Test : NASCAR Heat 4 – La NASCAR dans votre salon.

Ready to Green !

Avant de commencer ce test, on va poser quelques bases simples. Si vous me suivez depuis un certain temps sur PXLBBQ, vous savez que je m’intéresse à tout ce qui a un moteur et ce qui a deux ou quatre roues (même s’il y a des exceptions). Et pourtant, je n’avais jamais eu l’occasion de tester un jeu qui concernait la discipline du NASCAR. Ce petit disclaimer évident passé, que vaut-il ce cher NASCAR Heat 4 ? Réponse dans quelques courses endiablées avec quelques burnouts !

Notre vaillant pilote attire déjà les regards.

English only sir !

C’est probablement ce qui va vous sauter aux yeux quand vous lancerez le jeu pour la première fois, surtout si vous n’êtes pas forcément à l’aise avec la langue de Shakespeare. Le jeu n’est disponible que dans cette langue et à moins que j’aie raté la seule option qui permette de le switcher en français, c’est ce qui restera pendant toute votre immersion dans le monde motorisé du NASCAR. Malgré tout ce n’est pas gênant puisque le niveau de langue est très accessible. Même les indications de votre spotter (qui vous indiquera pas mal de choses en course) sont en anglais audio, mais vous allez vite les assimiler et ce ne sera plus un problème. 

Attention aux carambolages !

Oui, on peut faire des courses simples, mais la carrière reste le coeur du jeu. 

Les modes de jeu disponibles sont assez classiques : Course Rapide, Championnat, Challenges, Multijoueur en ligne et Écran partagé. Ce qui fait le sel du jeu c’est le pilote qu’on peut se créer et la carrière, qui pourrait presque justifier l’acquisition du jeu à elle seule. Non seulement vous pourrez effectivement mener votre carrière de pilote de manière plutôt habituelle, mais vous serez constamment sollicité par votre calendrier pour participer soit aux épreuves de votre saison régulière, au championnat que vous aurez à disputer, soit avec l’équipe que vous dirigerez ou l’équipe qui vous aura engagé. L’argent est le nerf de la guerre d’ailleurs, souvenez-vous en.

Pratique, qualification et course.

En parallèle de cela, vous pourrez postuler à des épreuves qualifiées de Hot Seat, c’est à dire que vous pourrez courir pour une course dans un autre championnat. Ça vous permettra à la fois de vous familiariser avec d’autres disciplines du NASCAR, mais aussi et surtout de vous faire remarquer des protagonistes de la série en question. Il se pourrait même que les propriétaires d’écurie vous gardent à l’oeil…

Les sessions Hot Seat sont parfaites pour se faire remarquer.

Ce qui différencie ce jeu des multiples carrières possibles dans pas mal de jeux de course, c’est la gestion des relations entre vous et les autres pilotes. Entre les courses, vous devrez gérer un équivalent à Twitter, où les pilotes que vous côtoierez parleront de vous. A la suite de ces messages (en vidéo ou seulement par écrit), vous devrez décider de répondre positivement ou négativement à ses tweets, ce qui aura une incidence sur les relations que vous entretiendrez avec vos collègues mais aussi vos futurs concurrents. Vous ne pouvez pas savoir de quoi l’avenir sera fait, donc vos décisions auront un impact pour la suite. Et si vous êtes agressif en piste, ils ne se priveront pas pour vous le dire, ce qui vous donnera peut-être l’intention de bien piloter remarquez… 

La gestion des réseaux sociaux est un élément important de ce jeu.

Rouler à fond !

NASCAR Heat 4 tourne sous Unity et pour être honnête, je n’en attendais pas grand chose connaissant les faiblesses de ce moteur. Si le gameplay et la prise en main des voitures se veulent accessibles et simples, les sensations de glisse vont peut-être vous déconcerter au départ, surtout sur les pistes de terre. Mais après quelques tours, vous aurez à coeur de faire des bons temps en essais, avant de claquer un bon chrono tout de suite en qualification avant de bien gérer votre course. Et pourquoi pas gagner au passage ! Il est à noter que les options de difficultés sont plutôt fournies et bien pensées. C’est un bon point de plus. Et quand vous aurez gagné votre course, les burnouts seront de mise.

Les burnouts sont permis lorsque vous gagnez.

Joli graphiquement, mais sans plus. 

Même si ce n’est pas le domaine le plus important pour NASCAR Heat 4, il faut reconnaître que l’on n’est pas face au plus beau jeu du monde. Quelques soucis d’affichage, des collisions parfois hasardeuses, et une IA un tantinet trop agressive (qui cadre avec la discipline cela dit). Tout cela fait qu’on doit ranger NASCAR Heat 4 comme un jeu moyen malgré tout ce qu’on peut y apprécier, comme la musique qui reste en tête et le souligne avec discrétion mais efficacité.

La victoire a toujours bon goût.

Retour au puits (conclusion)

NASCAR Heat 4 restait une curiosité qui valait certainement le détour. Même si on ne pouvait pas trop en attendre, la surprise a été de mise. Un mode carrière très bien pensé, avec une plus-value évidente dans les relations avec les autres pilotes, un gameplay accessible et une expérience de jeu qui se tient, c’est quand même de sacrés points forts ! Même si le jeu comporte des défauts de conception assez évidents, le positif l’emporte largement sur le négatif et il se pourrait que vous accrochiez à ce jeu et qu’il ne prenne pas autant la poussière que vous pourriez le croire. Même si la poussière ne manquera pas pendant votre carrière foisonnante dans NASCAR Heat 4 ! Une vraie bonne surprise vous avez dit ? Surtout pour un jeu à périodicité annuelle !

Votre agent sera à vos côtés tout au long de votre carrière.

Temps de lecture : environ 4 minutes

NASCAR Heat 4

  • Développeurs Monster Games
  • Type Course
  • Support PS4, XB1, PC
  • Sortie 7 Septembre 2019

Critique réaliée à partir d’une version reçue de 704Games

NASCAR Heat 4 à notre sauce
8/10
NASCAR Heat 4 à notre sauce
Y'a bon
  • Un jeu accessible.
  • Un mode carrière vraiment intéressant.
  • Des sensations de course plutôt bien retranscrites.
  • Les musiques bien intégrées.
  • Les options de difficulté assez étendues.
Beuuuuwark
  • Des faiblesses techniques qui ressortent plus souvent qu’autrement.
  • Des IA légèrement trop agressives (quoique)…
  • English only.
  • TECHNIQUE
    6/10
  • ERGONOMIE
    8/10
  • ESTHÉTIQUE
    7/10
  • AUDIO
    9/10
  • CONTENU
    9/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo