Test : Into the Dead 2 – Courir ou mourir

Un jeu venu du mobile près à vous mordre

Bon en général quand un jeu mobile débarque sur console, qui plus est un runner, notre première réaction est un “Meh” de circonstance et on passe bien vite notre chemin. Mais la période d’Halloween nous manque et s’est laissé tenté par Into the Dead 2 sur Switch, un titre dans lequel vous allez beaucoup courir et exploser du zombie.

J’ai bien dit « exploser » oui

Zombie-Walkie

Pas de chance, votre voiture est tombée en rade en pleine campagne, tandis que vous tentiez de rejoindre votre famille. La situation aurait pu être banale : un coup de fil à une dépanneuse (bon, OK, si vous n’avez pas une bonne assurance, c’est un cauchemar) et à votre moitié pour qu’elle vienne vous récupérer, et la soirée n’aurait pas été si nulle, vous en auriez rigolé le lendemain. Seulement voilà, on nage en plein apocalypse zombie et le seul contact que vous avez avec les vôtres se fait fébrilement avec un talkie-walkie. Il faut faire vite et la route est longue pour les rejoindre. Longue et dangereuse.

Visuellement, c’est plutôt sympa

Bon, présenté comme cela, Into the Dead 2 fleure bon le runner comme on en a vu mille sur mobiles, mais le titre est suffisamment solide pour prétendre à une place sur console, qui plus est sur la Switch puisque le jeu se prête particulièrement bien aux sessions courtes tout en proposant un contenu assez conséquent avec ses 60 niveaux répartis en 7 chapitres. Certes, votre personnage court automatiquement tout droit, mais les zones sont assez larges pour que vous puissiez louvoyer entre les rôdeurs et ramasser les caisses de munitions qui traînent sur votre route. Car oui, les balles sont limitées et chaque coup compte ! Il n’est d’ailleurs pas rare de se retrouver démuni à devoir esquiver les attaques des morts-vivants en espérant récupérer quelques balles plus loin. Vous pouvez assez tôt compter sur un allié canin contrôlé par l’IA qui pourra vous aider en mordant la jugulaire d’un zombie devant vous, mais si l’un d’eux à le malheur de vous attraper, il faudra vous débattre et utiliser votre unique couteau pour vous en débarrasser – cela sera d’ailleurs votre unique chance, car si vous vous faites attraper une fois de plus, vos entrailles serviront de repas à une horde d’affamés. On s’amuse alors à leurrer les ennemis en changeant de direction au dernier moment et on apprend à esquiver les plus résistants pour économiser nos munitions tout en repérant à distance les fameux barils rouges explosifs. Car pour gagner des bonus en fin de course, il faudra remplir quelques missions en chemin, comme tuer un certain nombre de zombie avec une arme précise. Vous gagnez ensuite de quoi acheter de nouvelles armes ou compagnons, qui se débloquent au fil des niveaux dans la boutique du jeu.

Un gameplay ultra simple, des missions courtes, et beaucoup de niveaux, il n’en faut pas plus pour rendre Into The Dead 2 hyper addictif, et chaque course terminée appelle la “petite dernière avant d’aller se coucher”, d’autant qu’on finit par s’inquiéter réellement pour la famille de notre protagoniste et que la route semble toujours très longue pour les rejoindre.

C’est bien, le chien, fais-toi plaisir et bouffe-le

Visuellement, le jeu a d’ailleurs de beaux arguments, avec ses jeux de lumière et de brume qui nous plongent dans l’ambiance de The Walking Dead. Parfois vous pourrez ramasser une tronçonneuse pour découper la couenne d’un groupe de zombie, voire conduire un véhicule armé d’une mitrailleuse. On fait alors un gros carton, même si on s’en rend assez mal compte, la faute à la vue à la première personne qui est gênée par la mitrailleuse sur pied. Autrement, cette vue est parfaite pour la course en elle-même, on se sent vraiment pris au piège et attaqué de toute part. Bien souvent on se demande comment on va éviter de se faire mordre avant d’entrevoir à la dernière seconde une petite fenêtre salvatrice.

La progression est donc ponctuée de nouvelles armes à acheter, mais il faut également veiller à améliorer celles que l’on possède déjà en les utilisant un maximum. Le jeu nous invite alors à refaire des niveaux pour gagner en puissance, même si globalement, il n’y a pas de nécessité de farmer pour évoluer dans les chapitres autrement que pour obtenir plus tôt de meilleures armes.

Oui, bon… parfois, on se loupe…

Est-ce qu’on finit par être lassé à cause de la répétitivité ? Oui, il faut avouer que le jeu n’est pas fait pour de longues sessions, même si l’apport de l’histoire nous donne envie d’avancer un peu plus loin. Et si en terme de contenu le jeu se défend bien, il n’inclut pas les deux DLC dédiés à “La Nuit des Morts-Vivants” et à “SOS Fantômes”, qui se débloquent aux niveaux 40 et 60, seulement si vous êtes repassé à la caisse. C’est assez dommage étant donné que le jeu est gratuit sur mobiles et tout de même tarifé 34.99€ sur Switch, auxquels ont rajoute 4.99€ par DLC. 

Conclusion

Est-ce qu’on a aimé Into The Dead 2 ? Oui, assurément. C’est typiquement le jeu à emmener dans les transports ou à lancer quand vous avez 10 minutes à tuer – salement si possible. Si le scénario n’a rien d’original, il permet au moins de s’impliquer un peu plus et de dépasser le stade du simple runner. Visuellement sympathique pour un jeu venu du mobile, avec des zombies biens réalisés, on regrette principalement son prix, surtout sans les DLC inclus.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Into the Dead 2

  • Développeurs PikPok
  • Type Runner avec des dents
  • Support Switch
  • Sortie 25 Octobre 2019
Into the Dead 2 à notre sauce
7/10
Into the Dead 2 à notre sauce
Y'a bon
  • Un Runner avec une bonne ambiance
  • Très prenant
  • Des environnements larges
  • La petite histoire classique mais qui nous pousse à continuer
  • Les DLC sont vraiment cools quand même
Beuuuuwark
  • Son prix, sans les DLC
  • Les mécaniques du mobiles F2P
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre