBay.

 

PS4 Pro Sekiro edition

PS4 Pro Sekiro edition

Bien sûr il faut ajouter au prix astronomique de 75 680 $ CAD et 21 cents des frais de port. Bien sûr. Pour informations, ça dépasse les 50 000 euros. Une belle bagatelle vous ne trouvez pas ? Et la vente n’est pas terminée pour le moment. Donc ça peut encore monter ! Face à ce triste constat, j’ai plusieurs interrogations. La première, c’est quel est le sentiment de l’artiste derrière cette création quand il voit le prix faramineux qui est demandé pour l’objet qu’il a produit. Il est probable qu’une telle commande provient de l’éditeur du jeu qui cherche à faire la promotion de Seikiro: Shadows Die Twice et c’est d’autant plus légitime dans le cadre du lancement d’une nouvelle licence. Ensuite, quel serait la réaction de l’éditeur, Activision dans le cas qui nous occupe ici, de voir circuler l’objet de son contrat avec l’artiste dans de telles conditions ? Et enfin, quelle est la réaction du public en voyant de telles pratiques s’opérer, à l’heure des réseaux sociaux où l’information et les opinions sont plus aiguisés que jamais ? 

S’il est évident que chacun fait ce qu’il veut de son argent et des objets qu’il possède, je ne peux m’empêcher de penser que cette escalade à la valeur et le mécanisme de pensée qui sous-tend cette manière de faire est carrément malsain. Jouer uniquement sur la spéculation et la rareté pour se faire une montagne de fric, avant même que le jeu sorte, c’est faire preuve d’un cynisme au dernier degré que je ne peux pas cautionner. 

Des pistes de solutions pour limiter ce genre de raisonnement pourrait consister en plusieurs clauses que le propriétaire de l’objet accepte quand il en prend possession. Soit de s’engager à ne pas le vendre avant le sortie du jeu (une sorte d’embargo) ou à ne pas le vendre avant une période donnée. Une autre possibilité consisterait à autoriser la vente de l’objet avant la période conservatoire, mais uniquement dans un but caritatif. 

Je suis bien conscient que certains d’entre vous ne seront pas d’accord avec les arguments que j’ai avancés ici. L’opposition consistant certainement entre le droit absolu de disposer d’un objet et donc de le vendre et ceux qui voient cette console custom comme un futur héritage artistique. Dans tous les cas, je suis personnellement contre cette manière de s’appuyer sur la rareté et l’envie de posséder un objet unique. C’est humainement dévalorisant et je considère que ce genre de comportement doit être dénoncé.  

  

Commentaires Facebook
Catégories
tous nos textes
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre