Test : Zombie Army 4 Dead War – C’est rigolo

Oui ben j'avais pas de meilleur sous-titre à proposer.

Flinguer des zombies en coopération après la chute d’Hitler, vous pensez bien qu’un pitch pareil, c’était très tentant. Ouais mais bon, moi j’aime pas les gens et la coop’ Online, je suis pas fan. Que voulez-vous, j’ai loupé le train Left 4 Dead… Et bha c’est pas grave, on va se faire plaisir tout seul à dézinguer du zombie nazi à la fin de la seconde guerre mondiale dans Zombie Army 4 : Dead War. 

Salvation, salvation, salvation is free
Do do do do do do do do

Solo Morbis

Il est pas frais, son poisson

Ne cherchez pas, ce titre ne veut rien dire, mais il claque, non ? Vous n’avez pas besoin de cet article pour vous vanter les mérites ou les problèmes de Zombie Army 4 Dead War en multijoueurs. Si comme moi vous êtes plutôt du genre solitaire en ce qui concerne les jeux vidéos, vous serez sans doute déjà plus intéressé. Le studio Rebellion est surtout connu pour sa série Sniper Elite, dont Zombie Army n’était à la base qu’une extension. Mais bon, quand il y a moyen de faire un défouloir décérébré (zombie… décérébré… vous l’avez ?) à partir du postulat que Adolf Hitler a réveillé les morts et contrôle une armée de morts-vivants nazis, vous pensez bien qu’on ne va pas se priver niveau déconne. Oui mais voilà : le Hitler en question a été renvoyé en enfer à la fin de Zombie Army 3, alors Quid de la suite ? Et bien, Zombie Army 4 Dead War s’intéresse à l’après traumatismes de guerre des soldats, aux familles en deuil… non, plus sérieusement (ou moins sérieusement, je m’y perds…), le dictateur a certes été renvoyé dans les abysses infernales, il n’en demeure pas moins qu’il a déchaîné les forces occultes et que les morts eux, marchent toujours, certains étant lourdement armés, voire kamikaze – conceptuelle comme idée !

Visuellement, le jeu réussi à poser ses ambiances

Alors autant être honnête de suite : à cette heure, je n’ai pas terminé la campagne solo de Zombie Army 4 Dead War, mais j’ai jugé cela inutile tant l’histoire est reléguée au troisième plan au profit d’un jeu de tir contre des hordes de zombies sans plus de cérémonie. Seul ou jusqu’à quatre si vous avez des amis, mais pas trop proches si possibles, des connaissances sur Internet suffisent puisque le multi local est inexistant. Pour ma part, j’ai choisi l’un des quatre archétypes disponibles et me suis lancé fièrement sur la version PC, propulsée par l’Epic Game Store (qui est casse-pied niveau capture d’écran, du coup, j’ai été en pêcher ailleurs). Manque de bol, si NVidia propose bien des mises à jour de ses pilotes pour le jeu, il ne sera pas pris en compte par GeForce Now.

Et première surprise, le jeu passe crème techniquement sur mon PC qui avoisine les 6 ans. Le titre est fluide, suffisamment détaillé pour qu’on apprécie les ambiances infernales des environnements et on se permet même de pousser un peu les graphismes pour profiter au mieux de la Killcam, propre à la série de Sniper Elite- Sur ce dernier point, je reste un peu sur ma faim, car jusque là, les moments où il est nécessaire de sortir le fusil sniper sont assez rares, alors que enchaîner les headshots de loin dans d’énormes hordes décharnées est vraiment très plaisant, en plus d’apporter des bonus. Si je reste un peu plus frileux à l’idée d’utiliser le corps à corps, la fonction existe et se révèle même dévastatrice en plus d’être indispensable (même si une bonne grenade bien lancée vous sauvera les valseuses plus souvent). Mieux, des zones piégées sont disséminées ici et là, permettant en les activant, d’électrifier le sol, de faire exploser des bonbonnes (toujours efficace) ou d’aspirer les zombies dans les pales d’une hélice. On sait s’amuser dans Dead War.

La Kill Cam, c’est toujours rigolo, surtout sur des zombies

Côté mise en scène, c’est assez rudimentaire au profit d’un rythme soutenu et faisant la part belle aux arènes libérant des dizaines (centaines ?) de claqueurs de dents à vos fesses. Les munitions viennent parfois à manquer – surtout quand on tire mal comme moi – mais les environnements cachent souvent de nombreuses caisses de recharge, tandis que des zones saines permettent d’améliorer ses équipements.

Améliorer ses armes est vital, surtout en solo

J’aime beaucoup l’ambiance “La fin du monde c’était hier, mais c’est pas mieux ce matin” un peu désinvolte que dégage le jeu. Clairement, il manque d’une mise en scène qui assumerait le côté “bis” de la licence (une genre de “Iron Sky” zombiesque) et il ne faut pas s’attendre à sursauter ou avoir peur dans Dead War. On avance, on suit tant bien que mal le scénario qui nous demande toujours d’avancer plus loin (le jeu possède des sous-titres en français, mais bon, au cœur de l’action…) et on affronte des créatures nazies de plus en plus grosses dans des situations de plus en plus absurdes. Mention spéciale au sound-design, tout en râles et grognements très réussi. On frissonne parfois rien qu’à les entendre, avant de les voir sortir d’une bouche dégoût.

Malgré ça, le jeu manque d’âme (et c’est même pas une blague), d’un truc qui nous y ferait revenir avec plaisir en rallumant le PC ou la console. L’univers est sans doute un peu trop fade et manque de patate, malgré quelques plans sympathiques. Et si j’invoque de nouveau le film Iron Sky, c’est pour souligner ici aussi qu’il manque une certaine prise de position. Avec une licence comme celle-là, autant foncer à fond dans la série Z et jouer la carte de l’absurde à travers les personnages (plutôt insipides ici) et la mise en scène (quasi inexistante). On parle quand même de Hitler qui a ramené ses soldats zombifiés après sa défaite et de morts-vivants kamikazes ! C’est pas moins con que le régime nazi préparant son retour depuis la face cachée de la lune ! 

Alors oui, le jeu peine un peu à se renouveler dans ses objectifs, mais il propose un chouette bestiaire et mine de rien, on trouve facilement des gens en ligne pour se lancer dans une mission. Parce que bon, à 4, et même si le jeu s’adapte en fonction du nombre de joueur, on avance comme dans du beurre, là où la prudence sera de mise en solo. En plus du mode Campagne qui ne semble pas très long, le mode Horde vous propose simplement de survivre à plusieurs à différentes vagues d’ennemis. Et c’est tout. Un peu léger pour le prix tout de même.

Conclusion

Étonnamment, Zombie Army 4 Dead War est un bon jeu. Peut-être cher pour le contenu qu’il propose, pas excellent et qui n’arrive pas à s’assumer complètement, mais qui offre sans faillir ce qu’il a promis : un shooter solo et multijoueurs dans lequel on flingue des zombies nazis tous plus improbables les uns que les autres de manière décomplexée. C’est fun en fait, et bien exécuté en plus de tourner sans problèmes sur des PC déjà assez anciens. J’espère juste que le prochain – si prochain il y a – soit plus déjanté.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Zombie Army 4 Dead War

  • Développeurs Rebellion
  • Type Shooter coopératif
  • Support PS4, PC, Xbox One
  • Sortie 04 Février 2020
Commentaires Facebook
Zombie Army 4 Dead War à notre sauce
7/10
Zombie Army 4 Dead War à notre sauce
Y'a bon
  • Plutôt joli et techniquement réussi
  • La Kill Cam, sympa
  • Un Sound-Design angoissant
  • Des ennemis nombreux et variés
  • Le mode Horde, assez cool
Beuuuuwark
  • Un peu répétitif
  • Trop facile et court à 4
  • Contenu un peu chiche en regard de son tarif
  • Trop sage compte-tenu de l'idée de base
Catégories
Tests jeux
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre