Test : Rogue Stormers – Du Run’n Gun procédural ?

Est-ce dieu possible ?

Quand on parle de Run’n Gun, on pense inévitablement à Metal Slug, Probotector ou Gunstar Heroes. Des titres rapides et fun. Passionnés, les petits gars de Black Forest Games ont eu la folle idée de coupler le genre au Rogue-Like dans un style qu’on pourrait nommer le Rogue’n Gun (?) avec Rogue Stormers, disponible un peu partout.

C’est l’heure de votre émission « Bonne idée / Mauvaise idée », les amis.

Contra rempli ?

La lisibilité n’est pas toujours optimale

On passera rapidement sur le scénario global du titre qui vous propose d’aller dézinguer un gros vilain qui a transformé les habitants d’une bourgade médiévale en affreux monstres. Vous aller donc passer votre temps à éliminer des hordes de monstres (les habitants donc) dans des niveaux générés aléatoirement à chaque nouvelle partie. Si vous avez le choix entre 5 protagonistes pour aller foutre sur la tronche de tout ce beau monde, une seule brutasse nommée Brecht sera disponible au début du jeu, les autres se débloquant en bout de course. On va donc pester dès le début sur le fait qu’on ne puisse pas choisir notre style de jeu, car si Brecht est armé d’un fusil, les autres arborent des armes diverses comme des lance-flammes, des lance-roquettes, fusils à pompe et autres fusils sniper. Bref de quoi varier le gameplay sur le papier. Le problème vient surtout du fait qu’en solo, le jeu possède une difficulté assez incompréhensible qui nous empêche de débloquer les autres personnages dans un délai raisonnable. Si encore la difficulté montait d’un cran à chaque nouveau run complété, mais il n’en est rien. On se retrouve alors à relancer la partie sans cesse avec le personnage de base – qui  n’est pas le plus intéressant – en vue de réussir les 6 niveaux d’un coup.

J’ai un petit faible pour Camille j’avoue

Heureusement, plus vous éliminez d’ennemis, plus vous gagnez de l’expérience qui vous permettra de choisir des compétences acquises indéfiniment de partie en partie, tout comme le jeu regorge de power-up à trouver dans des coffres qui améliorent votre héros le temps d’une partie uniquement. Des armes secondaires bien utiles sont également de la partie, et sont – comme les niveaux – générées aléatoirement. Vous allez donc, de façon complètement aléatoire, vous retrouver avec un arsenal monstrueux et rouler sur vos ennemis ou galérer comme un dingue et mourir rapidement. Au moins, même si on doit relancer la partie, on ne tombe jamais vraiment toujours sur le même schéma. Bon point donc pour Rogue Stormers à ce niveau.

6 d’un coup !

Le mélange Run’n Gun et Rogue-Like pourrait bien fonctionner si le titre n’avait pas oublié en chemin l’aspect « run ». On avance prudemment, on se tape des ennemis trop résistants pour mourir en quelques balles, quand ils ne sont pas dans les airs hors de l’écran à nous canarder. On avance, on tire, on esquive, on recule… le dynamisme en prend un sacré coup et on est loin des références hyper nerveuses du genre, d’autant que les déplacements sont assez patauds (vu la tronche des héros en même temps…).

Vous allez vous le coltiner longtemps lui…

Doté d’un mode coopération en ligne et hors-ligne, le jeu se veut alors déjà plus accessible – surtout contre les boss, même si on a un peu de mal à trouver des parties en ligne. Graphiquement, qu’on aime ou non la direction artistique du jeu, on apprécie tout de même les arrière-plans qui fonctionnent bien, mais les autres éléments restent malheureusement très génériques, tant au niveau des décors que du bestiaire peu renouvelé. A l’heure ou j’écris ces lignes, je n’ai plus la bande originale en tête, ce qui témoigne d’un manque d’intérêt de ma part pour celle-ci.

Conclusion

On aura essayé, mais difficile de conseiller Rogue Stormers. Si le titre est relativement joli, la gestion procédurale des niveaux et la difficulté bien trop élevée pour le genre lui enlèvent toute chance de figurer sur la liste des Run’n Gun. On avance péniblement, lentement et de manière frustrante vu qu’il faut terminer les 6 niveaux en une fois pour débloquer d’autres gameplays un tant soit peu différents. Si on apprécie les efforts que fait Rogue Stormers pour donner à chaque partie un nouvel intérêt grâce à l’évolution des personnages et aux armes secondaires, reste que le procédural ne remplacera jamais un vrai level-design et game-design pensé pour les affrontements nerveux et tendus d’un bon Run’n Gun.

Temps de lecture : environ 3 minutes

Gun Stormers

  • Développeurs Black Forest Studio
  • Type Run and Gun procédural
  • Support PS4, PC, Xbox One
  • Sortie 21 Avril 2016
Rogue Stormers à notre sauce
5/10
Rogue Stormers à notre sauce
  • Technique
    7/10
  • Esthétique
    5/10
  • Ergonomie
    5/10
  • Audio
    4/10
  • Contenu
    6/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l’univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Autres articles jeux vidéo