Les moteurs ont lâchés, votre hyperpropulsion vous a largué quelque part dans l’univers et votre seule envie est de rentrer chez vous.

Votre ordinateur de bord étant quelque peu incompétent, il va falloir vous mettre en quête d’énergie pour pouvoir effectuer un saut vers un autre système et espérer ainsi vous rapprocher un peu plus de la Terre. Qui sait ce que vous découvrirez lors de votre périple ?

A.D.I.O.S.

Voilà comment tout commence dans Amazing Discoveries in Outer Space. Sous ses dehors bon enfants et l’attitude bonhomme de votre protagoniste se cache une aventure incroyable, à mi-chemin entre Interstellar et Faster Than Light. Dans votre petite capsule, vous êtes lâché sur une petite planète, cherchant désespérément à scanner des données sur votre environnement dans l’espoir de pouvoir engranger assez d’énergie pour effectuer un saut d’une année lumière vers l’inconnu. Mais votre énergie est limitée, et l’épuiser marque la fin de votre voyage. Il faudra alors sans doute vous laisser dériver dans l’orbite d’un soleil pour espérer rejoindre une autre planète du système, en évitant les débris et en corrigeant votre trajectoire de temps à autre. Une fois proche, il faut encore atterrir sans encombre, dosant les réacteurs pour éviter un impact trop brutal, causant des dommages à votre navette.

Calculez bien vos trajectoires pour économiser au mieux votre énergie
Calculez bien vos trajectoires pour économiser au mieux votre énergie

L’environnement semble stable, la planète étant suffisamment éloignée du soleil pour ne pas vous réduire en cendre, et la vie présente y est inoffensive, fuyant à votre approche. La gravité y est cependant faible, et votre premier saut vous propulse haut, trop haut, dans le vide sidéral. En activant les contrôles à distance de la navette, il vous est possible d’éviter une mort atroce, mais au prix d’une dépense d’énergie importante. De nouveau à terre, vous vous lestez d’un chapeau pour éviter la même erreur et débutez l’exploration de la petite planète. Quelques découvertes vous apportent l’énergie nécessaire à votre saut PRL.

Alone in the Dark
Alone in the Dark

De nouveau dans l’espace, vous repérez une ancienne station abandonnée toute proche, prise dans l’orbite près du soleil. En dosant votre propulsion, vous parvenez à l’approcher sans trop surchauffer votre système et vous l’arrimez fermement à l’aide de votre câble de traction. Une petite poussée des propulseurs vous permet de quitter l’orbite mortelle du soleil, non sans que votre cargaison heurte des débris rocheux sur sa route. Vous tentez alors de faire écraser la station sur la planète que vous venez de quitter, dans le but de la réparer suffisamment pour lui pomper son énergie et vous sentir plus à l’aise dans la suite de votre voyage. Vos réparations avancent bien quand soudain, une explosion survient. Les débris que vous avez heurtés lors du déplacement de la station et qui voyageaient jusque là paisiblement en orbite autour du soleil, flottent maintenant de façon anarchiques et bombardent votre planète. Une explosion vous blesse gravement et endommage votre navette. A contrecœur, vous embarquez rapidement et quittez la planète, en laissant derrière vous une quantité d’énergie vitale et d’autres planètes que vous n’avez pas encore visitées, et décidez d’exécuter votre saut PRL en espérant pouvoir réparer les graves avaries. Les secondes avant le saut sont intenables, mais vous voilà en route vers un autre système que vous espérez plus paisible…

Tous les moyens sont bons pour se recharger
Tous les moyens sont bons pour se recharger

A votre sortie de l’hyperespace, votre hyper-propulsion de nouveau en manque d’énergie, vous soupirez en frappant votre front contre le hublot. Doté d’un soleil de glace entouré d’une large ceinture d’astéroïdes composées de nombreux débris rocheux ou métalliques, ce nouveau système n’est toujours pas celui de la Terre, et pire, ne dispose d’aucune planète où poser le pied…

Ulysse revient

Voici l’un des scénario possible dans votre quête de la Terre. Chaque nouvelle partie génère de nouveaux systèmes aléatoirement qui créeront votre aventure propre, cruelle, stressante mais aussi passionnante. Heureusement, un checkpoint s’active tous les 4 niveaux pour vous permettre de reprendre un peu plus loin dans la partie, mémorisant votre route et les systèmes restant à visiter, mais rien ne vous empêche de repartir du début et de créer un tout nouveau système, de nouvelles routes et de nouvelles situations.

La glace envahi certaines planètes, les rendant glissantes.
La glace envahi certaines planètes, les rendant glissantes.

D’aspect plutôt bonhomme et simpliste, A.D.I.O.S. livre de nouvelles facettes au fil de vos découvertes, allant de la petite lampe de poche permettant de voir sur les faces non-exposées au soleil, un câbles permettant d’arrimer la navette à différentes surfaces, voire de dégager des rochers pour accéder à des artefacts. Les différents chapeaux vous permettront de sortir de la navette en augmentant votre poids et éviter ainsi que le moindre saut ne devienne mortel en vous propulsant dans le vide… jusqu’à ce que vous découvriez le jet-pack.

L’impression de danger est permanente, même si la direction artistique plutôt rigolote du personnage et les réflexions de son ordinateur de bord laissent entrevoir un petit jeu sympa, le simple fait de gérer correctement la physique du vaisseau va mettre vos nerfs à rude épreuve lors de vos premières parties. L’énergie étant primordiale, le joueur est toujours partagé entre son désir d’exploration qui peut lui rapporter de nouveaux bonus, de l’énergie ou des accessoires, et la prise de risque que cela suppose, en terme de dégâts potentiels ou de perte d’énergie. Chaque nouveau système propose ses découvertes mais aussi ses dangers, et il faudra sans cesse naviguer entre passion et raison pour ne pas finir écrasé sur un soleil ou simplement à cours d’énergie, en vue de rejoindre le système suivant.

Conclusion

Voici clairement un type de jeu qui ne plaira qu’à ceux qui aiment se raconter des histoires, car même si le jeu propose une petite narration tenant plus du tutoriel que d’autre chose, Amazing Discoveries in Outer Space a cette capacité de mettre en marche votre imagination pour que vous vous créiez votre propre aventure, perdu dans des systèmes dangereux, cherchant simplement à survivre. Certaines escales seront simples et vous permettront de faire le plein, d’autres vous mèneront à des menaces mortelles, pour une maigre récompense qui vous laissera dans une position fâcheuse pour la suite. Le tout étant généré aléatoirement à chaque début de partie et prenant en compte les outils découverts dans les parties précédentes, ce ne sont jamais deux fois les mêmes défis qui se présentent au joueur.

Amazing Discoveries in Outer Space

  • Développeurs Cosmic Picnic
  • Type Exploration / Rogue-Like
  • Support PS4
  • Sortie 03 Février 2016

Y’a bon!

  • Une véritable aventure
  • Des éléments qui se débloquent et modifient le gameplay
  • Un univers toujours différent
  • De l’exploration
  • Le visuel choupi dessiné à la main
  • La bande son

Beuargh!

  • Un peu ardu à prendre en main

Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Précédent Le compositeur de The Witcher 3 œuvre sur la BO de Cyberpunk 2077
Suivant Resident Evil 4, 5 et 6 reviennent à la vie sur PS4 et Xbox One

Commentaires

Laisser un commentaire

Close

ARTICLE SUIVANT

Close

The Witcher, le calendrier chaud de 2017

23/12/2016
Close