Voilà bien longtemps que nous n’avions pas eu un God Game entre les mains. Pour rappel, un God Game vous fait incarner un être tout puissant en charge de créer et faire évoluer des peuples dans un monde, comme Populous à l’époque ou plus récemment la licence Black & White. REUS s’apparente à ce type de jeu, tout en incluant des mécaniques complexes liées à la gestion des ressources.

Reus_20161024231344
La Symbiose entre les éléments est primordiale pour réussir dans REUS

Dieu tout puissant

Ou presque. Reus vous propulse sur une minuscule planète en 2D que vous pouvez faire tourner comme bon vous semble. Cette planète est vide de toute vie, à l’exception de 4 géants : celui de l’eau, des marais, des montagnes et des forêts. A eux quatre, ils vont devoir créer la vie et attirer sur leurs terres des nomades désireux de s’installer. Ainsi, le géant des mers sera indispensable pour apporter de l’eau, rendant possible forêts et marais aux alentours. Celui des montagnes, quand à lui pourra ériger des déserts. Chaque géants pourra alors apporter la vie sur les différentes parcelles de terre, l’un via des animaux, l’autre avec des animaux plus exotiques, le troisième pourra créer des mines tandis que le dernier sera capable de donner un petit coup de boost pour améliorer la vie.

Mais ce qui va vraiment rythmer votre avancée, ce sont les humains. En effet, une fois ceux-ci installés, ils vont vouloir lancer des projets de construction requérant des ressources en quantité suffisantes. A vous de gérer vos géants pour qu’ils érigent ici et là suffisamment de nourriture, de minerais et de science pour la complétion de leur plan.

Complémentarité

Reus_20161024230905
Aidez les Hommes à mener leurs Projets pour gagner des compétences

Mais voilà, la place est limitée et il faut optimiser au mieux les ressources pour parvenir aux objectifs fixés en un temps limité. Chaque partie étant limitée dans le temps (d‘abord 30 minutes, puis 60, 120…), mais aussi chaque objectif demandé par les humains, il va falloir faire preuve de logique et de maîtrise. En effet, chaque plante ou animaux sont différents suivant le type de parcelle sur laquelle ils sont installés, mais leur efficacité et rendement sont également différents si tel nid animal est placé à côté de telle plante ou mine. Tout le jeu est alors de bien assimiler quelle ressource est à implanter à côté de quelle nid dans le périmètre immédiat de la ville humaine. Chaque partie devient alors de plus en plus efficace après les expérimentations des précédentes. De plus, à chaque projet réussi, un ambassadeur humain apparaît, permettant à l’un de vos géant d’apprendre une nouvelle compétence.

Un très chouette jeu de gestion aux mécaniques solides, mais qui ne conviendra pas à tout le monde.

L’aspect “god game” disparaît alors au profit d’un pur jeu de gestion de ressources dans un environnement des plus limités. Mais qui dit humain, dit travers de l’humanité. Si différents villages sont installés sur votre planète, les villes les plus prospères attireront la convoitise des autres humains, et ceux-ci peuvent décider de partir en guerre, voire de se rebeller contre vous. Un bon rappel à l’ordre sous la forme de la destruction complète de leur habitation est alors des plus utiles pour leur rappeler qui est le patron.

Quand l'humanité déconne, il est bon de le lui faire comprendre.
Quand l’humanité déconne, il est bon de le lui faire comprendre.

Malheureusement, si les mécaniques de jeu sont complètes et offrent pas mal de possibilités, l’interface n’est pas des plus adéquate sur la version console, obligeant des zoom/dézoom, sélection/désélection constantes là où des informations apparaissant au survol ou des tooltips auraient étés bien plus lisibles et utiles pour gérer toutes les données mathématiques du jeu. Le tutoriel se veut très complet, en trois phases, mais il est peut-être un peu difficile d’assimiler toutes les possibilités sans expérimenter un peu par la suite, la phase d’apprentissage étant au final très longue pour profiter des mécaniques de REUS, ce qui risque d’en lasser certains. Enfin, en l’absence de réel but, si ce n’est de tenir le plus longtemps possible dans un univers étriqué, et de maximiser son rendement, la rejouabilité du titre sera à l’appréciation de chacun.

Conclusion

Si REUS passe du God Game au pur jeu de gestion, c’est pour mieux imposer ses mécaniques efficaces et forcer le joueur à optimiser au maximum toutes les ressources dans un espace plus que réduit. Si le titre aurait sans mal pu être décliné en un jeu de société, il lui manque malheureusement un peu de lisibilité une fois en jeu et demande tout de même un certain investissement pour être maîtrisé, sans courbe de progression ni but réel. Un très chouette jeu de gestion au mécaniques solides, mais qui ne conviendra pas à tout le monde.

REUS

  • Développeurs Abbey Games
  • Type God Game / Gestion
  • Support PS4, PC,  XBox One
  • Sortie 14 Octobre 2016

Y’a bon!

  • Graphiquement très joli
  • Des mécaniques solides
  • Du challenge
  • Un sentiment de progression
  • De nombreuses déclinaisons
  • On peut détruire les humains 😀

Beuargh!

  • Un apprentissage plutôt ingrat
  • Une interface console peu lisible
  • Pas de but
Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Previous Kingdom Hearts 1.5 et 2.5 arrivent sur PS4 en mars 2017
Next Steep : la bêta ouverte prend date
Close

NEXT STORY

Close

Battleborn : le futur MOBA/FPS de Gearbox

09/07/2014
Close