Le 16 octobre est certainement marqué d’une petite croix sur le calendrier des amateurs de JRPG tactiques car il annonce la sortie de Disgaea 5, le nouvel opus de la licence phare de NIS America. Je vais être franc avec vous, je n’avais jamais joué à un Disgaea auparavant et vais donc vous donner mes impressions sur ce nouvel opus du point de vue du néophyte que je suis.

Papa is back

La licence Disgaea est souvent citée comme référence en matière de JRPG Tactique. Entendez par là un RPG Nippon stylisé façon « anime » proposant des combats stratégiques au tour par tour entre votre équipe et vos ennemis sur un damier. A chaque tour vous préparez les actions de tous vos personnages, effectuez ces actions, puis vient ensuite le tour de l’équipe adverse qui tentera de vous mettre une raclée.

Ce style assez populaire a été repris par plusieurs licences comme Hyperdevotion Noire ou encore Tears to Tiara que nous avions pu tester sur PxlBBQ. Cependant, après avoir mis nos petites minimes pour la première fois sur un Disgaea, on peut clairement dire qu’il n’a pas volé son status de référence du genre.

Disgaea 5 art

Vengeance puissance 6

Bonne nouvelle pour les néophytes, Disgaea 5 ne demande pas d’avoir joué aux titres précédents pour pouvoir en profiter pleinement. En effet, son scénario et son cast de personnages principaux ne font pas références aux précédents opus.

L’histoire de Disgaea 5 se situe dans l’univers des démons. Celui-ci est composé de tout un tas de planètes (appelées « sous-mondes« ) dirigées chacune par un Overlord. Cependant l’un d’eux, Void Dark de son petit nom, a décidé de conquérir l’univers par la force et réduit petit à petit tous les sous-mondes à l’esclavage.

Vous allez incarner Killia, un démon doté d’une force hors du commun qui va être entraîné malgré lui par Seraphine, overlord du sous-monde glamoureux, à mener la rébellion contre Void Dark. Vous allez la rencontrer en mauvaise posture face aux soldats ennemis et la sauverez, non pas d’une mort certaine, mais d’un mariage arrangé avec Void Dark. Elle vous forcera ensuite à la rejoindre et à l’aider à écraser ce dernier. Vous serez rejoints par 4 autres personnages hauts en couleur ayant également une dent contre ce pauvre Darky et deviendrez une belle bande de démons rebelles.

On ne sait pas grand-chose de Killia au début de l’aventure, si ce n’est qu’il a perdu un être cher, qu’il veut se venger de Void Dark et qu’il renferme un alter-égo démoniaque doté d’un très grand pouvoir. Pour une fois, on ne nous sert pas un amnésique, mais un espèce de schizophrène. A croire que les JRPG aiment faire dans les maladies mentales.

L’histoire est donc relativement classique mais le gros point fort de Disgaea 5 est qu’il arrive à rendre le récit très humoristique et les personnages principaux très attachants.

Par exemple, vous aurez souvent droit après chaque mission à une petite mise en scène de la vie quotidienne de vos héros complètement WTF.

Disgaea 5 prinny

Chaque fin de chapitre propose également de très bons petits épisodes parodiques mettant en scène vos personnages dans des thèmes d’anime plus ou moins connus. Ceux-ci sont particulièrement réussis et feront au moins sourire tout amateur de japanimation.

Disgaea 5 curry

Over 9000

Disgaea 5 ne vole pas son titre de référence du JRPG tactique grâce à son gameplay qu’on peut clairement qualifier de gargantuesque.

Tout d’abord, vous serez amené à gérer une équipe pouvant compter plus de 100 personnages ! Rien que ça ! Tout ce beau monde résidera avec vous sur le vaisseau de Séraphine qui vous servira de Hub entre les missions.

Disgaea 5 hub

Vous pourrez y recruter de nouveaux membres et aussi convertir des ennemis que vous aurez capturés lors des missions. Vous pourrez les torturer pour qu’ils se convertissent ou encore les libérer pour en faire des habitants de votre sous-monde.

Disgaea 5 prison

Ensuite, tous ces personnages auront une classe de personnage parmi des dizaines disponibles et déblocables petit à petit via des quêtes secondaires. Vers le chapitre 7, vous aurez déjà accès à une vingtaine de classes à gérer. Rassurez-vous, vous pourrez très bien vous débrouiller avec les classes de départ, mais il est toujours intéressant de découvrir les spécificités des nouvelles classes. Il est d’ailleurs intéressant de noter que presque chaque monstre combattu pourra aussi être recruté par la suite dans votre équipe via la réalisation de quêtes annexes. Notez également que les classes évoluent elles-aussi pour autant que vous les utilisiez au combat.

Disgaea 5 classes
Vous pouvez recruter ici un monstre de type renarde de rang 1 à 4. Plus vous l’utiliserez au combat, plus ce rang (ou ancienneté) augmentera

On a donc déjà l’embarras du choix avec les recrutements et les classes, mais Disgaea 5 nous rajoute encore du boulot à devoir équiper tout ce beau monde. Ne comptez pas laisser vos personnages avec le même équipement plus de 2 chapitres, sous peine de vous faire rétamer lors du prochain affrontement. Il vous faudra donc constamment dépenser votre argent de poche pour renouveler le stuff de votre équipe. Sachez également que chaque pièce d’équipement peut être customisée en y attachant des innocents, petites bébêtes augmentant leurs statistiques. Et ce n’est pas tout, vous pourrez également leur apprendre des maléfices (compétences passives) et des capacités spéciales (compétences actives utilisables en combat contre du « mana »). Petit bémol, l’interface d’équipement est relativement lourde et vous fera « perdre » beaucoup de temps pour bien armer tout le monde

Avec tout ce système, on peut légitimement se demander comment gérer son armée de personnages sans perdre trop de temps et grinder de nombreuses missions ? La réponse avec 3 autres modes de jeu … Eh oui, c’est pas fini.

Le premier est le mode exploration : vous pourrez envoyer jusqu’à 5 groupes de 10 personnages explorer des sous-monde automatiquement (et en découvrir de nouveaux). Ils prendront automatiquement de l’expérience pour autant qu’ils ne meurent pas en chemin. En fin d’expédition, ils rapporteront du loot et des prisonniers. Bref, tout bénef, vous êtes pas bézef, pas besoin de vous battre et vos personnages prendront de l’expérience tout seuls comme des grands.

Disgaea 5 exploration

Le deuxième est le mode monde des objets. Vous pouvez envoyer un objet dans ce monde et le faire monter de niveau en combattant. Chaque niveau se déroule comme une mission principale, mais avec des ennemis moins coriaces. Tous les 10 niveaux, vous aurez la possibilité d’accumuler l’expérience gagnée sur votre objet et augmenter ses statistiques. Les niveaux du monde des objets sont assez simples et permettent de gagner pas mal d’expérience pendant que vos personnages secondaires sont en expédition.

Le troisième est le monde des personnages, un espèce de jeu de l’oie permettant de faire augmenter les statistiques de vos personnages et leur faire par exemple apprendre de nouveaux skills.

Disgaea 5 monde des personnages

Bref, heureusement que ces modes de jeu sont présents, sinon il serait vraiment trop compliqué de garder tous nos personnages à niveau.

Je te tape, tu me tapes

Au niveau du système de combats, Disgaea 5 nous offre quelque chose de classique mais efficace. Vous pourrez déployer maximum 10 unités par mission sur le damier et programmer leurs actions tour après tour. Le but étant de liquider toutes les unités ennemies pour finir la mission.

Bien évidemment, il y a quelques ajouts sympathiques qui distinguent Disgaea 5 de la concurrence. Par exemple, vous pourrez soulever et lancer alliés ou ennemis pour préparer vos attaques. Vous pourrez ainsi créer une tour de plusieurs personnages et les lancer jusqu’au bout de la carte pour aller directement éliminer un ennemi éloigné.

Disgaea 5 tour
Empiler 6 personnages permet d’utiliser le skill laser tour, ça va faire mal

Cette fonctionnalité offre des stratégies parfois assez intéressantes. Vous pourrez par exemple aller détruire des géo-blocs pour attribuer des bonus ou malus à certaines cases du damier. Certains géo-blocs donnent l’invulnérabilité aux unités s’y trouvant et seront importants de posséder ou de détruire (si des ennemis s’y trouvent). Bien entendu, il y a une multitude d’effets différents pour ces géo-blocs.

Disgaea 5 géocase
Le triangle sur la map est un géo-bloc donnant +10% au niveau de l’ennemi se trouvant sur les cases rouges. Détruire le triangle retirera les cases rouges et infligera des dégâts aux unités dessus

Ajoutez à tout ça un système de furie et de compétences uniques à vos overlords et vous arrivez à un gameplay hyper riche permettant de créer des stratégies intéressantes pour arriver à vos fins. Toutefois, même bémol que pour l’interface d’équipement, les interfaces de déploiement et d’action sont assez lourdes. Vous passerez donc pas mal de temps à donner des ordres à vos unités, ce qui rendra les combats assez longuets.

Conclusion.

Disgaea confirme sa maîtrise du genre JRPG tactique avec ce nouvel opus en nous offrant un contenu immense intégralement traduit en français. Le jeu propose une multitude de petits plus pimentant le gameplay relativement classique de combats sur grille au tour par tour: l’humour omniprésent, le monde des objets, celui des personnages ou encore l’exploration de sous-mondes. Tout ceci crée une expérience de jeu qui ne sera jamais lassante ou monotone. La seule tache sur ce beau tableau est qu’on a une impression de « trop » (et non de « trop peu »). En effet, il y a tellement de choses à faire et de personnages à gérer qu’on se sent peut-être un peu perdu et que l’on passe un temps fou à errer et faire des activités secondaires. Du coup, on ne se voit pas trop avancer.

Au fond, Disgaea 5, c’est un peu comme le cochon, tout y est bon. Par contre, si on en mange trop on risque l’indigestion.

Disgaea 5 : Alliance of Vengeance

  • Développeurs Nippon Ichi Software
  • Editeurs NIS America
  • Type Tactical RPG Gargantuesque
  • Support PS4
  • Sortie 16 octobre 2015

Y’a bon!

  • Gargantuesque, vraiment !
  • Bourré d’humour. Les séquences entre les chapitres sont excellentes.
  • Des tonnes de classes, capacités, armes et autres possibilités de customisation
  • Le monde des personnages (mini jeu de l’oie)
  • Les explorations de sous-monde et le monde des objets qui facilitent le leveling
  • Le système de vote (bien que sous-exploité)
  • Possibilité de changer la musique horrible du mini sous monde. Ouf.

Beuargh!

  • Tellement de possibilités qu’on s’y perd facilement.
  • Pas facile de gérer l’ensemble de ses personnages. On en a vite beaucoup de trop.
  • Une interface assez fastidieuse. On passe de longues minutes à équiper ses personnages, leur assigner des maléfices, etc.
  • L’horrible musique par défaut du mini sous-monde.
Show Full Content

About Author View Posts

Papayou

Amateur de japonaiseries en tous genres, rédacteur et correcteur sur pxlbbq.com

Previous Payday 2 sombre aussi du côté des microtransactions
Next Defiance : la série part, le MMO persiste

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Call of Duty: MW3 – Une Bêta Multijoueur Pleine de Promesses

11/10/2023
Close