Réflexion alétoires et circonstancées | Le Blog d’El Presidente

Il m’arrive très souvent de réfléchir au monde qui nous entoure, le pourquoi du comment, l’oeuf dans la poule, la poule position, et ce genre de choses. Vous suivez?...

Il m’arrive très souvent de réfléchir au monde qui nous entoure, le pourquoi du comment, l’oeuf dans la poule, la poule position, et ce genre de choses. Vous suivez?

Bref tout ça pour dire que cela fait bien longtemps que quelque chose m’insupporte plus qu’un jeu n’ayant aucune vraie histoire et qui se dit open world pour excuser cette carence. C’est cette violence gratuite envers ces êtres qui peuplent nos jeux depuis la presque nuit des temps. On les assassine même parfois pour le plaisir. Pas parce qu’on en espère en sortir gagnant. Non, juste parce que les codes du monde des jeux vidéo nous ont dictés que c’était normal, sans dommages collatéraux.

Détrompez-vous, il y a de la souffrance, la nuit même on en entend pleurer la perte de  leurs semblables. Au delà du capharnaüm, du bruit ambiant et des rires sadiques, il y a un peuple qui souffre de sa condition, de sa raison d’être. Un peuple qui aspire à un monde plus clément envers ses gens, où ils pourront être vos amis, vos acolytes, vos potes et plus uniquement la boule anti-stress vidéo-ludique que les développeurs nous ont imposés.

Tout ça pour dire qu’il est grand temps que le massacre des caisses en bois cesse une bonne fois pour toute. Que ce craquement déchirant ne retentisse plus dans l’écho d’un entrepôt bien trop grand. Aidez les caisses, ne les lâchez plus.

Commentaires Facebook
Catégories
Le blog des cuisiniers
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre