TEST : Pokémon Ultra Soleil

C'est reparti pour un tour des îles !

C’est parti pour une nouvelle aventure !

En démarrant pour la première fois Pokémon Ultra Soleil, je me suis souvenu que cela ne faisait pas si longtemps que ça que j’avais reposé la 3DS et terminé mon premier Tour de îles à Alola, dans Pokemon Soleil premier du nom. N’ayant jamais joué à deux jeux Pokémon de la même génération par le passé, je me suis figuré que ce test serait une bonne occasion de constater les changements qu’apportent ces nouvelles versions « ULTRA ».

Au niveau des évolutions apportées par les premiers jeux Pokémon de la septième génération (Soleil & Lune), on pourra citer : le Motisma-Dex qui est la nouvelle forme du PokeDex, les arène remplacées par les épreuves du Tour de iles, l’évolution de la Poké Récré en Poké Détente, la Place Festival (le HUB multijoueur), le scanner QR, le mode Bataille Royale à 4 dresseurs, etc.

Une capacité Z intéressante…

Pour ce qui est des spécificités de cette génération, j’avais été surpris par pas mal de nouvelles choses : l’arrivée de 81 nouveaux Pokémons, oui, rien que ça. Les capacités Z, les Ultra-Chimères, les Poké-Montures, les nouvelles formes de Zygarde et sans oublier les trois nouveaux Pokémons de départ : Flamiaou, Otaquin et Brindibou respectivement feu, eau et plante.

A Alola, on sait vivre.

Professeur Euphorbe, accent sur le « be »

Un aspect qui m’avait déjà personnellement beaucoup plu dans Pokémon Soleil était le côté « Cool-Relax » de la région d’Alola. Une région clairement inspirée de Hawaï aux accents de mer azur, de chapeaux de paille et de chemises fleuries. A Alola les gens sont toujours souriants et de bonne humeur, d’ailleurs ce n’est pas le professeur Euphorbe, le mentor de ces épisodes, qui me contredira avec son look qui tient plus du surfeur que du scientifique !

Alola se compose de 5 îles dont une artificielle : Mele-Mele, Akala, Ula-Ula, Poni et le Paradis AEther. Chaque île dispose de son propre doyen, personnalité faisant office de gouverneur, ainsi que de son Pokémon gardien. Pour ce qui est des environnements, ils sont assez variés d’une île à l’autre, on retrouvera les climats classiques de pleines luxuriantes, de montagnes neigeuses, de déserts arides, etc.

Un défi !

Dans cette génération, vous l’aurez compris, il n’est plus question d’arènes et de champions à vaincre pour accumuler des badges. Non, le joueur devra accomplir le Tour des îles qui est composé de sept épreuves déclinées selon les différents types de capacités Pokémon. Chaque épreuve est orchestrée par un Capitaine d’épreuve qui guide le joueur afin qu’il atteigne et vainque le Pokémon Dominant. Les épreuves sont diverses, parfois il s’agira de prendre des photos, de répondre à des questions ou simplement de remporter un ou plusieurs combats.

C’est bien beau mais qu’apporte la version ULTRA ?

Mes premières impressions ont tout d’abord été mitigées. J’avais l’impression de jouer à une version patchée du premier jeu, une version basée sur les même concepts et ressources mais interprétée différemment. Pas dérangeant en soi mais avec une grosse question quand même : quoi de neuf sous le soleil d’Alola ?!
En une réponse pleine de sens : rien et tout en même temps ! Bien que Pokémon Ultra Soleil soit similaire à son prédécesseur Pokémon Soleil sur bien des points il est cependant différents dans pleins de petits détails qui ont leur importance.

Lillie et son Pokémon Doudou

On peut commencer par souligner l’amélioration de l’histoire de Lillie, mieux expliquée et plus scénarisée, le personnage gagne en personnalité et permet (enfin) au travers l’histoire d’accéder a des univers parallèles peuplés de Pokémons légendaires en fin de jeu. D’autre part, le jeu est plus difficile que la première mouture, cela dit, j’ai changé de starter : j’avais pris Flamiaou/Feu dans Soleil et j’ai pris Otaquin/Eau dans Ultra Soleil. Ceci explique peut être l’impression de plus grande difficulté mais objectivement, j’ai trouvé l’ensemble de la progression plus compliquée par rapport à Soleil qui était vraiment simple.

Flashback !

La Team Skull, les méchants du premier opus, était assez ridicule et franchement pas impressionnante mais dans Ultra Soleil les choses ont changé : les ennemis sont un groupement des anciennes équipes rivales de tous les précédents jeux ! Vous avez bien lu, on retrouve la Team Rocket de Pokémon Rouge et Pokémon Bleu, la Team Plasma, la Team Flare, etc.

Le Motisma-Dex

Le Motisma-Dex quant à lui se trouve également amélioré, outre l’interface certaines fonctionnalités lui ont été implémentées de manière à améliorer les interactions avec le joueur. Par exemple on pourra désormais augmenter les liens d’affinité avec son Motisma-Dex, ce qui permet à terme de pouvoir utiliser deux fois un capacité Z en combat ! Un nouveau jeu, le Motismagogo, fait également son apparition, il permet de gagner de petits items bonus aidant dans la progression.

Nouveauté qui vaut la peine d’être citée : les stickers. A collectionner vous l’aurez compris, ces derniers permettent de débloquer les Pokémons dominants qui sont nettement plus forts que les autres de leur espèce.

La bonne nouvelle : une arène.

Et oui, bien que Alola soit vouée au Tour des Iles, les arènes et leurs champions y ont quand même brillé par leur absence. C’est sûr qu’en sept générations sur plus de vingt années d’existence on finit par s’habituer à certains établissements. Heureusement dans cette version il y a quand même une arène, et qui plus est, une arène que l’on peut refaire chaque jour!
Enfin, pour les dresseurs de l’impossible, sachez que Mewtwo ainsi que d’autre légendaires tels que Artikodin, Electhor, Sulfura, Raikou, et bien d’autres sont enfin capturables dans Pokémon Ultra Soleil et Ultra Lune. 

Alola, c’est par là !

Alors est-ce que ce Pokémon Ultra Soleil justifie à lui tout seul un retour à Alola pour ceux qui ont complété le tour des îles dans la première version ? Probablement pas, à moins que vous ayez tellement accroché au premier jeu qu’il vous soit resté un petit gout de trop peu après l’avoir terminé. En revanche, si vous n’avez pas encore mis les pieds dans la région d’Alola, foncez ! Car mine de rien cette septième génération et à plus forte raison, le second jeu, apporte beaucoup de changements et de fraîcheur à la licence Pokémon qui à déjà plus de 20 années d’existence.

Pokèmon Ultra Soleil

  • Développeurs Game Freak
  • Type RPG
  • Support 3DS
  • Sortie 17 Novembre 2017
Pokémon Ultra Soleil à notre sauce
8/10
Pokémon Ultra Soleil à notre sauce
Y'a bon
  • Une version améliorée
  • L'histoire de Lillie mieux racontée
  • Tous les petits détails en plus
Beuuuuwark
  • Du déjà vu
  • Peut faire regretter d'avoir acheté le premier
  • AMBIANCE
    8/10
  • ORIGINALITE
    5/10
  • GRAPHISME
    7/10
  • BANDE-SON
    7/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Joul

Le gars qui sert à tout et à rien. D’ailleurs IRL comme en jeu c'est pareil, toute team doit avoir son Joul! J'aide pour le site, mon stream est hébergé par Twitch.tv/pxlbbqtv/ et occasionnellement j'écris sur des jeux.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre