Y’a pas à dire, le MCU, c’est quand même une machine très efficace qui rapporte des millions et qui parvient à nous en mettre plein les yeux. Mais à cause de problèmes de droits, IL nous donne une image tronquée de la richesse des comics Marvel. Parce qu’entre Sony qui détient les droits de Spider-Man, la Fox qui jongle (mal) avec les 4 Fantastiques et les X-Men, et enfin Marvel (appartenant à Disney) qui élude quand même pas mal de propos sociétaux mis en page dans les comics, l’adolescent actuel nourri au MCU a tout de même une vision très biaisée du Grand Tout Marvel. Rien d’étonnant à ce que l’Univers Cinématographique Marvel se situe dans un multivers très éloigné de Terre 616 (sur Terre 199 999 pour être précis). Quel rapport avec ce nouveau Marvel Ultimate Alliance 3 The Black Order ? J’y viens.

Tiens, Thanos, comme par hasard

The Black Order

Ils sont bien là, pas jouables, mais présents

Comme je le disais, on a bouffé du MCU au point que cela a occulté toute la richesse des comics Marvel. Adolescent, j’ai eu la chance de pouvoir trouver des récit Lug des années 80 à très bons prix toutes les semaines en faisant les courses de ravitaillement. Mes parents savaient qu’ils allaient me voir revenir avec une pochette de 3 à 5 albums sous plastiques bradés au supermarché, des récits aussi riches que “Les étranges X-Men et les Jeunes Titans”, le fascinant “Belasco” mettant en scène Illyana Raspoutine (la soeur de Colossus – le faire-valoir de DeadPool dans les films) coincée dans les Limbes ou encore le fameux “Club des Damnés” et l’indispensable “House of M” en plus des sempiternelles “Nova” qui peuplent aujourd’hui mes cartons.

Si aucune de ces histoire ne vous est connues, c’est que vous êtes dans le “Syndrome du MCU” coincé en Terre 199 999, bien loin de la Terre 616 – Brrrr, une Terre où Ultron est fabriqué par Tony Stark, vous imaginez ? Bon, trêve de fanatisme déplacé, ce n’est heureusement pas le cas de Marvel Ultimate Alliance 3 The Black Order, qui parvient comme il peut à rallier les fans des comics tout en intégrant aisément ceux qui ont débarqué avec les films. On passera rapidement sur le scénario qui mettra une fois encore les Pierres de l’Infini au-devant de la scène, histoire que tout le monde s’y retrouve, avec un Thanos bien au chaud dans son gant qui vous annonce rapidement que vous vous retrouverez pour le grand final.

Car c’est avec les Gardiens de la Galaxie que nous débutons notre aventure aux abords d’un vaisseau Kree transportant rien de moins que toutes les Pierres de l’Infini. Pour empêcher les vilains de mettre la main dessus, les membres des Gardiens vont tenter de s’en emparer avant que les dites pierres n’en décident autrement et s’éparpillent. L’occasion pour une tripotée de Super-Vilains de s’en emparer – le fameux Black Order du titre – et pour vous de rassembler le plus de héros possible pour remettre la main dessus et stopper net les ambitions des antagonistes.

C’est ici que je suis content de jouer à Marvel Ultimate Alliance 3 : j’ai l’impression de me retrouver dans un récit Lug de mon adolescence, qui n’a que faire des problème des ayants-droits et se plaît à mélanger le Spider-Verse (Peter, Miles, Gwen et Venom dans une même équipe ? Priceless) aux X-Men (Psylocke, respectée), aux Gardiens de la Galaxie, aux Vengeurs, Defenders et même les Inhumains (oui, Gueule-d’Or aussi), en se basant principalement sur les comics, et en proposant quelques design à cheval entre la version papier et la version MCU, de quoi convenir à tout le monde.

Les combats de boss sont l’occasion de tabasser des Sacs à PV

Alors oui, c’était aussi le cas des deux précédent Marvel Ultimate Alliance, mais le dernier datant d’il y a 10 ans – à peine un an après le premier Iron Man au cinéma – il est heureux de constater qu’on n’a pas ici à faire à un produit dérivé des films, mais un produit dérivé de l’univers Marvel dans les grandes lignes – ou presque. De quoi perdre les nouveaux arrivés avec l’univers 199 999, puisqu’il y aura des références assez obscures issues des planches, comme le Club des Damnés ou Ultimo, qui leur seront complètement inconnus.

Mais bonne nouvelle pour eux, c’est l’occasion d’apprendre et de découvrir des récits qui ont certes vieilli mais qui sont fabuleux à lire. Je ne dis pas par contre que Marvel Ultimate Alliance 3 se base intégralement sur les comics, mais il parvient assez bien à réintégrer du background et des éléments que le MCU a écartés pour garder une intrigue et un univers simple et compréhensible au cinéma.

Avengers & Co Assemble

Construisez bien votre Team pour lancer des attaques combinées surpuissantes

Et les sacro-saints Avengers ne sont pas forcément les héros de l’aventure, puisque que vous pourrez composer votre équipe de 4 héros au choix à diriger comme vous le souhaitez. L’ajout de nouveaux héros à l’équipe permet de tourner et de changer sa façon de jouer pour diminuer l’aspect redondant – déjà assez présent comme cela durant les phases d’exploration et de combats – du jeu. Car si vous ne le saviez pas, on pourrait résumer Marvel Ultimate Alliance 3 The Black Order à un Hack’n Slash de super héros, où nous devons parcourir des couloirs et des salles pour affronter des pelles de trashmobs pour parvenir enfin au boss du niveau, en général synonyme d’affrontement d’anthologie dopé aux Pierres d’Infinité.

Quelques phases placées ici et là permettent de couper la monotonie du jeu avec quelques énigmes simplistes ou une fulgurance de mise en scène , mais globalement, à part quelques dialogues au sein des niveaux et la petite vidéo d’arrivée d’un nouveau personnage, il n’y a pas grand chose pour égayer notre parcours jusqu’au boss. Heureusement, des checkpoints sont assez nombreux et permettent de varier son équipe tout en renforçant ses statistiques.

Marvel Ultimate Alliance 3 The Black Order propose de replonger dans un univers Marvel coloré et en collants

A chaque combat ou élément détruit, vous allez récupérer des ressources et de l’argent à dépenser sur un arbre de compétences général basique mais très complet permettant de booster vos statistiques de plus en plus précisément au fil de sa complétion. En plus de cela, la régulière montée de niveau de votre équipe vous assure plus de statistiques mais aussi jusqu’à 4 attaques spéciales par personnage, puisant dans la jauge d’énergie. Des fragments d’ISO-8 à récupérer dans les niveaux et les combats sont également à équiper pour booster vos statistiques, alors qu’enfin, la composition même de votre équipe vous octroie des bonus de statistiques suivant les affinités entre membres.

Une équipe d’Avengers aura plus de bonus qu’une équipe constituée de Spider-Man, Thor, la Guêpe et Wolverine par exemple. Si des archétypes sont présents (les personnages massifs sont lents et forts, d’autres légers et rapides, certains peuvent voler, d’autres plus efficaces à distance etc…), il est heureux de noter qu’il n’y a pas vraiment de doublons dans le roster des 33 personnages et que chaque personnage a ses propres spécificités même au sein d’une équipe trop similaire (une équipe de 4 Spider-Man ne sera pas une équipe de Clones par exemple, Miles, Peter, Gwen et Venom ayant chacun leurs spécificités). Des failles à découvrir dans les niveaux – et accessibles depuis le menu ensuite – proposent différents challenges pour débloquer des bonus et constituent également une activité annexe sympathique, une belle source d’expérience et l’unique moyen de débloquer des skins – si vous aimez vider des arènes.

Canapé-Verse

Si l’équipe est constituée de 4 personnages, c’est que la composante multijoueur reste importante dans le jeu. Si vous pouvez tout à fait jouer au titre en mode solo, accompagné de 3 IA pas trop idiotes (en même temps, même face aux boss, l’aspect stratégique est très limité) en passant d’un personnage à l’autre grâce à la croix directionnelle, vous pouvez également jouer jusqu’à 4 en local ou en ligne. Ou à deux joueurs, en passant d’un personnage à l’autre d’une pression sur le stick gauche.

C’est quand même vite illisible à l’écran

Et là, le titre devient un joyeux bordel très amusant à l’apéritif ou sur de courtes sessions entre amis, mais assez rapidement énervant sur des sessions plus longues puisque – la vue en top-down étant assez éloignée la plupart du temps – on ne comprend plus grand chose à ce qui se déroule à l’écran. Il n’est pas rare de perdre son propre personnage de vue, et la caméra n’aide pas réellement, se logeant parfois dans un coin près d’un allié KO, tandis que les autres joueurs ne voient plus que leurs pieds, ou se cale très loin de l’action, suivant le joueur le moins visible, occultant les autres. Des soucis de caméra quasi absents du jeu en solo heureusement.

Quelques bonnes idées de mise en scène parfois

Au niveau des contrôles, c’est assez limpide, avec deux attaques par personnage, 4 attaques spéciales à débloquer au fil des niveau, défense, roulade, saut et attaque ultimes à déclencher en synergie avec les autres membres pour faire grimper le compteur de dégâts dans la stratosphère. A certains moment, le jeu vous demandera d’allier deux attaques spéciales de deux personnages simultanément pour progresser (percer un mur etc…), ce qui ajoute un peu de diversité à la progression, mais en devenant assez vite énervant quand on joue avec ses enfants ou des personnes peu habituées à ces systèmes. Aussi, jouer en version nomade est idéal pour les courtes sessions, d’autant que les checkpoints sont assez nombreux même pour y passer 10 minutes dans le métro; mais la visibilité en prend un coup, d’autant que les chutes de framerate sont bien présentes surtout sur les écrans chargés d’ennemis et d’effets spéciaux.

Visuellement, le jeu tourne sur Switch sans trop de problèmes en mode docké, et la direction artistique est réussie, alliant le classique au MCU, tandis que le doublage – malheureusement en anglais – se révèle de bonne facture.

Conclusion

Marvel Ultimate Alliance 3 The Black Order nous renvoie aux récits Marvel classiques, voire à la série animée des années 90, tout en intégrant des éléments connus de Terre 199 999 pour ne perdre personne en chemin. Si ses petits soucis de caméra sont très énervants à long terme, que le casting peut en frustrer certains (Scott Summers et Colossus sont là mais non jouables ? En DLC sans doute) et que somme toute le jeu ne réinvente rien, il propose de replonger dans un univers Marvel coloré et en collants pour revivre une aventure qui n’est pas originale mais qui a le mérite d’être old-school pour en faire un défouloir très satisfaisant entre amis.

Marvel Ultimate Alliance 3 The Black Order

  • Développeurs Team Ninja / Koei Tecmo
  • Type Hack’n Slash bourrin
  • Support Switch
  • Sortie 19 juillet 2019
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous Journey for Elysium montre du gameplay avant la Gamescom
Next Borderlands 3 : voici Zane, le technicien de l’équipe
Close

NEXT STORY

Close

“The Wandering Village” a été financé sur Kickstarter en moins de 24 heures

20/10/2020
Close