Dead Rising, Aaaaah Dead Rising (le SEO me remerciera pour ces premiers mots), une série qui m’a tout de même fait sauter le pas d’acheter la Xbox 360 à l’époque. Le délire de la centaine de zombies dans une ambiance fun avec la possibilité de créer/d’utiliser un peu n’importe quoi pour se défendre, tout ceci était bien alléchant. Le second était une pépite, le troisième un peu trop sérieux par moment, mais globalement c’était une licence sans prise de tête à apprécier seul ou bien accompagné.

Pour Dead Rising 4 on reprend tout ça, on enlève la coop et on recommence. Oui, le manque de coop me reste encore en travers de la gorge.

Dead rising 4 testZombiesexuel

Dans Dead Rising 4 on retrouve le premier héros, le reporter un peu peu beauf Frank West, de retour à Willamette pour enquêter sur une nouvelle épidémie dans un tout nouveau centre commercial tout juste ouvert pour le Black Friday. Cette petite bourgade américaine n’a décidément aucune chance avec ses grands magasins.

Dans ce quatrième épisode, alors qu’il est en fuite suite à une sombre affaire de reportage qui a mal tourné avec une de ses étudiantes, Frank se retrouve même un peu forcé d’aider la section anti-zombie du gouvernement tout en combattant du zombie et quelques mercenaires bien humains.

Si l’histoire n’est pas inintéressante et que l’on a même droit à de bons moments de rigolades, ce n’est pas là que la série trouve sa force.

C’est dans le gameplay que tout se joue (merci, merci beaucoup) dans Dead Rising. Et si l’on a l’essentiel, on notera la disparition de ce chronomètre qui jouait un rôle important des premiers opus.

Dead rising 4 testCette disparition nous offre en contrepartie une zone de jeu bien plus vaste avec tout ce que peut offrir un titre résolument tourné sur l’open world. Vous décidez vous même de l’ordre de vos missions, vous êtes libres de terminer le titre en prenant votre temps de tout faire ou de le rusher. Il n’y a plus d’obligations, d’épée de Damoclès.

Les missions principales sont bien indiquées et présentées, tandis que les secondaires vous sont proposées par les PNJ que vous rencontrerez un peu partout.

Est-ce regrettable? Non pas vraiment, le jeu reste très intéressant dans cette nouvelle façon d’aborder l’aventure. C’est différent et ça perd de sa Replay Value.

J’aimais beaucoup l’urgence de ce timer, le stress que cela créait et le petit côté rogue-like vous obligeant à recommencer l’aventure avec de meilleures capacités afin d’être capable de la terminer et dézinguer les boss.

Globalement, le titre de Capcom s’est édulcoré dans sa difficulté. Les boss sont bien moins retors et les civils à sauver vont se mettre à l’abri tout seul après avoir accompli la mission de sauvetage. Des choix qui plairont sans doute aux novices mais qui font un peu tiquer les vieux comme moi. Après, malgré cette remarque en demi-teinte, je n’ai pas boudé mon plaisir et ce peu importe ce que l’on me proposait de faire. Les armes et les combats y sont pour beaucoup. J’ai pleuré de rire juste parce que je tapais sur un zombie avec un marteau jouet qui faisait pouet.

De ce point de vue, Dead Rising 4 n’a clairement pas perdu de sa superbe et se permet même de rajouter, en plus des véhicules fous, un exosquelette qui, comme vous vous en doutez sûrement, décuplera vos forces et capacités (Port d’armes lourdes, combinaisons spéciales,…).

Ce délire, si l’on ajoute les changements de tenues toujours aussi incroyables de débilité, augmente bien plus quand on s’amuse avec l’appareil photo.

Faire des photos vous rapporte toujours des points vous permettant d’évoluer, débloquer des choses et surtout de faire des selfies du plus bel effet avec différente mimiques. Oui, OUI je me suis amusé à faire des selfies avec un zombie à mon cul.

Si la partie solo est toujours fun même si bien plus facile qu’avant, le multi est pour le moins pauvre et vous demandera de réaliser des objectifs dans un temps donné (un peu comme dans les anciens opus de la série). La difficulté croissante des épreuves font que l’on y prendra un peu de plaisir mais on y reviendra pas vraiment. Dommage.

Dead rising 4 test

Conclusion

Dead Rising 4 est un épisode avec le cul entre deux chaises. Il n’apporte que peu de nouveautés, change ou supprime des éléments passés et simplifie l’expérience. Tout cela en gardant en tête le principal atout du titre, le fun et le délire constant au milieu de centaines de zombies. Techniquement, le titre tient la route, ne souffre jamais ou presque de chute de framerate et ne pêchera que de peu bugs de collisions. Un bon épisode sans grande révolution.

Dead Rising 4

  • Développeurs Capcom
  • Type Massacre de zombies dans la bonne humeur
  • Support Xbox One, PC
  • Sortie 06 Décembre 2016

Y’a bon!

  • C’est fun, c’est débile, ça ne se prend pas la tête
  • Techniquement pas une folie furieuse mais ça tient la route sans broncher
  • L’ouverture du monde

Beuargh!

  • L’absence de coop
  • Certains changements qui édulcorent le challenge
Show Full Content

About Author View Posts

Avatar
Petit Ange Parti Trop Tôt

Parfois, un Pixel s'éteint et vogue vers d'autres horizons. Mais ce n'est pas parce qu'il ne fait plus partie de notre grand barbecue que ce qu'il a écrit disparaît !

Previous Overwatch – Quand un tournoi tourne au fiasco
Next Nintendo se lance-t-il dans la VR ?
Close

NEXT STORY

Close

Square Enix divorce d’IO Interactive – Quid de Hitman ?

11/05/2017
Close