Test : Flashback – Moderne mais fidèle à l’original

Back in Time

Avancer que Flashback est un titre mythique, c’est prendre assez peu de risques. Bien plus réussi dans mon cœur que ne l’était Another World ou Prince of Persia – dont il reprend un peu les mêmes codes de gameplay – le titre de Paul Cuisset (Delphine Software) proposait une aventure très bien menée à travers 5 mondes bien distincts.

Levez le voile sur votre identité et la menace qui pèse sur le monde

Conrad B. Hart – Who-hoho !

Retour dans la jungle de Titan, admirable premier niveau

Et qu’on ne me reparle plus jamais du remake sorti en 2013 qui n’avait de Flashback que le nom. Dans cette édition estampillée 25ème anniversaire, nous retrouvons un Conrad d’abord amnésique coincé dans la jungle de Titan après un crash spectaculaire. Qui lui a tiré dessus ? Qui fuyait-il ? Des éléments de réponse qui lui seront donnés par un certain Ian de New Washington, s’il en croit le message de l’holocube trouvé près de lui à son réveil, message enregistré par lui-même quelques temps avant.

C’est là le début d’une aventure de science-fiction aujourd’hui devenue culte, qui suit la quête d’un seul homme face à une invasion extraterrestre pernicieuse. Un voyage qui nous propulse de Titan à une planète hostile en passant l’enfer administratif de New Washington, le jeu mortel de la Death Tower et une planète Terre ralliée à la cause de l’ennemi. Pour être honnête, je n’ai terminé ce titre que récemment. Dans les années 90, je restais toujours bloqué à quelques tableaux de la fin, mais la revanche a été prise il y a quelques mois à l’occasion d’un petit trip rétro et d’un challenge que je me suis lancé, celui de terminer tous les jeux qui m’avaient résisté adolescent. Ne rigolez pas, c’est ainsi que j’ai pu terminer Fantasia sur Megadrive, et le voyage ne méritait pas autant de sueur et de larmes. Pour Flashback il en était autrement, vu que je savais, via sa suite plus confidentielle et moins réussie Fade to Black, que Conrad avait survécu à ses aventures.

Le Death Tower était inspiré du film Running Man et permet à Conrad de gagner son ticket pour la Terre

Concrètement, les jeunes joueurs vont se heurter à une maniabilité de l’époque assez rigide puisque Conrad se déplace case par case, chaque animation est découpée minutieusement, ce qui n’en fait pas un modèle de réactivité. Mais à quelques situations près, cela ne pose aucun souci, puisque le jeu a été conçu autour de cela, avec ce que cela compte de sauts millimétrés, d’ennemis placés juste aux bons endroits et aux bonnes distances pour pouvoir les affronter, et avec une palette de mouvements pour notre héros des plus complète.

Le retour sur Terre est moins accueillant que prévu

Conrad est en effet capable de marcher, courir, faire des grands sauts avec élan ou des petits sans élan, sortir son arme, avancer avec son arme à la main, viser, tirer, faire des roulades ou grimper et descendre de plateformes. Ça n’a l’air de rien comme ça, mais remettons le jeu dans son contexte de début des années 90. Chaque tableau – il n’y a pas de scrolling – représente donc une petite énigme à traverser de la manière la plus efficace, puisque nous ne sommes pas à l’abris des mines, désintégrateurs, fusils automatiques, ennemis, drones ou chutes mortelles. La jungle de Titan est à ce niveau admirablement conçue, puisqu’elle introduit de manière très naturelle l’intégralité des mécaniques du jeu (à l’exception du bouclier, obtenu dans le niveau de New Washington).

On ne peut que vous conseiller de vivre l’aventure de Flashback

Il nous faut parcourir chaque tableau en évitant les pièges et en abattant les ennemis, mais aussi en activant divers mécanismes de manière intelligente en utilisant des cailloux, ou en jouant avec les mouvements du héros, qui se met par exemple automatiquement en position de tir après une courte chute arme à la main. Conrad dispose également d’un bouclier qu’il est possible de recharger à certaines bornes, et a à sa disposition un inventaire limité mais très pratique avec lequel jongler pour réaliser sa suite de quêtes. Bref, si ce n’est déjà fait, jouez à Flashback pour découvrir un classique du genre, indémodable.

La galerie est sympa, mais c’est un bonus un peu léger

Niveau nouveautés de cette version, nous avons droit à un Retour en arrière de 30 secondes maximum à chaque fois que survient le trépas, ce qui évitera aux plus jeunes des crises de nerfs suite à une mort violente due principalement à un mauvais saut ou à un désintégrateur astucieusement placé. Car en effet, la sauvegarde s’effectue manuellement à certaines bornes relativement peu nombreuses mais assez bien placées pour éviter la frustration. Il faut juste avoir le réflexe de les activer en passant devant, réflexe que nous avons perdu au fil des années.

Le jeu vous propose des situations très variées, et parfois bien stressantes

Nous pouvons choisir entre l’expérience originale (et sans Rewind) ou pour une expérience moderne un peu plus accessible et plus agréable pour les nouveaux joueurs, grâce à des filtres (Bloom, Simulation de tube, bruits…) et à un effet de flou qui atténuent le côté pixelisé du jeu. Des tutoriels ont aussi fait leur apparition lors du premier niveau pour expliquer chaque possibilité, choses qui s’apprenaient à force d’expérience auparavant. La bande son a été intégralement remasterisée et apporte beaucoup à l’ambiance mystérieuse du titre avec ses nombreux moments de silence et ses morceaux qui s’activent à des moments précis.

Cerise sur le gâteau, tous les paramètres sont modifiables indépendamment et à tout moment via les options. De nombreux collectibles sont à récupérer dans les niveaux, mais ne servent qu’à acheter des photos dans la galerie Street Art de l’artiste Megamatt.

Conclusion

J’ai repris énormément de plaisir à reparcourir Flashback. Si les premières minutes m’ont demandé de réapprendre certaines mouvements – comme descendre d’une plateforme – les tutoriels s’avèrent assez utiles pour reprendre rapidement ses marque et résoudre chaque tableau. Il s’agit de base d’un excellent titre qui permet aux nouveaux venus de ne pas trop se casser les dents avec la difficulté à l’ancienne en proposant des systèmes plus souples moins punitif sur les simples erreurs de sauts, opération délicate et mortelle dans le jeu. Cela ne va guère vous étonner, mais que vous le connaissiez déjà ou que vous le découvriez, on ne peut que vous conseiller de vivre l’aventure de Flashback.

Temps de lecture : environ 2 minutes

Flashback

  • Développeurs Anuman Interactive
  • Type Aventure, Plateforme
  • Support PS4, Xbox One, Switch
  • Sortie 20 Novembre 2018
Flashback à notre sauce
8/10
Flashback à notre sauce
Y'a bon
  • Le Flashback original, incontournable
  • Les filtres graphiques désactivables à l'envi
  • Les tutoriels bienvenus en 2018
  • La fonction Rewind de 30 secondes
Beuuuuwark
  • Les nouveaux joueurs risquent d'en baver la première demie-heure
  • Quelques maigres bonus à débloquer
  • Technique
    8/10
  • Esthétique
    8/10
  • Ergonomie
    6/10
  • Audio
    8/10
  • Contenu
    8/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre