Dishonored 2 | Test

Hitman, Tenchu et Bioshock sont sur un bateau...

Plutôt conquis par le premier opus, nous avons entamé ce Dishonored 2 avec entrain. Et pour cause, studio français, style de jeu rafraîchissant, de nombreuses nouveautés par rapport au 1, cet épisode 2 s’annonçait comme un soft à faire.

Quel type de jeu vidéo es-tu? dis moi comment tu évolues.

screenshot-de-dishonored-2-sur-ps4

Pour les petits nouveaux, Dishonored est un jeu d’action-aventure à la première personne vous plaçant dans une époque victorienne aux embruns à peine steampunk mais pas trop, dans lequel vous incarnez un héros ayant quelques pouvoirs magiques dans sa main gauche et une arme dans sa main droite. Oui, comme Bioshock.

D’emblée, le jeu vous met dans la peau de la petite nouvelle, Emily, dans un tutoriel qui vous enseignera les bases des principes du jeu.
Car dans Dishonored, c’est vous qui choisissez votre approche. À votre guise, vous pourrez explorer un niveau à pas feutrés en assommant vos adversaires et finir le niveau avec un chaos faible (permettant une fin plus optimiste), ou au contraire user de vos pistolets, arbalètes, mines, épée, ou grenade pour venir à bout de quiconque vous barre la route dans le grabuge le plus total, avec une fin alors moins heureuse.
Évidemment, la deuxième option est la plus simple, mais les deux approchent permettent de venir à bout des niveaux en les explorant de fond en comble avec une liberté relativement importante.
En effet, aucune approche n’est la bonne ou la mauvaise dans Dishonored 2, c’est vous et uniquement vous qui décidez de comment vous évoluerez, à la manière d’un Hitman.

Cela dit, là où Arkane a fait les choses bien, c’est en ne proposant pas un open world, mais bien une succession de missions dans des niveaux différents que vous pourrez explorer totalement librement. Et avec les pouvoirs de téléportation de Corvo, le père d’Emily, ou encore avec la course ultra rapide de cette dernière, c’est une vraie partie de plaisir. 
Le level design a été travaillé et a eu le droit à toute l’attention nécessaire pour que la rejouabilité soit intéressante.


screenshot-de-dishonored-2-sur-xbox-one

Là, tu te téléportes sur le haut du poteau, t’arbalètes celui de gauche, tu saute sur celui de derrière discrétos puis te descends celui qu’il reste. Facile.

On prend pas les mêmes et on recommence

En effet, une fois le jeu fini avec le personnage que vous choisirez, Corvo ou Emily, le jeu offre la possibilité de la recommencer avec l’autre cette fois.
Mêmes niveaux, mais pouvoirs différents, donc possibilités différentes. Le jeu est également faisable sans pouvoirs, pour les plus hardcore d’entre vous.
Fort heureusement pour ceux qui opteraient pour cette option, les combats aux armes sont également bien plaisants, avec des munitions plutôt rares que ce soit dans le pistolet ou dans l’arbalète, mais une épée redoutable, qui permet de prendre nombre d’ennemis par surprise. Gare à ne pas attirer trop de monde cela dit, la difficulté du soft est vraiment élevée et n’espérez pas faire le poids face à 10 gardes lancés à vos trousses sans y laisser quelques plumes, si ce n’est plus.

De plus, un sacré paquet de collectibles seront à ramasser, dévoilés sur votre HUD par un cœur étrange, ces runes agissent comme des points d’amélioration afin d’acheter des nouveaux pouvoirs, tandis que les charmes d’os octroient des petites upgrades immédiates, comme courir plus vite, régénérer plus rapidement, ou encore une plus grande puissance en corps à corps.
Sans révolutionner votre progression, ces améliorations sont bien souvent les bienvenues.

Du côté du scénario, le soft est la suite directe du 1, bien que ce dernier n’est pas obligatoire pour comprendre sa suite, un rappel est fait en début de partie.
Corvo est ainsi devenu respecté de tous et a assis sa fille sur le trône quand la méchante tante vient foutre le bordel parce qu’elle veut aussi sa part du gâteau. Sans être incroyable, l’intrigue tient debout et vous permettra de traverser des villes aux couleurs et aux ambiances bien particulières, qui devraient vous laisser un arrière goût malsain, avec propagande, classe ouvrière excédée, et carcasses de cétacés ayant laissé déverser toute leur hémoglobine sur les pavés.

Quand on parlait d'ambiance malsaine, on vous mentait pas.

C’est beau ?

Les environnements sont graphiquement magnifiques et le jeu offre de très beaux panoramas, en tournant parfaitement bien sur notre pc.
Les décors en intérieur ont également eu le droit à un soin tout particulier, avec une mention spéciale pour le manoir mécanique que vous découvrirez avec émerveillement tant le level design est un exemple à suivre. Changements radicaux de pièce, verticalité, passages secrets, tout y est pour qu’on puisse y passer deux heures et continuer à découvrir de nouveaux passages.

Ces environnements incroyablement fournis mêlés à une difficulté corsée allongeront sensiblement la durée de vie, et la vingtaine d’heures sera sans mal atteinte, surtout si vous optez pour une approche infiltration où vous devrez cacher les corps, désactiver les alarmes, et attirer les ennemis pour ne pas avoir à attaquer tout un groupe.

Conclusion

Sans révolutionner la recette du premier, ce Dishonored 2 l’arrange considérablement en donnant plus de chances à l’approche non furtive. Véritablement beau, fantastique au niveau de ses déplacements et de son level design, et efficace en combat, l’opus est une véritable réussite qui ravira les anciens comme les néophytes. Il est très dur de trouver des défauts à cette suite qui prouve encore que la France sait faire du beau jeu. Chapeau !

Dishonored 2

  • Développeurs Arkane Studios
  • Type Action-Aventure victorienne
  • Support PS4, PC, Xbox One
  • Sortie 11 Novembre 2016
Note Les feux de l'amour
Note Pas de pxlection

Y’a bon!

  • L’ambiance malsaine
  • Les pouvoirs
  • La durée de vie
  • L’approche à choisir par le joueur

Beuargh!

  • Une légère répétitivité (c’est pour râler hein)
Commentaires Facebook
Catégories
Tests
Autres articles jeux vidéo
Dernier podcast: JV

Dans le même genre