Test Blossom Tales the Sleeping King Switch 1

Test : Blossom Tales : The Sleeping King

Lily'nk au Royaume des Fleurs

Amoureux de gros pixels et d’anciennes mécaniques comme beaucoup nous en ont offertes dans leurs jeunes années, dégainez immédiatement votre Switch. Les développeurs de chez Castle Pixel avaient déjà sorti sur PC en mars 2017 un Zelda-like tout à fait satisfaisant, et les voilà qui poussent la success story plus loin en portant Blossom Tales : the Sleeping King sur la dernière console de Nintendo. Vous la sentez, cette petite larme de bonheur, quand vous vous revoyez enfants avec votre premier RPG tout carré? Un retour aux sources bien opéré dont on va parler en détails !

Sorti initialement sur PC, Blossom Tales s’introduit à la manière d’un “Père Castor” : deux enfants demandent à leur grand-père de leur raconter une histoire, au coin du feu. Il leur conte alors celle de Lily, une jeune fille aspirant à devenir Chevalier de la Rose pour le roi Orchid, “au Royaume d’Hy…hum…” au Royaume de Blossom. A peine est-elle devenue une nouvelle recrue que le sorcier de la ville, Crokus, et frère du roi, met à exécution ses plans maléfiques pour prendre le pouvoir. Courageuse et pleine de volonté, Lily va donc prendre son rôle très à cœur et partir dans une quête mouvementée pour retrouver trois ingrédients magiques; ceux-ci permettront la confection d’un antidote qui sortira le roi Orchid de son profond sommeil, et ainsi aidera à contrer le vilain Crokus.

 La nostalgie heureuse

On le disait dans l’intro : comme de nombreux jeux à l’heure actuelle, Blossom Tales opère un retour aux sources en calquant son genre sur la saga The Legend of Zelda, du moins sur les premiers opus et surtout A Link to the Past. Le jeu ne tarit pas de clins d’œil  un lever de bras pour chaque item trouvé accompagné d’une petite mélodie, une attaque tournoyante, un arbre sosie de Mojo, des créatures aquatiques qui propulsent des boulets, … Il n’aurait plus manqué qu’un héros tout de vert vêtu et une histoire de Triforce (les trois ingrédients à retrouver?) pour faire croire au monde qu’il s’agit d’une suite fan made ou d’un ancien volet.

Test Blossom Tales the Sleeping King SwitchTest Blossom Tales the Sleeping King Switch

Avec une intrigue brève mais efficace, on en a pour une quinzaine d’heures de jeu (ou plus si, comme moi, on a un très mauvais sens de l’orientation malgré une map simple à lire…). Celle-ci est d’ailleurs centrée sur le Royaume de Blossom, encerclé par les zones à visiter pour résoudre nos quêtes : une zone de forêt, une zone marécageuse, une région congelée et une autre sous le sable. Chaque zone propose son lot d’ennemis communs à toutes (créatures, animaux et brigands), mais aussi son propre bestiaire comme des golems, des sorciers ou encore des zombies. Elles cachent aussi de nombreux trésors et autres puzzles qui vous permettront de trouver des coffres et des portes cachées, alors ouvrez l’œil !

Test Blossom Tales the Sleeping King Switch

Les objets de quête et autres items sont à découvrir dans les cinq sanctuaires qui rythment votre épopée.  A l’intérieur de ceux-ci, des ennemis en masse (parfois même une masse inattendue où le bourrinage sera votre meilleur ami), de nombreux casse-tête, et un voire deux boss ! Rassurez-vous, leurs patterns sont assez vite détectables, il suffira alors de les suivre pour leur porter le coup d’épée fatal. Le niveau est évidemment croissant d’un endroit à l’autre, mais de nombreux items vous permettront de pallier ces difficultés : des armes comme des bombes, un arc ou un boomerang vous permettront de trouver votre meilleur style de jeu; d’autres objets comme des potions ou des fleurs de résurrection vous sortiront de tout mauvais pas, en plus du fait que le jeu est assez généreux en quarts de cœur pour allonger votre barre de vie. Dans ces donjons, les pièges sont légions : labyrinthes, interrupteurs à débloquer, mécanismes à activer en allumant des torches, sol qui s’effondre, sol gelé, voire même des jeux de mémoire à la Simon. Pour les habitués, résoudre ces épreuves coulera de source. Les autres, activez vos cellules grises, mais rien n’est insurmontable !

En plus de l’intrigue principale, les PNJ, assez nombreux, seront toujours là pour vous proposer des quêtes annexes afin de faire durer un peu plus votre aventure. Il vous faudra alors collecter des objets ou servir de facteur pour gagner des pièces d’or ou des de nouveaux objets.

Test Blossom Tales the Sleeping King SwitchPour ce qui est de la technique, une seule expression : Zelda-like. Les déplacements se font dans tous les sens sur une carte vue du dessus et de manière fluide – parfois trop même, quand la lenteur et la dextérité sont plutôt de mise afin d’éviter de tomber dans le vide. Un petit moins par rapport au fait que l’on ne peut pas changer l’orientation de l’arc une fois la flèche bandée, ou que celui-ci ne s’équipe pas directement alors que l’on appuie correctement sur la touche. L’enchaînement des attaques est plutôt rapide et de nombreuses combinaisons sont possibles grâce à notre équipement pour faire un peu varier les assauts. Les attaques sont accompagnées de cette “vibration HD” offerte par la Switch, un peu étrange au premier contact, mais satisfaisante sur la fin. Qui n’aime pas sentir sa manette vibrer au rythme des coups de lame bien portés? Ne niez pas ce sentiment victorieux, on l’a TOUS déjà éprouvé.

Pour couronner cette technique bien mise en oeuvre et parfaitement adaptée à une console comme la Switch, les plans graphiques et audio nous proposent un plongeon direct à l’époque de la NES avec cette légère touche de modernité inévitable à l’heure actuelle. Le tout se fait en 8/16bits dans des décors colorés, contrastés, plus ou moins variés, ponctué par des musiques aussi entraînantes qu’épiques qui resteront un bon moment gravées dans nos esprits. On y retrouvera les quelques modèles qui ont inspiré la création de Blossom Tales, un bel hommage emprunt d’une grande nostalgie pour applaudir les vrais chefs-d’oeuvre, plutôt qu’une pâle copie réussie malgré elle !

Test Blossom Tales the Sleeping King Switch

Conclusion

Après son lancement sur la Switch ce 21 décembre 2017, Blossom Tales a doublé son chiffre de vente par rapport à sa sortie sur PC neuf mois plus tôt. Ce qui n’est pas une surprise au vu de la qualité du jeu : une bonne technique, un univers visuel et audio qui plaît, une histoire charmante et amusante ainsi que de nombreux clins d’œil que l’on sera contents de retrouver. Pour son bas prix, sa rentabilité est plutôt louable malgré une difficulté peu élevée, surtout pour les habitués du genre. Ce petit RPG est néanmoins à découvrir et à savourer grâce aux nombreuses quêtes qu’il propose, pour un retour aux jeux rétro aussi réussi que distrayant.

Temps de lecture : environ 10 minutes

Test Blossom Tales the Sleeping King Switch 1

Blossom Tales: the Sleeping King

  • Développeurs Castle Pixel
  • Type RPG, Zelda-like
  • Support Switch
  • Sortie 21 Décembre 2017
Blossom Tales: the Sleeping King à notre sauce...
9/10
Blossom Tales: the Sleeping King à notre sauce...
Y'a bon
  • Une histoire brève mais efficace
  • Le genre zelda-like
  • Une BO 8bits qui ne monte pas au cerveau !
  • De l'humour qui tombe à point nommé
Beuuuuwark
  • La difficulté stagne au bout d'un moment
  • Technique
    9/10
  • Esthétique
    9/10
  • Ergonomie
    8/10
  • Audio
    9/10
  • Contenu
    9/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Queen Potato

Prof de français excentrique le jour, gameuse la nuit, Queen Potato soumet les jeux vidéo à sa botte pendant des live streams endiablés. Sauf les survival horror. Ceux-là sont encore des espèces qui lui donnent du fil à retordre.
    Autres articles jeux vidéo

    Dans le même genre