Vous cherchez un nouveau jeu post-apocalyptique pour plonger dans des missions et fouiller des zones dévastées ? Broken Roads pourrait bien être le jeu qu’il vous faut, après sa MàJ salvatrice.

L’Australie en plein Boom

Développé par Drop Bear Bytes et publié par Versus Evil, ce jeu est dispo sur toutes les plateformes majeures : Xbox, PlayStation, Switch, et bien sûr, PC. Un fait intéressant : ce jeu a été conçu par l’un des créateurs principaux de jeux légendaires comme Fallout 2 et Wasteland 2. On sent vraiment cette influence dans l’univers de Broken Roads. Ce RPG au tour par tour se déroule dans l’Outback australien, un monde ravagé où les communautés essaient de reconstruire la civilisation

Ce qui rend Broken Roads unique, c’est son système de moralité. Selon vos choix, les dialogues changent et influencent l’histoire. Que vous agissiez pour votre propre intérêt, pour votre communauté, ou pour sauver tout le monde que vous croisez, vos décisions façonnent votre aventure. Les choix moraux ne sont pas figés ; chaque interaction, comme tirer sur un personnage pour lui sauver la vie, peut avoir des conséquences durables.

Comme l’explique l’équipe, la mise à jour 1.2 « se concentre sur les quatre histoires d’origine » qui mènent aux portes de Merredin, où commence le deuxième acte du jeu. Dans la version initiale, ces histoires d’origine étaient strictement linéaires et vous menaient jusqu’à Merredin, mais Drop Bear Bytes a changé cela pour vous permettre « d’accéder à la carte du monde et d’explorer les premières zones du jeu ». Les compagnons que vous rencontrez ont également « beaucoup plus de réactivité dans les histoires d’origine », tandis que certains personnages qui n’apparaissaient pas dans certaines histoires d’origine le font désormais.

En plus de ces ajouts, il y a quelques petits changements mécaniques qui devraient néanmoins faire une grande différence dans l’expérience de jeu. Tout d’abord, Drop Bear Bytes a ajouté un mode « rapide » aux mouvements d’exploration, ce qui est très appréciable car parcourir certaines grandes zones à la vitesse d’un koala pouvait s’avérer fastidieux. Le studio a également ajouté la possibilité de cibler les ennemis en combat en cliquant sur leur portrait, ce qui permet de contourner le problème de l’impossibilité de cliquer sur les cibles lorsqu’elles se chevauchent avec le décor ou d’autres personnages.

En plus de ces changements plus importants, il y a une série d’ajustements plus spécifiques pour des compagnons et des quêtes spécifiques, ainsi que l’inclusion de nouveaux ennemis raiders et plusieurs nouvelles rencontres de combat. Enfin, il y a quelques ajouts plus amusants, comme la possibilité de caresser des chiens, des chats et des koalas (« mais PAS d’ours en peluche », soulignent les développeurs) et quelques nouvelles entrées dans le dictionnaire d’argot australien du jeu, y compris des définitions pour des expressions comme « Woop woop ».

Drop Bear Bytes affirme que le travail sur Broken Roads n’est « pas du tout terminé », ce qui laisse présager d’autres correctifs à l’avenir. Il est clair que Broken Roads a été lancé dans un état dont les développeurs n’étaient pas entièrement satisfaits (il a déjà été retardé une fois, de décembre de l’année dernière à ce mois d’avril), il est donc bon de voir qu’ils sont en mesure de régler ses problèmes. Je ne pense pas que je recommanderais de l’acheter sur la base de cette seule mise à jour, mais si Drop Bear Bytes peut appliquer des changements similaires au reste du jeu, il pourrait bien valoir la peine d’être revisité.

Depuis Disco Elysium, je ne peux pas dire que j’ai eu beaucoup de chance avec les jeux narratifs aux graphismes uniques. Ashwalkers ne m’a pas impressionné, et Broken Roads semble suivre la même voie. Les deux jeux, vus à travers mon objectif, semblent suivre la même trajectoire. Ils ont commencé avec des concepts fascinants qui auraient pu rivaliser avec Disco Elysium, mais je ne peux pas dire qu’ils ont tenu leurs promesses.

Avec la sortie de la série Fallout et la popularité de la nouvelle série télévisée Fallout, nous avons reçu un jeu qui évoque irrésistiblement les deux premiers titres Fallout. La perspective de jeu isométrique dans un monde post-apocalyptique lui a rapidement valu le surnom de  » Fallout australien « . En effet, comme indiqué initialement, Broken Roads nous plonge dans le désert australien plusieurs centaines d’années après que 80% de la population a péri, laissant les survivants se débrouiller seuls.

La vie se déroule dans différentes communautés qui communiquent et tentent de coopérer tout en se défendant contre les criminels et les bandits qui cherchent à les dépouiller. Vous entrez dans la peau de personnages dont vous pouvez choisir l’histoire. L’une des quatre histoires déterminera votre point de départ et le comportement de votre personnage tout au long du jeu. Il est intéressant de noter que chaque histoire offre un lieu de départ différent, ce qui permet de renouveler l’expérience lorsque l’on rejoue le jeu, comme si l’on faisait partie d’une préquelle ou d’une suite à des segments spécifiques de l’histoire.

Votre personnage sera-t-il un artiste, une brute, un expert en combat de mêlée ? C’est à vous de choisir. Si vous préférez éviter de suivre une voie prédéterminée, vous pouvez décider de l’affectation des compétences de votre personnage dès le départ. Ces compétences sont étroitement liées aux options qui vous sont proposées au cours du jeu. L’utilisation d’options de dialogue spécifiques vous sera utile si vous êtes un bon orateur. Vous savez ce qu’il en est.

En plus de ces attributs, le jeu propose quatre voies philosophiques. Bien que la philosophie ne soit pas la première chose qui vienne à l’esprit dans un monde post-apocalyptique, de tels choix sont devenus de plus en plus courants ces derniers temps. C’est ce qu’on appelle la moralité dans le jeu, et elle vous donne une boussole morale qui façonne la nature ultime de votre personnage.

Vous avez le choix entre quatre philosophies : humaniste, nihiliste, pratique ou machiavélique. Vous décidez de vous soucier du bien commun, de votre personnage, des individus ou de personne. La boussole morale est un ajout louable qui laisse entrevoir une profondeur potentielle. Malgré son concept, vous vous rendrez compte qu’il n’y a que peu de profondeur au fur et à mesure que vous jouerez.

Le jeu propose de choisir l’un des dialogues proposés parmi les quatre aspects philosophiques. Vous pouvez choisir entre trois dialogues humanistes et un dialogue nihiliste. Une fois que vous avez choisi un camp, vous voyez le chemin que votre personnage pourrait prendre et comment il affectera le monde. Cependant, le problème est que votre décision est rapidement annulée par divers rebondissements un peu faciles. Au début, le jeu donne l’impression d’une liberté narrative, où vos décisions ont un impact sur le résultat. Mais ce n’est pas tout à fait le cas. Étant donné la fréquence à laquelle nos décisions sont annulées, on a l’impression d’une illusion de choix, semblable aux jeux Telltale. D’autres compagnons peuvent rejoindre votre équipe en fonction de vos décisions, que ce soit par le biais de conversations ordinaires, en aidant des personnages ou en choisissant des voies morales. Vous vous déplacez alors en tant que groupe, en vous engageant dans le monde qui vous entoure.

En revanche, je ne peux pas faire l’éloge des quêtes du jeu. La plupart d’entre elles consistent à aller chercher quelque chose pour quelqu’un. La boucle FedEx est très présente ici. Une fois, c’est normal, deux fois, c’est acceptable, mais lorsque chaque ville et chaque endroit vous demande de faire les mêmes tâches, cela devient lassant.

Le combat est également relativement simple. Vous contrôlez vos personnages à tour de rôle et devez tuer les ennemis. Le champ de bataille dispose d’une couverture que vous pouvez utiliser à votre avantage. De temps en temps, des erreurs se produisent lorsqu’un tireur d’élite habile manque un tir clair trois fois de suite.

Je suis sûr que l’Australie post-apocalyptique et les habitants qui y sont décrits plairont aux fans de ce pays. Bien que le jeu soit très textuel et souvent silencieux, les personnages parlent de temps en temps. Le style visuel spécifique de Broken Roads a fait l’objet de beaucoup d’attention. Le désert australien, bien qu’il ne soit pas graphiquement attrayant pour tout le monde, combiné à la dégradation de la société, donne au jeu un esprit unique. La représentation vivante du terrain, avec des touches de corrosion métallique et de lumière du soleil, montre clairement à quoi pourrait ressembler l’avenir si vous vous trouviez dans une Australie post-apocalyptique.

Broken Roads


SupportsPC, PS5, XBox Series, Switch
GenreRPG
Date de sortie10 avril 2024
ÉditeurVersus Evil
DéveloppeurDrop Bear Bytes
MultiNon


  • Un style visuel très réussi.
  • Le compas moral
  • Système de combat intuitif utilisé avec parcimonie.
  • Beaucoup de quêtes FedEx
  • Une interface console pas super ergonomique
  • Peu de voix
  • Un libre arbitre finalement très vite redressé par le scénario

Boken Roads

Titiks

L’avis de Titiks sur PS5

En bref

J’ai fini par réallement apprécier jouer à Broken Roads. Si vous êtes fan de CRPG, de combats au tour par tour, et que vous cherchez un jeu qui rappelle Wasteland ou Fallout, ce jeu vaut le détour, surtout qu’il va bioen mieux depuis les patchs.

3.5
Close

NEXT STORY

Close

Babylon’s Fall sera disponible le 3 mars 2022

10/12/2021
Close