Mine de rien, Peach n’a jamais eu énormément de titres la mettant en avant – un seul en 2005 de mémoire. Avec Princess Peach: Showtime !, Nintendo donne à sa plus célèbre princesse l’occasion de briller façon Magical Girl et plusieurs variations de gameplay.

Pampululu !

Alors cette fois, la princesse est vraiment dans un autre château ! Enfin, dans un théâtre pour être précis, et enfermée contre sa volonté. Encore. Mais cette fois, nul Mario pour venir la secourir (on est en 2024, Non Didjûû !). La princesse n’est désormais plus le prix, mais l’héroïne de sa propre histoire sans pour autant perdre sa naïveté et sa fraicheur.

Cette fois, c’est à elle d’endosser des costumes magiques pour libérer des scènes de théâtre d’une étrange entité qui semble en avoir pris le contrôle. Le tout dans un concept qui n’est pas sans rappeler le très sympathique Puppeteer sortir sur PS3 en 2013, mélangé à Mickey Mouse : Castle of Illusion.

En effet, Peach se déplace de scènes en scènes – avec tout le langage visuel et mécanique que cela suppose, dans un ensemble de niveaux à défilement latéral sur divers thèmes. Se faufiler dans l’herbe et de courir sur les toits en tant que ninja, galoper à cheval pour attraper des bandits au lasso, ou patiner dans une féérie de glace, chaque nouveau décor théâtral offre à l’héroïne une nouvelle pièce de théâtre à laquelle participer.

C’est ma fois aussi fort joli à regarder qu’à découvrir, chaque niveau ayant sa propre mécanique, excluant parfois même les affrontements. La plupart des niveaux offrent à Peach un nouveau costume qui s’accompagne de nouvelles capacités. Ces costumes seront bien entendu réutilisés dans d’autres niveaux, mais cela est totalement scripté, et elle ne pourra pas choisir quel costume porter pour entrer en scène.

Pourtant, il suffit de quelques niveaux à la suite pour que la monotonie s’installe.

Qu’il s’agisse d’appuyer sur un bouton pour mélanger de la pâte à gâteau, de sauter et de combattre de manière simpliste (une touche est associée au saut, une autre à l’action, point barre), du combat à l’épée au combat de super-héros, le gameplay de Showtime est finalement d’une simplicité confondante. Des niveaux de cuisine, d’enquête ou de patinage offrent un peu de variété dans une construction un peu trop semblable.

Princesse Peach : Showtime est un jeu très facile. Chaque niveau se fait en quelques minutes pour une durée de vie en ligne droite avoisinant les 7 heures. Les boss présentent des pattern clairement identifiables et ne prennent pour ainsi dire jamais par surprise. C’est bien simple : les seules difficultés rencontrées pendant nos parties tenaient plus du Joycon Drift qu’autre chose. Showtime donne l’impression d’être bien trop accessible – même pour ma fille de 9 ans . La plupart des niveaux qui ne proposent pas réellement d’affrontement semblent être des portions de gameplay qui auraient méritées un traitement plus approfondi.

Le jeu se laisse jouer, mais à l’image de ses paliers, on ne ressent pas l’envie d’enchainer les niveaux au-delà des 5 proposés par paliers (et ceux de la cave), laissant reposer le jeu jusqu’au lendemain sans frustration. Les niveaux sont courts, souvent variés, mais les mécaniques de gameplay – bien qu’adaptées à chaque « monde » – ne sont pas assez poussées, mal aidées par la brièveté des niveaux traversés.

Princess Peach: Showtime !


SupportsSwitch
GenrePlateforme
Date de sortie22 mars 2024
ÉditeurNintendo
DéveloppeurNintendo
MultiNon


  • Un jeu pour la Princesse Peach
  • Les différents Costumes, autant de gameplay
  • La variété des mondes et des propositions
  • Vraiment joli
  • Accessible à tous
  • Tous les sous-systèmes sont à peine effleurés
  • Un gameplay vraiment trop limité
  • Assez vite répétitif
  • Peach, juste une Magical Girl de plus ?

Princess Peach: Showtime !

Titiks

L’avis de Titiks sur Switch

En bref

Joli, accessible et proposant une belle découverte de niveaux en niveaux, Princess Peach : Showtime ! n’offre cepedannt pas assez de profondeur pour combler les fans de l’univers Champignon. Il s’agit vraiment d’un titre à destination des plus jeunes, pour qui malheureusement, l’aspect répétitif pointera aussi.

3.5
Close

NEXT STORY

Close

TEST : Clock Simulator

12/01/2019
Close