Test : Concrete Genie – Demain n’est pas perdu

Hijo de la Luna

J’admets bien volontiers que Concrete Genie m’avait tapé dans l’oeil à son annonce. Et j’admets aussi que, depuis, je l’avais totalement oublié, jusqu’à le voir dans la liste des sorties du mois d’octobre. Annoncé à la Paris Games Week de 2017, le titre de Pixelopus exclusif à la PS4 entend nous faire rêver un peu au début de ce glacial mois d’octobre.

Voilà une ville moche à repeindre

Un génie au bout du pinceau

Pour rappel, Pixelopus est sans doute le plus petit studio appartenant à Sony. Basés en Californie, ils étaient présents au lancement de la Playstation 4 avec l’envoûtant Entwined, un jeu musical court mais très sympathique. Concrete Genie n’est donc que leur second jeu, et il a la lourde tâche de confirmer un studio sur une fin de vie de machine. Autant dire qu’ils ne doivent pas trop se louper.

Pas besoin de gros budget pour distiller un peu de magie

Je vais commencer cet avis par mentionner le fait que le titre est vendu à un tarif de 29.99€ sur le Playstation Store. Pourquoi cette donnée froide d’entrée de jeu ? Pour signifier qu’il s’agit ici d’une belle petite production et non d’un gros Triple A, même si il est issu d’une création First Party. Si il propose une durée de vie en ligne droite de 3 ou 4 heures et au final peu d’environnements, Concrete Genie s’adresse avant tout à ceux pour qui l’ambiance, l’histoire et la créativité passent avant le reste.

Et là, je viens de perdre la moitié des lecteurs.

La ville est votre toile

Ash est un adolescent qui vit près de Denska, une petite ville portuaire autrefois florissante mais aujourd’hui complètement abandonnée suite à un incident polluant ses côtes. Il y vient pour se souvenir de l’endroit mais aussi pour y être tranquille et dessiner des créatures imaginaires. Mais la ville est aussi le repaire d’une bande d’adolescents qui en profitent pour lui arracher son carnet de croquis et disperser toutes les pages aux quatre vents. En se rendant au phare de la ville pour récupérer des morceaux, Ash assiste à la naissance de Luna, une créature issue de son carnet, qui lui offre un pinceau magique capable d’animer ses dessins.

Tout est indiqué sur la carte du carnet, sauf l’emplacement de certaines pages à découvrir soi-même

Ash décide alors de redonner vie à la ville de Denska en peignant sur ses façades les croquis de son carnet, mais aussi en donnant vie à d’autres créatures qui pourront l’aider à évoluer dans la ville sinistrée.

Concrètement, le joueur pourra évoluer dans 3 petites parties de la ville qu’il devra déverrouiller, à commencer par le port, puis l’usine et enfin les égouts. Grâce à son pinceau, il pourra rallumer les différentes ampoules de la ville en dessinant sur les murs, en courant sur les toits à la recherche des pages déchirées contenant les modèles à dessiner. Au fil de l’aventure, on aura accès à de plus en plus de dessins pour créer de véritables fresques vivantes sur les murs de la ville, qui gardera bien entendu les traces de notre passage pendant toute la partie. Ash sera capable de dessiner ce qui se trouve dans son carnet sur tous les murs de la ville à condition d’avoir retrouvé la page contenant son modèle. Ces pages se trouvent soit dans les rues, sur les toits, mais peuvent aussi être obtenues en explorant et en réalisant quelques actions annexes, comme satisfaire les créatures vivantes avides de dessins, ou en fouillant les environnements. 

Concrete Genie est gai, vivant et plein d’espoir

Ces Génies sont aussi au cœur de quelques énigmes simples d’accès puisque vous aurez à terme accès à 3 types de génies différents, chacun possédant une faculté unique, comme brûler, souffler ou électrocuter. Ces génies peuvent être créés uniquement depuis leur dessin initial au sol, à des endroits précis de la ville et vous accompagneront sur toute la zone, en suivant les murs reliés entre-eux. Vous n’aurez pas le choix de son élément, mais son design pourra être personnalisé grâce aux croquis récupérés dans le jeu. Vous pourrez ainsi partir d’un modèle de Génie spécifique parmi une douzaine disponibles à terme et le personnaliser avec des cornes, oreilles, moustaches, queues voire appendices étranges, en gardant en tête que le jeu se charge de générer les yeux, la bouches et les 4 membres lorsque vous donnez vie au Génie. Si vous avez besoin d’eux, il vous suffit de brandir votre pinceau pour qu’ils essayent de vous rejoindre automatiquement afin de vous aider.

Si les possibilités sont somme toute limitées, vous aurez assez de choix pour créer des créatures uniques. Pour ma part, j’ai même essayé de créer un Génie avec la tête en bas et les fesses en haut, et le jeu en a tenu compte sans souci.

D’une pression sur la touche R2, vous ouvrez votre carnet et sélectionnez le modèle à dessiner sur le mur – grâce à la fonction gyroscopique de la manette – parmi plusieurs dizaines à débloquer et rangés par thématiques. Des étoiles aux aurores boréales en passant par des plantes, cascades, nuages, orages, tempêtes de neige et divers arbres, les décors mornes de Denska se transforment rapidement en toiles vivantes baignées de lumière qui éloignent peu à peu les ténèbres, et chaque niveau se conclut par une fresque géante à peindre sur un grand bâtiment, véritable pinacle de créativité laissé au joueur, même si celui-ci devra respecter quelques consignes dictées par les génies pour conclure son oeuvre.

Concrete Genie est une ode à la fantaisie et à la créativité

Spirale vertueuse

Ash devra aussi faire attention au groupe d’enfants dans la ville qui n’hésiteront pas à lui voler son pinceau et à le jeter dans une poubelle s’ils l’attrapent. Un petit côté « Neverending Story » plaisant qui rappellera de plus des situations ennuyantes aux enfants qui passent leur temps dans leur coin à dessiner, souvent ciblés par les gros bras de l’école. Et c’est un mec qui dessinait des fresques sur ses bancs d’école qui vous en parle. Dans le jeu, il est heureusement possible de les leurrer pour les éloigner d’un endroit. Une conséquence finalement peu dramatique puisqu’il suffira de retrouver le pinceau magique déposé non loin.

La boucle de gameplay peut sembler rapidement atteinte (allumer les ampoules, trouver les pages, peindre l’oeuvre finale) d’autant que le titre ne possède que 4 environnements dont deux très semblables, mais heureusement, le dernier tiers rompt cette boucle en proposant une manière bien plus rapide et amusante de se déplacer ainsi que de nouvelles mécaniques de gameplay, juste à temps pour éviter la monotonie.

La glisse sur la peinture est une idée qui relance l’exploration

Au-delà d’une histoire classique de jeunes qui doivent faire face aux ténèbres de la vie, le titre tire aussi un propos mêlant écologie et fantaisie adapté aux jeunes ados, Concrete Genie se rapproche un peu dans son concept de film comme “À la poursuite de Demain”, un film Disney assez mal aimé mais plutôt sympathique. En effet, il s’agit ici d’arrêter de se contenter d’attendre le déclin dans une sorte d’apathie général, mais de relancer une série d’événements positifs qui entraîneront une spirale vertueuse menant vers un meilleur avenir. C’est un brin naïf, mais joliment illustré dans Concrete Genie, avec une histoire simple mais prenante et assez fascinante à suivre pour les enfants (du moins, mes deux filles étaient scotchées à l’aventure, émerveillées par les dessins prenant vie au fil du jeu). Un mode libre étant également disponible, vous pourrez évoluer dans les quartiers de la ville et décorer les murs sans contrainte avec les motifs découverts dans l’aventure principale. Un mode de peinture compatible PSVR est aussi de la partie, complètement déconnecté du jeu principal, mais très agréable pour compléter l’expérience.

Conclusion

Concrete Genie fait partie de ces titres que l’on a envie de relancer même une fois l’histoire terminée, juste pour le plaisir de peindre des illustrations vivantes en glissant sur de la peinture magique. C’est gai, vivant et plein d’espoir, même si le début du titre se veut déprimant. Techniquement réussi, avec un côté illustration façon Tear Away mêlé à la modélisation 3D, Concrete Genie est une belle petite exclusivité pour la Playstation 4.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Concrete Genie

  • Développeurs Pixelopus
  • Type Aventure
  • Support PS4
  • Sortie 09 Octobre 2019
Concrete Genie à notre sauce
8/10
Concrete Genie à notre sauce
Y'a bon
  • C'est beau et gai
  • La peinture vivante, une multitude de possibilité créative
  • Une jolie histoire doublée en français
  • Une boucle de gameplay qui parvient à se renouveler à temps
  • Un mode libre et VR, pour prolonger le plaisir
  • Le mode Photo, pour immortaliser vos créations
Beuuuuwark
  • La peinture au gyroscope, ce n'est pas toujours très précis
  • Seulement 4 environnements, dont deux fort semblables
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre