Test : Reigns Her Majesty – La Reine est morte

Vive la Reine !

Avec un gameplay extrêmement simple, Reigns avait su captiver par sa narration et la balance constante entre les différentes décisions. Avec Reigns : Her Majesty, nous sommes confrontés à une nouvelle situation tout aussi simple : nous incarnons une Reine, qui devra prendre toutes les décisions du royaume, tout en étant soumise à sa condition de femme de l’époque. Un sacré Challenge au niveau des compromis, à nous de chambouler tout cela !

La Reine est Morte

A part Henry VII, je n’ai jamais vu roi prendre autant d’épouses. En effet, n’est pas Elisabeth II qui veut et vous incarnerez diverses reines plus ou moins longtemps dans Her Majesty. Car qu’on se le dise : vous vous retrouverez soit piétinée par une foule en délire, mariée de force à un général ennemi, enfermée “pour votre sécurité” dans les geôles du palais, tuée par des plantes magiques, voire dévorée par des chiens, en exil ou au bûcher. Les reines vont ainsi devoir se succéder au sein du royaume, jouant sans cesse entre leurs convictions (on a souvent envie d’envoyer paître l’Eglise), la raison et les besoins de chacun.

Nous incarnons une Reine, soumise à sa condition de femme de l’époque… à nous de chambouler tout ça

Toujours aussi simple et addictif, Reigns : Her Majesty vous demande simplement de glisser les cartes vers la gauche ou vers la droite pour prendre une décision concernant vos hôtes ou plus généralement le royaume. En haut de l’écran, quatre jauges – représentant l’Eglise, la Population, l’Armée (et la noblesse ?) ainsi que les finances – vont se remplir et se vider au fil de vos choix, sachant qu’une jauge entièrement vide ou entièrement pleine entraînera une fin de règne plutôt douloureuse pour votre championne. La manière dont vous concluez votre règne influera d’ailleurs une peu la couronne suivante, l’Eglise par exemple, aura à coeur de mieux vous dresser si la précédente reine leur a tenu tête…

… Vive la Reine !

Au fil des parties et des reines, vous aurez des objectifs que vous pourrez remplir, comme recruter certains personnages, visiter certains lieux, accomplir certaines actions, influant alors sur le deck de cartes en votre possession et donnant lieux à de nouvelles situations, qui seront conservées pour les règnes suivants. D’autres objectifs prendront en compte le signe astrologique de votre reine, vous demandant un peu plus de préparation pour les réaliser.

Au fil des situations, vous pourrez récupérer quelques objets dans votre inventaire que vous pourrez utiliser pour modifier une situation, à l’image du parfum enivrant qui pourra modifier le comportement de certaines personnes en votre faveur (évitez de l’utiliser sur le clergé…), voire un os de poulet… en guise de trophée – que l’on fouette ce maudit chasseur !

On vit donc les différents règnes avec un intérêt renouvelé, même si l’on ne comprend pas toujours bien pourquoi certaines jauges grimpent ou s’effondrent subitement, causant la fin d’un règne précipité. Heureusement, l’humour est omniprésent, et l’on a toujours l’opportunité d’avoir de la répartie – même si c’est à utiliser avec parcimonie. De la belle-mère envahissante au Cardinal casse-pied en passant par le mari d’une rare faiblesse pour un roi ou les divinités païennes, il y a de quoi faire.

Conclusion

Testé ici sur PC, on vous conseille évidemment la mouture mobile, bien plus indiquée avec son système “à la Tinder”, propice aux parties rapides dans les transports. Reigns : Her Majesty ne bouleverse sans doute pas les codes du premier, mais recèle assez de nouveautés pour tenir en haleine les joueurs sans complexifier de trop la formule. Ajoutons à cela une difficulté accrue due au sexe de nos protagonistes et on peut réaliser avec un humour grinçant qu’à l’époque, les Reines avaient toujours le curseur de leur vie sur la difficulté maximum.

Temps de lecture : environ 2 minutes

Reigns : Her Majesty

  • Développeurs Nerial
  • Type Simulation
  • Support iOS, Android, PC
  • Sortie 07 Décembre 2017
Reigns : Her Majesty à notre sauce
8/10
Reigns : Her Majesty à notre sauce
Y'a bon
  • Les complications de la vie de Reine bien retranscrites
  • Un gamplay toujours aussi simple et prenant
  • Idéal sur Mobile
  • Drôle et varié
Beuuuuwark
  • Gestion des jauges parfois obscure
  • Se débarrasser des Reines plus vite qu'Henry VII !
  • Technique
    8/10
  • Esthétique
    8/10
  • Ergonomie
    9/10
  • Audio
    8/10
  • Contenu
    8/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Dans le même genre