Randal’s Monday | Test

...
Randals Monday
Randals Monday
Randals Monday

Randal’s Monday

  • Développeurs Nexus Games
  • Editeur Daedelic
  • Type Point’n’Click (trop) Oldschool
  • Support PC
  • Sortie 12/11/2014

Dans le même genre :

  • Un pote qui te donne des coups de coudes pour te dire « Hey t’as vu c’est drôle »

[dropcap]D[/dropcap]écouvert lors de la Gamescom 2013, Randal’s Monday a suivi un petit bonhomme de chemin des plus enthousiasmant dans le monde des jeux indés, et surtout dans le milieu fermé des point’n’click. Je ne vais pas vous refaire leur historique, mais sachez que votre serviteur était bien content de voir les promesses d’un “jeune” studio se concrétiser, surtout qu’ils avaient réussi à toucher ma corde sensible, celle remplie de “Clerks”, de “Un jour sans fin”, et d’une grosse louche de références culture geek.

Cela dit, plus la sortie du jeu approchait et plus les infos tombaient, plus je commençais à avoir une crainte, aujourd’hui fondée, concernant le jeu de Nexus Games. Faire des clins d’oeil et des références c’est bien, trop en faire façon le pote qui te donne des coups de coudes pour te demander d’un air complice si tu as remarqué que ce truc-là appartenait à telle série/film/jeux, et bien c’est too much et ça gâche tout.

Randal's monday test

Un style graphique… spécial… oui on va dire ça

On ne peut pas forcément leur jeter la pierre, des jeux dans ce genre on en connait des tonnes, tout le monde tente de s’y essayer avec plus ou moins de bravoure, mais il faut bien reconnaître que des jeux ou encore des films qui ne reposent que sur leurs références, ça ne tient pas la route; ça a même tendance à faire ressortir les défauts du produit. Randal’s Monday c’est exactement ça. Les développeurs l’ont fait avec amour et c’est tout à leur honneur, mais “Te veel is Te veel” comme on dit par chez nous.

Randal’s Monday est un point’n’click (je n’utiliserai pas leur baseline, non), tout ce qu’il y a de plus classique, et c’est bien normal quand on se revendique de l’âge d’or du genre à base de production Lucas Arts. La recette est simple, un esprit cartoon dans un corps cartoon, avec de longs dialogues parfois absurdes, un peu comme les énigmes d’ailleurs. Et croyez moi quand je vous dis que je suis clairement le public pour ce genre-là, je refais mes classiques au moins une fois par an (Day of the Tentacle, Leisure suit Larry,…), mais en 2014, quand on tente le trip retro, soit on le fait bien, soit on ne le fait pas.

Résultat des courses, on se retrouve devant un jeu aux mécaniques d’un autre temps, rigide, rempli d’aller-retours incessant et souvent pour des énigmes absurdes dans le mauvais sens du terme. Et pour ne rien gâcher, le jeu est bien moche, pas franchement bien animé, lourd dans son humour sentant le déjà vu, déjà joué, déjà entendu.

Randal's monday test

Votre meilleur ami a de la suite dans les idées quand il s’agit de suicider

Oui je suis amèrement déçu et je l’ai été dès le premier quart d’heure du jeu, où je me suis retrouvé bloqué au point d’utiliser la technique du “J’essaye tout ce qu’il y a dans mon inventaire on verra bien” couplé aux aller-retours incessants. Et tout ça pour quoi? Juste parce qu’il y avait dans un décor brouillon un petit pixel à la con qui cachait l’objet nécessaire à la suite de l’aventure. Aventure qui coinça de nouveau juste après pour le même genre de problèmes. Je n’ai rien contre les jeux hardcores et les énigmes farfelues mais faut pas pousser mémé dans les orties surtout si elle est en short.

Le jeu propose même un système de soluce intégré au cas où on n’aurait pas envie de trop réfléchir. Un aveu d’échec? Comme un message du développeur qui se doute que ça risque d’être utile? Je ne sais pas, je ne l’ai pas utilisé, mais l’envie était là au moment de vouloir balancer le pc par la fenêtre. Oh et petite astuce si jamais vous tentez l’aventure, certains objets de votre inventaire sont totalement inutiles, et c’est normal. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le développeur en personne dans les écrans de chargements.

Le scénario aurait pu sauver le tout, le jour sans fin, la bague maudite qui en est la cause et qui fera que votre meilleur ami (détenteur originel du dit bijou) se suicidera d’une façon différente chaque fois que ce lundi recommencera. Mais non, le scénario mets du temps à démarrer, les dialogues sont longs et peu intéressants, et comme je vous le disais un peu plus haut, le côté “ultra référentiel” devient très vite gavant.

Coooonclusion. Je dis non! Mais un Avis, je dis OUI!

[dropcap]A[/dropcap]lors que je suis clairement le public cible, Randal’s Monday (Avec en plus le doublage anglais par Jeff Anderson, le Randal de Clerks) n’a fait que me décevoir tout du long. J’en attendais peut-être trop, les promesses étaient trop belles. Mais non en voulant créer un “hommage” à un genre et une époque, le titre de Nexus Games n’a fait que faire ressortir tout ce qui était vraiment trop Old School. Peut-être par manque d’expérience, mauvaise compréhension des ficelles des œuvres d’antan. Je ne pourrais et n’ai pas vraiment l’envie de l’expliquer. Juste l’envie de me revoir Clerks pour ce qu’il est (un excellent film) et de me refaire un bon petit Lucas Arts qui lui  a bien vieilli.

Note la flamme s'est éteinte
Note Pas de pxlection

Y’a bon!

[unordered_list style= »green-dot »]

  • La voix du vrai Randal
  • Le concept de base

[/unordered_list]

Beuargh!

[unordered_list style= »red-x »]

  • Référentiel lourdingue
  • Old School mal maitrisé
  • Graphiquement pas fifou

[/unordered_list]

L’info en +

Jeff Anderson est un acteur né le 21 avril 1970 à Long Branch, New Jersey, États-Unis. Il était l’interprète de l’employé de vidéoclub Randal Graves, l’un des personnages du View Askewniverse, dans le film Clerks, les employés modèles de Kevin Smith. Il a repris ce rôle plusieurs années après pour Jay & Bob contre-attaquent et Clerks II.

Ami d’enfance de Kevin Smith, Anderson a également fait des cameos dans plusieurs de ses films. Il est le scénariste, réalisateur et interprète du film Now You Know.

Jeff Anderson est également le doubleur du personnage principal Randal dans le jeu « Randal’s Monday », développé par Nexus Game Studios.

Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre