Sachez-le, je me considère comme quelqu’un d’empathique. J’ai mal à la place de quelqu’un qui marche sur un LEGO pied nu, la scène finale d’E.T. m’a tiré des larmes sans mal, tout comme la fin de Final Fantasy X et toute émotion véhiculée par des personnages à l’écran m’est automatiquement transférée. Je l’avoue sans honte… ou presque.

Et là vous vous demandez où je veux en venir.

Tout bonne journée commence par un bon rasage
Tout bonne journée commence par un bon rasage

Alice

Le casque VR vissé sur la tête et armé de mes deux PSMove, je me suis donc lancé dans Loading Human, sous titré Chapitre 1. Il sera donc question ici d’une aventure épisodique, avec tout ce que cela compte de mise en place et d’éléments scénaristiques énigmatiques. Après un rapide tutoriel qui nous initie aux phases de déplacement qui n’utilisent que les PSMove, on se retrouve dans la peau de Prométhée, un jeune homme qui rejoint son père dans une station polaire pour lui sauver la vie. Car le brillant Dorian Baarick est mourant et souhaite utiliser son immense fortune pour mettre la main sur la Quintessence, une énergie vitale à même de prolonger sa trop longue vie, cachée dans l’univers.

Prométhée a un père qui peut être... envahissant
Prométhée a un père qui peut être… envahissant

Coincé dans son sarcophage Lazarus, Dorian ne prendra contact avec vous que rarement, sortant de son sommeil pour vous entraîner ou pour vous remercier de votre implication dans sa quête. Mais il n’est pas seul dans la station. Une intelligence artificielle nommée Lucy gère tout le complexe, tandis que la belle Alice travaille pour Dorian sur son grand projet.

Le premier épisode de Loading Human propose de découvrir le background du jeu à travers des journaux numériques à lire, disséminés un peu partout ou sur les écrans de télévision, diffusant les informations continuellement. Libre à vous de vous y intéresser pour comprendre un peu qui est votre père, ce qu’impliquent ses recherches, la géopolitique actuelle ou autres informations sportives.

Humains

Divisé en différents chapitres, pour une durée totale comprise entre 4 et 5h, Loading Human va vous informer de votre mission quasi mystique, mais va surtout vous faire vivre un quotidien, la naissance d’une relation amoureuse, à travers divers journées réparties sur plusieurs mois. Vous déambulez dans un environnement assez restreint, allant de votre chambre à la cuisine, en passant par la serre, la salle de sport, les laboratoires, ou quelques fois l’extérieur. Le rythme est assez lent, et il est impossible de courir, même si parfois l’urgence se fait sentir.

On en redemande tant l’immersion dans la station Antarctique de Loading Human est naturelle

Tissez des liens... étroits avec Alice
Tissez des liens… étroits avec Alice

Le jeu fonctionne sur base de flashbacks, retraçant l’arrivée de Prométhée sur la station et sa relation avec Alice. Car l’histoire en elle-même débute 5 mois plus tard, alors que Prométhée est seul et accro à la boisson, tandis que son père et Alice sont en stase dans les laboratoires. Qu’en est-il de la mission ? Qu’est-il arrivé à Alice ? Quels sont vos liens avec elle ? Voilà des questions qui ne trouveront pas toutes réponse dans ce premier épisode.

Le sentiment d’immersion est l’un des meilleurs auquel j’ai pu jouer jusqu’ici en VR (avec Batman). Jouer debout est plus que conseillé, et même si on a souvent le sentiment de ne pas avoir de cou, il est très agréable de voir son corps et ses deux mains symbolisées par les PSMove. Globalement, on progresse de pièces en pièces, en attrapant des objets pour les lire, les donner à Alice ou réparer des éléments. Rien de très épique, mais un quotidien immersif qui permet de s’attacher – en tant que joueur et en temps de Prométhée – à la belle Alice.

Le meilleur passage du jeu : saurez-vous conquérir le cœur d'Alice ?
Le meilleur passage du jeu : saurez-vous conquérir le cœur d’Alice ?

Ceux qui craignent le Motion Sickness peuvent être rassurés : les développeurs ont clairement assuré sur ce coup et je n’ai ressenti aucune gêne pendant la progression. Avancer se fait simplement en tendant le bras vers l’avant et en appuyant sur la touche Move. Les virages s’opèrent en appuyant sur la touche Move dans la direction voulue, avec une transition abrupte semblable à un clignement d’œil. Aucune gêne n’est ressentie, et c’est assez rare pour être souligné.

Certaines séquences sont touchantes, comme celle demandant de préparer un dîner romantique en préparant la table, le vin, la nourriture préférée d’Alice et votre “premier” morceau de musique. Si on a parfois du mal à gérer parfaitement la détection de mouvement, le jeu pallie à cela efficacement en facilitant la préhension des choses sans se montrer trop précis. On est libre de manipuler un grand nombre d’objets, de les passer d’une main à l’autre, de les lancer (attention, ça casse), de taper sur des claviers pour entrer des codes… Loading Human instille aussi quelques petites énigmes, comme celle vous demandant de dégager un mécanisme avec les moyens du bord, de mettre la main sur une ampoule alors que les stocks sont vides… rien d’extravagant, mais à la réalisation tellement naturelle qu’on se sent vraiment à la place de Prométhée. Et c’est là la plus grande force de Loading Human, sa vraie réussite.

Un papa en boîte
Un papa en boîte

D’autres séquences vous mettront aux commande d’un stand de tir ou testeront vos réflexes pour appuyer rapidement sur des boutons, sans que cela ne soit pour autant rébarbatif. Certains passages par contre vous demanderont de reconstituer une séquence d’événements qui semblent avoir été corrompus dans la mémoire de Lucy. A vous alors de lier littéralement une séquence d’événements de façon cohérente pour accéder à la suite de la mémoire.

Conclusion

Une véritable réussite en terme d’immersion et une belle introduction narrative pour une aventure qui veut principalement s’axer sur les relations entre les êtres humains sur un fond de quête mystique (le nom du héros n’est sans doute pas fortuit). Loading Human – du moins ce premier chapitre – réussi à nous captiver avec trois fois rien, des actions parfois rébarbatives (essayez de faire le thé, vous verrez), mais avec un naturel assez désarmant. On ressort de l’expérience avec une très grande envie d’en savoir plus, en serrant encore la gâchette du PSMove pendant le générique de fin.

Loading Human ne conviendra pas à tout le monde, puisqu’il est très narratif et qu’il n’y a aucunement – sauf peut-être à la fin – de sentiment épique. C’est très étrange, mais on en redemande tant l’immersion dans cette station Antarctique est naturelle. Nous sommes Prométhée, et nous partons en quête de la Quintessence.

Reste à transformer cet excellent premier essai dans les épisodes à venir.

Loading Human : Chapitre 1

  • Développeurs Untold Games
  • Type Sci-Fi romantique
  • Support PS4, PC (Oculus)
  • Sortie 09 Décembre 2015

Y’a bon!

  • L’immersion est très réussie
  • Alice
  • Le système de déplacement
  • La VR exploitée comme elle doit
  • La gestion du relationnel
  • Doublage français de qualité
  • Une histoire qui promet beaucoup

Beuargh!

  • Quelques cafouillages niveau reconnaissance
  • Courir aurait été utile
  • On se sent parfois perdu dans ce qu’il faut accomplir
  • A quand l’épisode 2 ?
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous Robinson : The Journey | Test
Next Furi prend date sur Xbox One
Close

NEXT STORY

Close

Du gameplay officiel en vidéo pour Marvel’s Avengers

20/08/2019
Close