911 Operator | Test

Ou "Opérateur 112" si vous préférez

On le sait, les dispatchers des services de secours n’ont pas la vie facile : il faut savoir traiter en un temps record des questions qui peuvent sauver la vie d’une personne. Ce n’est clairement plus des nerfs d’acier qu’il nous faudrait mais bien des nerfs de titane pour effectuer ce travail bien plus souvent ingrat qu’on ne le pense. Eh bien, chers amis, c’est dans ce contexte que vous serez amené à jouer avec 911 Operator, développé par Jutsu Games, puisque vous incarnerez un manager de service d’urgence avec tout le stress que cela engendre (sans avoir la vie de vraies personnes entre vos mains bien sûr !). Bref, un bon vieux simulateur de jeu de gestion comme on les aime.

Et voici l’un de vos nombreux terrains de « jeu »

911 Operator est à la limite du jeu classique et du serious game et se révèle aussi percutant qu’un This War of Mine

Le postulat de base est donc simple : vous êtes à la tête de plusieurs équipes d’urgence, à savoir la police, les ambulanciers et les pompiers, que vous devrez dispatcher à divers endroit de la ville. Une certaine anticipation et une étude du terrain seront donc nécessaires pour faire gagner un temps précieux à vos équipes qui devront se déplacer sur les lieux de l’incident.

De l’argent ? J’aime bien l’argent

Il faudra également s’adonner à du management pur et dur puisqu’il faudra équiper son personnel (gilet pare-balles, matériel de soin, etc.), en engager (en fonction de leurs compétences d’intervention ou de conduite par exemple) et prendre en compte leurs salaires, voire acheter de nouveaux véhicules allant de la simple moto jusqu’à l’hélicoptère.

Équipement sommaire au départ, mais plus tard il y aura moyen de sortir les kalash comme le dirait ce poète des temps modernes qu’est Booba

Les rentrées d’argent se feront en fonction du nombre d’interventions que vous effectuerez, sachant que certaines seront plus fructueuses que d’autres (vives les PV – je ne pensais jamais dire ça un jour). Par contre, il faudra également tenir compte de la réputation de vos services car, n’intervenir que sur des incidents juteux financièrement n’est pas forcément la meilleure chose à faire. Il faut quand même de temps en temps protéger la veuve et l’orphelin histoire de ne pas ternir sa réputation même si certains y trouveront parfois à redire (quel métier ingrat, j’vous jure…).

A chaque temps de chargement, on a même droit à de bons conseils !

Allô ? 911 ? Ce serait pour commander une pizza

Mais si ça ne se limitait qu’à ça, ce serait bien trop facile ! Il faudra également analyser chaque incident, l’un après l’autre, pour fixer vos priorités parmi ces incidents car, bien entendu, vous aurez plus d’incidents que d’équipes disponibles sur place (surtout en mode difficile). Par exemple, il vous faudra faire le cruel choix entre amener en urgence une femme enceinte à l’hôpital et sauver un pauvre petit chat perché sur un arbre (à mon avis, si vous choisissez de sauver le chat, vous êtes soit un fana hardcore de chat, soit un sacré psychopathe).

Dur choix… malgré la traduction française approximative du jeu

Histoire de corser les choses, les incidents se déclinent également de deux manières : soit il s’agit d’un simple pop-up qui surgit sur votre écran (finger in the nose), soit ce sera carrément un appel téléphonique qu’il faudra gérer en direct (on remerciera d’ailleurs la localisation en français qui facilite pas mal les décisions, même si elle est un peu dans les fraises). Une fois le combiné décroché, un dialogue se déclenchera avec la personne avec la possibilité de choisir ses propres dialogues afin de savoir s’il s’agit d’une urgence ou non, le lieu de l’incident, la gravité de la situation, etc. Parfois, ce sera pris sur le ton de l’humour (encore la vieille mémé qui se plaint de son voisin qui met le son de sa TV trop fort… pourquoi est-ce que je fais encore ce métier ?), parfois ce sera la réalité qui vous rattrapera avec tout ce qu’elle a de sordide par moment : femme battue, vol avec violence, noyade, terrorisme,  etc. C’est d’autant plus choquant que la plupart de ces appels téléphoniques se basent non seulement sur des faits réels (de l’aveu des développeurs) mais qu’en plus ils sont doublés et bruités à la perfection, procurant le sentiment que l’incident se passe réellement. On se retrouve parfois obligé de conseiller, en fonction des circonstances, à une femme de tirer sur son mari, faute de quoi elle risque tout simplement d’y passer. On a donc parfois ce sentiment de jouer à un jeu (et d’être, à la limite, complètement zen) puis, la seconde d’après, d’être en train de stresser à essayer de trouver une solution pour sauver la mise à ces personnes qui nous appellent. Pour qu’un simple jeu vous fasse ressentir ça et ce, malgré son aspect austère et le peu de moyen dont disposait les développeurs, c’est une sacrée prouesse.

Et les nombreuses heures de jeu n’y changeront rien (ou peu) puisque chaque appel possède de nombreuses variantes qui les rendent uniques et, qu’en plus, il est possible « d’importer » n’importe quelle ville du monde réel pour en faire votre terrain de jeu, ce qui lui donne une bonne rejouabilité.

Namur RPZ !

Bref, 911 Operator est à la limite du jeu classique et du serious game et se révèle aussi percutant qu’un This War of Mine.

Conclusion

Comme vous l’aurez compris, 911 Operator n’est pas un jeu de simulation comme les autres : malgré ses atours peu attrayants, le jeu arrive à vous embarquer dans la folle aventure des services d’urgence et se paye même le luxe de faire vibrer le joueur grâce à son gameplay, certes convenu mais rudement efficace, mais surtout grâce au travail effectué pour immerger le joueur dans cet univers peu connu. A mi-chemin entre un jeu classique passionnant et un serious game saisissant, 911 Operator vous procurera de nombreuses heures de jeu qui ne vous laisseront pas indifférent. Un excellent jeu à côté duquel il serait dommage de passer.

911 Operator

  • Développeurs Jutsu Games
  • Type Simulation/gestion
  • Support PC
  • Sortie 24 février 2017
Note Passion Brulante
Note Pas de pxlection

Y’a bon!

  • Un gameplay simple mais efficace
  • Une immersion soignée aux petits oignons
  • Une localisation en français
  • Une bonne durée de vie
  • La possibilité d’importer sa ville en guise de terrain de jeu

Beuargh!

  • Une version française parfois très approximative
  • Une interface des plus austères
Commentaires Facebook
Catégories
Tests

Comme vous pouvez vous en douter, j'aime bien les quêtes. Le RPG, c'est la vie (Baldur's Gate, Pillars of Eternity, Neverwinter Nights, et patati). Je suis également preneur de jeux de gestion (Europa Universalis, Stellaris, Tropico, Civilization, etc) et de FPS avec un bon scénar' (Metro 2033, Bioshock, etc.). Je geek actuellement sur Civilization 6, Europa Universalis 4 et Fallout 4.
    Autres articles jeux vidéo
    Dernier podcast: JV

    Dans le même genre