Test : Okami HD Remastered – Et la déesse revint parmi les Hommes

Mais à trop s'approcher du soleil...

Okami HD Remastered est une review assez compliquée à faire. Tout d’abord, parce que je commence à en avoir soupé de jouer à des Remasters ces derniers temps, ensuite parce que celui-ci propose une expérience schizophrène. Puisse la déesse Amaterasu me venir en aide pour terminer cet article.

De retour dans un magnifique Japon mythologique tout en estampe et jusqu’en 4K

O-Okami

On pourrait croire au premier abord que faire la critique d’un Remaster est simple. Et c’est vrai qu’en général, c’est relativement aisé : il suffit de faire le parallèle entre la version originale et les apports de cette nouvelle mouture du jeu, sans forcément devoir terminer le titre complètement avant de se mettre au clavier. Et de ce fait, je n’ai pas bouclé une troisième fois Okami avant de m’atteler à cette critique. Si j’avais sauté Day One sur la version originale sortie sur Playstation 2 en 2006, j’en ai gardé un excellent souvenir. Oh, le titre n’était pas parfait, notamment dans ses longueurs par moment. Je me souviens même avoir pensé l’avoir terminé une fois Orochi vaincu, avant de me rendre contre qu’il ne s’agissait que du premier ennemi majeur du jeu. Certes, Okami possède donc un rythme lent, renforcé par l’impossibilité de faire défiler les dialogues comme bon nous semble, le jeu imposant sa propre vitesse de défilement de texte la majeure partie du temps.

Okami reste un jeu majeur de sa génération

Les phases de pinceau divin restent plus ergonomiques au stick

Mais il suffit d’une petite dizaine de minutes et d’un accord tacite entre le joueur et le titre de feu Clover concernant une mise en route assez longuette pour tomber sous son charme. Okami est beau, encore aujourd’hui, et propose une poésie jusqu’ici très rare dans le jeu vidéo, couplée avec de l’humour régulier. Estampe vivante, croisée avec les légendes japonaises, Okami n’a certainement pas eu le succès qu’il méritait à sa sortie, causant la fermeture du studio Clover. La version Wii quand à elle jouait habillement de la Wiimote pour permettre aux joueurs d’utiliser les pinceau divin de Shiranui de manière très intuitive, principe que reprendra la version HD parue sur PS3 avec les PSMoves en 2012.

Et là, vous vous demandez certainement pourquoi je ressasse tout cela au lieu de vous parler de cette version Remastered parue sur PS4, PC et Xbox One. La raison est simple : je n’ai rien de plus à en dire. Okami reste un jeu majeur de sa génération, dont les lourdeurs de caméra, de rythme et les quelques soucis techniques restent parfois irritants en 2018. Il ne s’agit ni plus ni moins que du même jeu paru sur la génération précédente, sans ajout, sans modification si ce n’est le sacro-saint 60fps et la 4K, options agréables mais qui ne justifient pas à elles seules le rachat du jeu si vous possédez l’original ou la version HD (qui avait été offerte sur le PS+ en avril 2013).

Les combats de boss sont intenses

On remarque que les éléments du décors ont toujours la même tendance à apparaître avec un certain retard – souci technique du jeu d’origine qui aurait pu être gommé avec cette nouvelle édition – que la caméra n’a pas profité de quelques ajustements, que la gestion du pavé tactile sur PS4 reste bien moins ergonomique que l’utilisation des sticks pour le pinceau divin et qu’il n’y a strictement aucun bonus. Attention, je ne parle pas ici de nouvel arc scénaristique, de nouvelle fin ou tout autre ajout nécessitant un nouveau développement – quoique… un épilogue jouable se serait justifié vu la fin du titre appelant une suite qui ne viendra jamais – mais de bonus habituels comme une galerie de croquis mettant en valeur les croquis préparatoires, un Jukebox pour entendre les somptueuses musiques du jeu ou des interviews des développeurs en vidéo… de sorte de  rendre hommage à un titre magique qui n’a pas su réussir commercialement.

Edit : Et comme je l’avais évoqué, je n’ai pas terminé une troisième fois Okami avant d’écrire cet article. Aussi, je remercie Hukyo depuis Twitter qui me corrige !

Conclusion

Donc voilà, que dire sur cette réédition ? Si je devais mettre une appréciation que sur la qualité du portage, elle serait vraiment très basse puisque qu’il ne s’agit ici que du même jeu porté en 60fps et en 4K pour les consoles et PC compatibles. Rien de plus. Aussi, pour les possesseurs des versions HD précédentes, voire même de l’original, je ne saurais vous conseiller cette version qui n’apporte rien du tout, sauf peut-être pour les amoureux du jeu qui le veulent dans la meilleure version possible.

Si toutefois vous ne connaissez pas Okami et que vous êtes prêts à faire quelques concessions en terme de rythme – le gameplay n’ayant pas pris de ride – Okami HD Remastered reste sans doute la version la plus aboutie techniquement. Dommage qu’elle ne rende pas hommage au magnifique travail du Studio Clover et se contente du strict minimum

Temps de lecture : environ 2 minutes

Okami HD Remastered

  • Développeurs Capcom
  • Type Action/Aventure
  • Support PS4, PC, Xbox One
  • Sortie 12 Décembre 2017
Okami HD Remastered à notre sauce
7/10
Okami HD Remastered à notre sauce
Y'a bon
  • Cela reste Okami, magique et magnifique
  • Une belle durée de vie
  • Des musiques envoûtantes
  • 4K/60fps pour qui ça intéresse
Beuuuuwark
  • Un portage paresseux
  • Les soucis d'époque toujours présents
  • L'utilité de ce portage ?
  • Technique
    6/10
  • Esthétique
    10/10
  • Ergonomie
    7/10
  • Audio
    9/10
  • Contenu
    6/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre