Flinthook test review

Flinthook | Test

Flinthook c'est qu'tu l'mes le grappin?

Cela faisait bien longtemps que je n’avais plus écrit pour PXLBBQ et encore moins de test. Alors pour faire les choses comme il faut j’ai décidé qu’un bon gros rogue-like tout en pixel art était un choix judicieux. Tribute Games m’a permis de passer du temps sur leur dernière création : Flinthook. Je voulais du rogue, j’ai eu du rogue.

Flinthook, la chasse à la prime ça le connaît

Dans Flinthook, votre rôle sera celui d’un chasseur de prime de l’espace dont le passe temps favori est l’abordage de vaisseaux afin d’y trouver trésors et têtes mises à prix.  Ne cherchez pas plus d’histoire, il y en a pas ou, en tout cas, pas vraiment.

Pour l’aider dans sa mission il pourra compter sur un petit fusil, une ceinture capable de ralentir le temps et surtout un “crochet grappin”. Ces objets indispensables lui permettront de venir à bouts des pièges et ennemis que peuplent les niveaux générés aléatoirement et se présentant à vous sous forme de mini-salles dont on découvre le contenu avec grande surprise et parfois joie.

Flinthook test reviewPas beaucoup plus de possibilités pour notre petit héros si ce n’est des bombes que l’on pourra attraper dans un coffre ou chez  un vendeur ambulant.

Je disais en tout début d’article que Flinthook était du genre Rogue. Cela se vérifie surtout par sa construction (niveau aléatoires), chaque missions vous demandera de fouiller plusieurs niveaux afin d’y retrouver des pierres spéciales qui, une fois toutes récoltées, vous mèneront au boss / tête mise à prix. Si jamais il vous vient l’idée de mourir en plein milieu de votre progression ou pendant le combat final (après 3 heures de jeu par exemple), c’est retour case départ, case départ où vous aurez la possibilité de choisir des “atouts” (meilleur gain d’XP, meilleure santé, loot plus facile,…) et de faire quelques emplettes pour changer les capacités du personnage.

Le die and retry est donc bien entendu de mise et vous permettra de gagner des points d’expérience vous rendant donc plus aptes à avancer.

Flinthook est difficile, punitif, mais jamais totalement injuste. Ce qui permet d’y revenir, encore et encore façon piles Duracell, sans frustration, avec l’envie de se dépasser.

Qui a dit assistanat?

Tout ceci est bien fun, mais il reste cependant quelques points d’accessibilité qui pourront en déstabiliser plus d’un.

Tout d’abord, lorsque vous commencez une mission, vous avez le choix entre trois “Vaisseaux” ou vous pouvez fouiller et récupérer les pierres précieuses nourrissant une boussoles (littéralement) menant au boss. Ces niveaux sont donc générés aléatoirement MAIS, car il y a un mais, apportent en plus des éléments différents. Cela va du type d’ennemis rencontrés au nombre de loot et au genre de pièces qui les composent. Si au départ on ne sait pas à quoi s’attendre, on fini par remarquer un petit dessin au dessous de chaque niveaux vous donnant une indication pas forcément très clair au début mais qui finiront par devenir votre élément de choix avant d’aborder un vaisseau.

Ce dessin va vous indiquer qu’un niveau est plus porté sur les trésors, où sur les ennemis et j’en passe, mais ce point important n’est de prime abord vraiment pas clair et surtout peu visible. C’est bien de découvrir des choses par soi-même, mais lorsque cette découverte semble être un manquement de réflexion “expérience utilisateur” ça peut être gênant.

Flinthook test review

Vous le voyez le truc en gris avec l’icône de jambon et le nom « Abondance ». Et bien ça c’est ce qui détermine le genre de niveau que vous allez avoir.

Ceci va de paire avec le manque d’histoire, qui peut donner une sensation de manque de “liant”. Tout ceci n’est pas grave dans la globalité du titre, mais je trouvais important de vous prévenir.

Un design rétro qui accroche.

Si je râlerai volontiers sur le manque de variété dans les thèmes musicaux, et ce malgré le fait qu’ils soient entêtant et de bonnes factures. Ce sur quoi je ne trouverai rien à redire c’est bien sur le design général de Flinthook.

Flinthook test review

Les marchands ambulants

C’est bien simple, Tribute Games fait encore preuve de maitrise du pixel art : animations, décors, personnages et couleurs,… tout ici “chatoie” et fourmille de détails. Un Pixel Art de choix et non par “facilité” (alors que l’on sait que le Pixel Art est loin d’être facile si l’on veut le réussir).

Conclusion

Un design très agréable et travaillé, des mécaniques de jeux simples d’accès alliées à une difficulté présente et relativement bien dosée, font de Flinthook LE platformer rogue-like qu’il me fallait aujourd’hui.  Même avec une version test ayant effacé ma progression la veille de la rédaction et une relative redondance, rien ne pourra vraiment entacher le fait que le dernier titre de Tribute Games vaut carrément le détour.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Flinthook test review

Flinthook

  • Développeurs Tribute Games
  • Type Rogue Plates-formes
  • Support PS4, PC, Xbox One
  • Sortie 18 Avril 2017
Flinthook
8/10
Flinthook
Y'a bon
  • La direction artistique toujours au top chez Tribute Games
  • Du challenge à revendre
  • Des heures, de looongues heures de jeu en perspective
  • Une rogue accessible sans être simpliste
Beuuuuwark
  • De la redondance dans les thèmes musicaux
  • Un manque de liant global
  • Technique
    8/10
  • Esthétique
    8/10
  • Ergonomie
    8/10
  • Audio
    7/10
  • Contenu
    9/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre