Les meilleures anecdotes du jeu vidéo #53

Personne ne me traite de mauviette...

Et c’est parti pour la deuxième saison des meilleures anecdotes du jeu vidéo. Pour le coup, on se creuse un peu la tête avec tout ce qu’on a déjà proposé depuis plus d’un an mais c’est toujours avec plaisir que je vous replonge dans l’histoire du gaming.

Cette semaine on retrouve le sosie de Marty qui traverse les mondes d’un jeu virtuel en se déguisant mais aussi un jeu pionnier par Yu Suzuki pour terminer avec une astuce de Nintendo pour contourner les limitations techniques d’une de leur machine.

Anecdote du jeu vidéo 167: Billy The Kid

Kid Chameleon* est un jeu de plateforme/aventure sorti en 1992 en exclusivité sur Megadrive. S’inspirant du film éponyme TRON, le titre de SEGA nous emmène dans le monde d’un jeu d’arcade, Wild Side, qui enferme les joueurs dans son monde.

C’est alors que votre personnage, Casey alias The Kid, débarque pour sauver les précédents joueurs prisonniers de la machine en s’y plongeant tête baissée.

On se rend vite compte qu’avec son combi blouson/jean/t-shirt/basket sans oublier son fameux skateboard très en vogue à cette époque, ce dernier est la copie conforme de Marty Mc Fly de la trilogie culte: Retour vers le futur. Mais ceci n’est pas un hasard car on apprend que le personnage a été créé en tant que grand fan de l’acteur Michael J. Fox.

Ceci explique donc son style vestimentaire et ses goûts pour la « cool attitude ».

Anecdote du jeu vidéo 168: You? Sous Zuki?

En jeu de combat 3D, les standards de notre époque restent surtout les Tekken, Soul Calibur ou encore Dead or Alive. Mais ceux-ci ont un seul ancêtre en commun et c’est un jeu SEGA.

En effet, Virtua Fighter* sorti sur la borne d’arcade Sega System Model 1 en 1993 est le tout premier jeu de baston en 3D polygonale.

Et c’est le fameux Yu Suzuki qui se trouve derrière le titre et quand on sait qu’il a déjà révolutionné le jeu vidéo avec ses Space Harrier, Hang-On ou encore Out Run, entre autres… ceci n’est pas très étonnant.

Anecdote du jeu vidéo 169: Piqu’puces…

Sorti en 1993 sur Super NES/Famicom, le shoot’em up 3D Star Wing alias Star Fox n’est pas un jeu comme les autres. Outre le fait de faire tourner de la 3D sur la machine de Nintendo, il possède surtout une autre particularité que les autres jeux de ce support n’ont pas.

Et ceci n’est autre qu’une cartouche assez spéciale contenant une puce développée par Argonaut Games PLC: la Super FX.

Cette puce électronique intégrée dans cette cartouche offrait donc la possibilité d’offrir un rendu en trois dimensions à base de polygones ce que la console ne pouvait pas faire à l’origine se contentant d’un mode 7 simulant une profondeur.

Astucieux donc…

*Kid Chameleon (intro)

*Virtua Fighter gameplay

Commentaires Facebook
Catégories
Les meilleures anecdotes jeu vidéo
ManuSupra

Passionné, collectionneur et historien vidéoludique trentenaire ayant grandit avec un enfant à queue de singe et un plombier moustachu s'empiffrant de champi. Chasseur de monstres à l'insectoglaive, archéologue gaming et adepte du "bas, diagonal, droit + poing". Sushivore et burgerovore professionnel!
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre