La Gamescom 2018 aura commencé pour moi avec une présentation de Pathfinder Kingmaker , un RPG isométrique se déroulant dans l’univers du jeu de plateau Pathfinder ,  à paraître le 25 septembre 2018 sur PC, Linux et Mac.

Je ne connaissais pas du tout l’univers du jeu de plateau Pathfinder original, sorti en 2009 étant une adaptation et une extension de la 3ème édition des règles du jeu Donjons et Dragons publiée par Wizards of the Coast. Nous nous situons donc dans un univers médiéval fantastique avec plusieurs races et un lore vaste et bien établi.

C’est dans ce contexte que les développeurs de chez Owlcat Games ont décidé de créer un jeu vidéo dont le but est d’emmener le joueur dans un univers aussi fidèle que possible par rapport à l’original en donnant vie à la campagne Kingmaker du jeu de plateau original.

Petit disclaimer avant de rentrer dans le vif du sujet. J’ai assisté à une présentation hands-off nous montrant une mission d’exploration dans une mine de gobelins et la présentation n’avait pas pour but d’expliquer tous les détails du lore ou du jeu de rôle « pen & paper » original. N’étant malheureusement pas un expert de ce genre de jeu de rôle, ce compte rendu est donc écrit sous un angle de découverte.

Pathfinder, digivolve toi en Pathfindermon

La présentation à laquelle j’ai pu assister a montré les 2 axes principaux de gameplay et nous a expliqué le déroulement d’une partie.

Tout commence par créer votre équipe dont le but sera de créer un nouveau royaume. Vous paramétrez votre avatar de toute pièce et pourrez choisir des compagnons, soit déjà configurés et faisant partie de la quête principale du jeu, soit des mercenaires créés par vos soins. La seconde option ne vous permettra cependant pas d’assister à certains événements de l’histoire.

Avec votre groupe, vous entamerez donc la quête principale, qui ne nous a pas été expliquée en détails, mais qui serait en fait basée sur la quête principale du jeu de plateau à laquelle se grefferait du nouveau contenu (tels que de nouveaux compagnons).

La quête se déroule sur 4 ans de temps in-game et vous prendra plus de 60h pour en venir à bout, voire 80h ou plus si vous réalisez les quêtes annexes. Chaque action fera avancer le calendrier d’une certaine durée. Parmi ces actions, on retrouve un mode ressemblant un peu à un « city builder » stratégique où vous faites face à une carte du monde et où vous pourrez choisir de partir en aventure, de construire des villes, d’y assigner des gouverneurs, etc. Le rendu de ce mode est plutôt joli et pas trop austère. Les menus ont l’air facile à utiliser bien que je n’ai pas pu y poser mes petites mimines.

pathfinder kingmaker carte

Partir en exploration et de fait suivre le scénario du jeu se déroule sous forme d’un RPG isométrique (un peu à la Baldur’s Gate) où vous contrôlez votre groupe de compagnons et explorez des régions, donjons et combattrez de nombreuses sortes de monstres. Le but des développeurs a été de recréer l’univers Path Finder et son lore complexe en mettant l’accent sur les graphismes pour essayer d’immerger le joueur un maximum dans cet univers fantastique. Lors des aventures, vous aurez de nombreux choix possibles qui feront évoluer votre personnage vers un alignement spécifique, vous permettant par exemple de devenir un seigneur du mal et développer un royaume bien dark qui crache du feu. Chaque choix important vous indiquera comment votre alignement changera si vous le sélectionnez, mais cela pourra être désactivé dans des modes de difficulté plus complexes. Notez qu’il y aura 6 modes de difficulté et que le plus élevé a reçu l’appellation « unfair » (injuste) tellement il sera retord. Il est également important de souligner que tous les donjons ont été entièrement réalisés à la main et ne sont donc pas générés procéduralement. Certains donjons prendront d’ailleurs plusieurs heures pour en venir à bout.

Je ne peux malheureusement pas vous en dire beaucoup plus sur ce Pathfinder Kingmaker, n’ayant pas pu l’essayer lors d’une session hands-on, mais la présentation augure plutôt du bon pour les amateurs de RPG stratégiques ou isométriques et pour les fans du jeu de plateau. Affaire à suivre le 25 septembre 2018. J’avoue qu’il m’a quand même titillé, me rappelant un peu mes aventures sur Hero Quest dans mon jeune temps.

Show Full Content

About Author View Posts

Papayou

Amateur de japonaiseries en tous genres, rédacteur et correcteur sur pxlbbq.com

Previous Gameplay : Yakuza Kiwami 2 – Les dessous de Koyuki
Next Dakar 18 : Aperçu Gamescom 2018
Close

NEXT STORY

Close

Gameplay : Call of Cthulhlu – L’Antre de la folie

31/10/2018
Close