Song of Horror était un titre épisodique dans lequel les joueurs devaient affronter la Présence. Chaque épisode a été publié sur PC à partir de 2019 jusqu’à ce que l’histoire soit terminée à la mi-2020. Dans le premier volet, vous incarnez Daniel, envoyé en mission pour retrouver un auteur disparu un vendredi soir. Lorsque ce dernier disparaît à son tour, vous vous lancez à sa recherche. Mais la spécificité de Song of Horror est que vous incarnez plusieurs personnages, qui vont à leur manière plonger dans l’horreur.


Song of Horror


Supports : PC, PS4, XBox One

Genre : Survival-horror

Date de sortie : 31 Octobre 2019

Editeur : Raisers Games

Développeur : Protocol Games

Multijoueurs : non


Song of Horror est un cauchemar que vous allez aimer vous infliger.


  • La mort permanente des personnages
  • L’histoire est prenante
  • Visuellement réussi
  • L’ambiance horrifique parfaite
  • Des références aux maîtres du genre
  • Les contrôles, parfois complexes
  • Certaines énigmes, vraiment trop complexes

Le chant des morts

Chacun des personnages a ses propres forces et faiblesses. Certains sont plus rapides et mieux à même de fuir, tandis que d’autres sont  plus doués pour conserver leur calme et se cacher. Cependant, ne vous prenez pas trop la tête au départ puisqu’il y a fort à parier que vous mourrez au moins une fois par épisode et que vous deviez recommencer le chapitre avec un autre personnage. Vous penserez à moins à la première apparition de la Présence. Car oui, dans Song of Horror, la mort est permanente. Song of Horror est un cauchemar créé par des vrais fans d’horreur pour des fans d’horreur.

Song of Horror se décompose en cinq chapitres. Tous sont liés par l’implication d’une boîte à musique et d’une Présence sinistre. Se déroulant en 1998, l’histoire commence avec Daniel Noyer arrivant au manoir Husher à la recherche de Sebastian P. Husher et de sa famille. Après être entré dans une pièce mystérieuse, Daniel disparaît et l’horreur débute. L’histoire se concentre sur une variété de personnages dans leur tentative de se sauver et de sauver les autres. Si votre personnage meurt, vous devrez prendre le rôle d’un autre et reprendre là où il s’est arrêté. Ainsi, vos mauvais choix modifieront complètement l’histoire et l’expérience.

Lorsque vous entrez dans la maison en tant que Daniel, vous avez un avant-goût de Song of Horror. Vous apprenez les commandes, commencez à explorer la maison et découvrez que quelque chose ne tourne pas rond. Vous commencez avec une version très dépouillée du jeu, mais au fur et à mesure que vous progressez dans le niveau, vous découvrez de nouveaux aspects qui ajoutent de l’intensité à l’exploration.

La façon dont vous vous déplacez dans la maison est maladroite et rappelle beaucoup les anciens Resident Evil (et peut-être même plus Alone in The Dark). Song of Horror est d’ailleurs un hommage aux classiques de l’horreur et un oeil averti saura déceler les petites références glissée un peu partout. Mais le titre n’oublie pas non plus de mentionner ses aînés intouchables comme Clock Tower ou Silent Hill… vous êtes prévenus. En bon fans d’horreur, vous adorerez l’atmosphère sombre et intense ainsi que la montée en puissance de la tension. Le jeu offre une véritable peur grâce à son atmosphère sinistre et ce qui se cache dans chaque coin. Il y a bien quelques jumpscares, mais ils sont heureusement rares et placés intelligemment.  

Vous l’avez ?

En tant que jeu d’horreur et de mystère, je dois dire que je me suis retrouvé face à un titre qui coche toutes les cases en matière de frisson.

Une présence obscure et mortelle qui peut nous tomber dessus à n’importe quel moment, des énigmes, des lieux sombres et détaillés, un mystère qui joue avec notre réalité… Ajoutons à cela une excellente bande-son alliant grincements et modifications inquiétantes de la musique, et nous avons une atmosphère parfaite d’épouvante.

L’angle de la caméra a aussi son charme. Les brusques changements d’angles entre les zones du niveau peuvent dérouter un joueur moderne, mais n’oublions pas que les premier BioHazard ont bien utilisé ce procédé pour nous faire redouter d’avancer à un coin de couloir.

La présence peut prendre bien des formes, et la mort est toujours au rendez-vous

La peur dans Song of Horror se présente sous différentes formes, jouant habilement avec l’anticipation, ce qui peut être éprouvant pour les nerfs. Un bruit de pas qui ne devrait pas être là, une forme aperçue du coin de l’œil et, bien sûr, les événements qui vous frappent lorsque vous avez l’impression de progresser et que vous relâchez votre garde. Après tout, vous n’êtes pas là pour rien, et vous ne tarderez pas à vous passionner pour la découverte de ce qui se passe dans ces lieux maudits.

Les angles de caméra à l’ancienne participent beaucoup à l’angoisse

Hormis l’excellente ambiance, vous avez de bonnes énigmes à résoudre, certaines sont simples, d’autres plus coriaces, et d’autres enfin qui m’ont vaincu et m’ont envoyée sur des soluce. Et rien n’est pire que de tourner en rond à la recherche d’indices en se demandant si quelque chose vous suit.

Song of Horror

Titiks

L’avis de Titiks sur PS4

En Bref

Song of Horror est un excellent jeu qui offre une expérience de survie horrifique à l’ancienne. Il s’agit d’un survival horrifique narratif au sens traditionnel du terme qui utilise tous les (bons) moyens pour vous effrayer. De son atmosphère intense aux nombreux personnages, c’est un cauchemar que vous allez aimer vous infliger. C’est un maître-choix pour tous ceux qui aiment les expériences d’horreur.

4.5
Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Retrouvez-moi sur Twitch @un_daron_dans_le_game et sur Twitter.

Previous Encased sortira le 7 septembre
Next Test : Omno – Entre exploration et réflexion

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Se boire une vodka DOOM ? Oui, c’est possible

06/09/2019
Close