J’ai la chance d’avoir des enfants qui dévorent des quantités de livres assez impressionnantes. Du coup, cela nous permet d’avoir un autre regard sur les livres jeunesses dont nous parlons ici. Nous pouvons les apprécier avec notre vision d’adulte, mais rien de mieux que d’avoir l’avis des principaux concernés.

Wajestix, nom adopté par Lylou, incarne une nouvelle héroïne au potentiel prometteur. L’action est le maître-mot de cette histoire, qui se déploie avec dynamisme, même si certains aspects peuvent dérouter un public adulte en quête d’un peu plus de profondeur narrative. Pour être honnête, ma fille de neuf ans a dévoré le livre en un petit mercredi après-midi. La construction narrative de Wajestix, proche des récits superhéroïques, maintient en haleine avec un récit rythmé et captivant, émaillé d’éléments humoristiques.

L’histoire de Wajestix met en scène Lylou, une jeune fille vivant avec ses grands-parents depuis la tragique disparition de ses parents. Fascinée par la magie et la prestidigitation, elle se retrouve plongée dans une quête personnelle après avoir découvert des indices sur la mort de ses parents. En s’enfuyant pour assister au spectacle de son idole, elle se lance dans une aventure où elle développe des capacités extraordinaires, devenant ainsi une justicière masquée prête à combattre le crime.

Si ma fille a aimé le récit, qu’elle a pu me résumer sans mal, elle a eu un peu de mal à s’immerger dans l’histoire et s’attacher aux personnages, malgré un contexte de lecture peu favorable.

Dans l’univers de Wajestix, l’humour se mêle habilement à l’enquête et à l’avènement d’une super-héroïne. Lylou et ses acolytes à plumes, les deux pigeons (références aux corbeaux d’Odin ?), incarnent la diversité des péripéties rencontrées. De la recherche des vêtements de scène de ses parents jusqu’à l’acquisition de pouvoirs extraordinaires dans un laboratoire secret, l’histoire offre une multiplicité de rebondissements. Malgré des attentes pour un développement plus approfondi de l’intrigue, notamment en ce qui concerne la traque d’une organisation criminelle, l’humour omniprésent offre des moments de franche rigolade pour les lecteurs réceptifs à cette tonalité narrative.

Close

NEXT STORY

Close

Interview Naoki Yoshida : Final Fantasy XIV Shadowbringers

09/07/2019
Close