Test : NHL 19 – Entre modernisme et tradition.

Ça sent la glace !

Electronic Arts Vancouver revient, comme chaque année, avec sa simulation de hockey comme si l’ouvrage n’était jamais terminé. Est-ce que le contrat est rempli une fois de plus alors que la licence fête déjà ses 25 ans d’existence ? Embarquez sur la glace pour le savoir !

Chaussez vos patins ; le camp d’entraînement débute maintenant.

World of CHEL, le gros morceau du jeu. 

Avant tout chose, prenons le temps de parler de ce mode de jeu qui va ravir tous les fans de hockey sur glace. Cette partie du soft vous permet d’affronter vos amis en ligne ou des IA… sur une patinoire extérieure ! Grâce au joueur que vous aurez créé au préalable, profitez des joutes à 1 contre 1 contre 1 (chacun pour sa pomme quoi) et ça donne des joutes furieuses sans règle réelles, digne du hockey de rue relativement traditionnel finalement. Un entraînement libre est également proposé, bien utile pour prendre en main votre joueur. Voilà qui vous promet une belle immersion dans NHL 19. 

On s’attaque à d’autres joueurs en 1v1v1.

Jouez avec des joueurs de légende !

Si cette possibilité existait déjà dans l’édition précédente, le curseur à été poussé bien plus loin dans NHL 19 avec plus de 200 joueurs connus, qui seront utilisables notamment dans le mode de jeu Equipe de Rêve Hockey. Notez que les fans des Habs n’ont pas été oubliés puisque Patrick Roy, Jean Béliveau et Jacques Plante font partie de ce casting étoilé. Toutes les équipes ont leurs piliers et si vous êtes patients, chanceux ou payeurs, vous pourrez voir évoluer un véritable Temple de la Renommée vivant sur votre écran. Au milieu de la grosse dizaine de modes de jeu proposés, il serait bien difficile de s’ennuyer in-game. 

Les joueurs légendaires vous fileront un coup de main dans le mode Equipe de Rêve Hockey.

Ok on est bien accroché maintenant, mais une fois sur la glace, ça donne quoi ?

Alors on va évacuer une première interrogation tout de suite. Graphiquement, c’est de très bonne facture. Même si la foule dans les arénas peut paraître parfois légèrement robotisée, on est plongé dans l’ambiance du match très facilement et l’immersion est excellente. La modélisation des visages des joueurs a été rehaussée également. Une fois la rondelle posée, le jeu est rapide, les transitions sont intelligentes (quelque soit le niveau de difficulté choisi). Une bonne progression est à noter sur les mises en échec, bien plus réalistes et physiques qu’auparavant. L’IA est globalement bonne et vous ne pourrez pas faire tout et n’importe quoi, autour de la ligne bleue notamment (sauf si vous avez réduit les règles dans les options bien entendu). 

Ça manque de partisans du tricolore.

La bande-son est plutôt quelconque. 

Si il y a bien un endroit où NHL 19 pêche clairement, c’est dans le choix de ses musiques. Aucune ne reste vraiment en tête et franchement, on ne serait pas surpris que vous vous en débarrassiez promptement dans les options du jeu. Mais profitons de ce couplet sonore pour passer en revue tout ce qui parviendra à vos oreilles. Les commentaires (en anglais), ont été revus pour gagner en précision et en intérêt. De plus, un soin particulier à été apporté aux paroles que votre joueur pourrait prononcer alors que vous jouez dans le mode World of CHEL. Que ce soit pendant la célébration d’un but ou lors d’une solide mise en échec, votre patineur peut s’exprimer selon la punchline que vous aurez choisie. Certaines de ces courtes phrases sont en français québécois ce qui est un plus plutôt sympa. 

Carey ! Carey !

Et si tous les modes de jeu élaborés ne nous intéressent pas et qu’on veut juste jouer des parties, c’est possible ?

C’est l’évidence même que c’est possible. Lancer un match immédiat pour voir vos formations préférées s’affronter est vraiment cool d’autant que comme nous l’avons mentionné plus haut, la vitesse de jeu ainsi que la qualité de mouvement ont été revues à la hausse. Malgré tout, même si ce n’est pas nouveau, on ne peut que vous conseiller de tenter un match NHL Threes, en particulier avec les mascottes de la Ligue Nationale. Ça va vous donner des affrontements loufoques avec des peluches géantes et des scores assez fous au fil de la partie. Pour vous expliquer cela sommairement : La joute prendra fin lorsque l’une des équipes aura marqué 5 points. Mais là où c’est à la fois drôle et captivant, c’est que selon la couleur de la rondelle utilisée, vous marquerez 1, 2 ou 3 points sur un seul but. Voilà que devrait donner des matchs rapides et nerveux à la finalité incertaine !

Pour du hockey encore plus nerveux, laissez-vous tenter par NHL Threes.

Conclusion 

NHL 19 fait très bien son travail et Electronic Arts livre une copie excellente sur bien des points. Que vous soyez un grand amateur de hockey sur glace ou un néophyte de la discipline, vous n’aurez aucun mal à y trouver votre compte. On aurait pu craindre que EA Vancouver se repose sur ses lauriers, notamment parce qu’il est sans concurrent sérieux depuis un certain temps, mais c’est tout le contraire qui s’est produit. Non seulement la tradition est respectée avec la pléthore de joueurs de légende incorporée dans le jeu mais la rapidité et l’explosivité du hockey moderne est aussi représentée avec force et c’est tant mieux. Donc à moins d’être totalement allergique à l’une des disciplines les plus courues en Amérique du Nord, on voit pas de raison valable de se priver de jouer à ce titre. 

Les Golden Fries ont un avenir prometteur.

Temps de lecture : environ 6 minutes

NHL 19

  • Développeurs Electronic Arts Vancouver
  • Type Sport
  • Support PS4, XB1, PC
  • Sortie 14 Septembre 2018
NHL 19 à notre sauce
8/10
NHL 19 à notre sauce
Y'a bon
  • Immersion totale
  • La panoplie de joueurs légendaire
  • Apprentissage facilité par le camp d'entraînement
Beuuuuwark
  • La bande son oubliable
  • La foule peu expressive
  • Le manque de clarté dans les menus
  • TECHNIQUE
    9/10
  • ERGONOMIE
    8/10
  • ESTHÉTIQUE
    9/10
  • AUDIO
    6/10
  • CONTENU
    9/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre