Lilly Looking Trough

  • Développeurs : Geeta Games
  • Type : Point&Click / Aventure
  • Supports : PC / Mac
  • Sortie : 1er novembre 2013

Dans le même genre :

  • Goodbye Deponia
  • The Walking Dead
  • The Book of Unwritten Tales

Développé par le studio indépendant Geeta Games, Lilly Looking Trough est un point&click poétique à la beauté subjuguante, mais laissant malheureusement un arrière-goût de trop peu.

L’histoire débute alors que la petite Lilly joue dehors avec son frère. Tout à coup, ce dernier se fait enlever par une virevoltante bande de tissu rouge. C’est en écoutant que son courage que l’intrépide surette décide de partir à la rescousse de son frangin… Même si le pitch semble plutôt famélique de prime abord, rassurez-vous, il laissera une large place à l’interprétation et contiendra même quelques petites subtilités scénaristiques laissées nonchalamment ça et là. Mais après tout, les plus grandes aventures démarrent souvent sur des postulats simples.

Image du jeu Lilly Looking Through sur PC

The magic click

Pour mener à bien cette quête et sauver les miches de votre frérot, il va falloir balayer l’écran à l’aide de votre souris à la recherche d’éléments avec lesquels interagir. C’est uniquement en cliquant aux bons endroits et dans un ordre précis que la situation se débloquera. Très rapidement les énigmes prendront une autre dimension quand Lilly récupérera une paire de lunettes magique. Le port de celle-ci lui permet d’agir directement sur le passé et donc d’influer sur le présent. Cette mécanique de gameplay sera la source de nombreux casse-têtes, d’où l’importance d’anticiper l’impact de ses actes passés sur le futur et vice-versa.

L’interface minimale, l’absence d’inventaire et la direction artistique toute kawaii pourraient donner l’impression que le jeu est facile. Et bien que nenni mes jeunes amis ! Exécuter une suite logique de clics est parfois plus complexe qu’il n’y parait. Lilly Looking Trough regorge en effet d’énigmes retorses. Si la difficulté grimpe crescendo, pour culminer dans la dernière ligne droite, il faut reconnaître que tous les puzzles se résolvent de façon relativement logique. La qualité du challenge est au rendez-vous, mais on ne peut malheureusement pas en dire autant pour la quantité. En prenant bien votre temps, vous devriez boucler les dix tableaux du jeu en à peine deux petites heures. C’est d’autant plus déplorable que le titre donne la méchante impression de n’être que le fragment d’un tout puisque l’histoire se termine de manière totalement abrupte : vous êtes en plein milieu d’une scène cinématique quand les crédits se mettent à défiler. J’ai d’ailleurs cru à une blague ou à l’existence d’une scène cachée qui permettrait d’en savoir plus. Mais non, Lilly Looking Through finit vraiment en queue de poisson… Les personnes ayant financé le jeu sur Kickstarter seront même en droit de se demander s’ils ne se sont pas gentiment fait enfler puisque Geeta Games promettait une histoire d’une durée de 4 à 6 heures. Prétendre que l’offre actuelle représente un jeu complet risque donc de frustrer lourdement quiconque le finira.

Image du jeu Lilly Looking Through sur PC (17)

The mini-click

La frustration de vivre une expérience bien trop courte est avivée par la magie et la beauté de l’univers qui happent dès les premières minutes de jeu. On aimerait tellement en avoir plus tant les animations, les décors peints à la main et les musiques sont adorables. Vu la beauté du soft, c’est d’ailleurs presque une honte que le résultat visuel soit terni par les options qui interdisent de jouer dans des résolutions supérieures à du 1280×720. Mais pourquoi avoir opté pour une résolution aussi faiblarde alors que nous sommes en 2013 ? Ce choix cause préjudice à la direction artistique puisqu’en plein écran, on se bouffe des textures étirées et toute pixélisées.

Coooonclusion. Je dis non! Mais un Avis, je dis OUI!

Lilly Looking Trough propose aux joueurs un voyage d’une rare poésie, mais terriblement fugace. Bien que l’expérience enchante et que le challenge soit présent, on ne peut que regretter l’amère impression d’avoir entre les mains une oeuvre incomplète qui s’achève trop vite et de manière abrupte.

Y’a bon!

  • Les environnements
  • Les animations
  • Les musiques
  • Du challenge

Beuargh!

  • Trop court
  • Fin qui n’en est pas une
  • Résolution du jeu trop faiblarde

L’info en +

Le pont nasal est un des rares points de contact entre votre visage et vos lunettes. Les coussinets nasaux doivent dès lors être correctement positionnés, car 80 % du poids des lunettes repose sur le nez. Attention aussi aux branches qui ne doivent pas comprimer vos tempes.

Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Mr Scintillant
Mr Scintillant

Actuellement, je tape la carte sur MTG Arena et Legends of Runeterra, tout en continuant mon marathon Kingdom Hearts

Précédent The Stanley Parable | Test
Suivant InviZimals : L’Alliance – Test

Commentaires

Laisser un commentaire

Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Days Gone tente de survivre à une horde de zombies en vidéo

24/01/2019
Close